SIGLEC-1: un récepteur qui favorise la dissémination du virus dans la co-infection VIH/tuberculose

Publié par Adrien le 08/04/2020 à 09:00
Source: CNRS INSB
Plus de 1,2 millions d'individus sont co-infectés par le virus du SIDA (VIH-1) et le bacille de la tuberculose (Mycobacterium tuberculosis), et la co-infection VIH/tuberculose est encore responsable de plus de 250 000 décès chaque année. Les deux agents pathogènes forment une association synergique meurtrière qui complique le diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de...) et la prise en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) des patients, et qui est encore mal comprise. Les scientifiques ont identifié une protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs...) qui, par un mécanisme original, favorise l'aggravation de l'infection par le VIH dans un contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le...) tuberculeux. Ces résultats ont été publiés dans la revue eLife.


Siglec-1 (rouge) est présent sur les nanotubes entre deux macrophages humains (gris) infectés par le VIH-1 (vert) dans un environnement tuberculeux.
© Maeva Dupont (DuPont, de son nom complet E.I. du Pont de Nemours et compagnie, est une entreprise...) & Christel Vérollet

Par une approche d'analyse de l'expression des gènes à grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un...), les chercheurs, au sein d'un Laboratoire International Associé avec l'Argentine, ont montré que, dans un contexte tuberculeux, les macrophages, cellules immunitaires qui hébergent à la fois le bacille tuberculeux et le VIH, produisent fortement une protéine appelée Siglec-1. Cette protéine reconnaît des sucres à la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a...) des cellules et des agents pathogènes, et les scientifiques ont montré qu'elle est capable de lier fortement le VIH, en particulier le long des nanotubes membranaires qu'elle contribue à stabiliser.

Les nanotubes sont des ponts intercellulaires dont les chercheurs avaient précédemment montré que la formation est amplifiée dans un contexte de co-infection VIH/tuberculose, et qui sont empruntés par les particules virales pour infecter les macrophages voisins. Ils ont découvert qu'en inhibant l'expression de Siglec-1 par différentes approches, la longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus...) et la fonction des nanotubes étaient réduites, entrainant ainsi une diminution du transfert du virusentre les macrophages et de la production virale dans son ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...). Ces résultats démontrant un rôle clef (Au sens propre, la clef ou clé (les deux orthographes sont correctes) est un dispositif amovible...) de Siglec-1 dans la transmission du virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise...) d'une cellule à l'autre ont été confortés par des observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) chez des singes co-infectés, chez qui l'abondance de macrophages pulmonaires exprimant Siglec-1 est corrélée avec la sévérité de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...).

Cette étude révèle donc un rôle délétère de Siglec-1 dans un contexte de co-infection VIH/tuberculose. En effet, sa surexpression à la surface des macrophages stabilise les nanotubes membranaires et améliore leur fonction, facilitant le transfert et la dissémination du VIH entre les cellules. L'identification de facteurs contrôlant les nanotubes apparaît ainsi primordial afin d'ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques pour améliorer le traitement des patients co-infectés, mais aussi dans d'autres contextes pathologiques pour lesquels un rôle des nanotubes a été décrit.

Pour en savoir plus:
Tuberculosis-associated IFN-I induces Siglec-1 on tunneling nanotubes and favors HIV-1 spread in macrophages.
Dupont M, Souriant S, Balboa L, Vu Manh TP, Pingris K, Rousset S, Cougoule C, Rombouts Y, Poincloux R, Ben Neji M, Allers C, Kaushal D, Kuroda MJ, Benet S, Martinez-Picado J, Izquierdo-Useros N, Sasiain MDC, Maridonneau-Parini I, Neyrolles O, Vérollet C, Lugo-Villarino G.
Elife*. 2020 Mar 30;9. pii: e52535. doi: 10.7554/eLife.52535.

Laboratoire:
Institut de pharmacologie et de biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant....) structurale (IPBS) - (CNRS/Université Paul Sabatier)
BP64182 205 route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie...) de Narbonne 31077 Toulouse Cedex04.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.421 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique