Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Mercredi 12/06/2013 à 00:00
Domestication de la vigne: un long processus
On pensait - à tort - que la domestication de la vigne s'était imposée rapidement. L'étude de dix-sept sites romains du sud de le France, menée notamment par Laurent Bouby, ingénieur de recherche CNRS au Centre de bio-archéologie et d'écologie de Montpellier (CNRS/Université de Montpellier 2/EPHE/INRAP), montre que la vigne (Les vignes sont des lianes de la famille des Vitaceae. Ce sont des plantes du genre Vitis largement cultivées pour leur fruit en grappes, le raisin, dont on tire un jus, le moût, qui devient du vin après fermentation.) domestiquée a mis du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) à supplanter la vigne sauvage dans les cultures.


En haut, une vigne sauvage de Grèce. En bas, des pépins de vigne sauvage et domestique:
les pépins "domestiques" ont une forme plus allongée que leurs cousins sauvages,
ce qui a permis de les repérer sur les sites archéologiques. © Sarah Ivorra

Si l'on sait que le raisin est consommé depuis le Mésolithique (10 000 av. J.C.) par les populations du bassin méditerranéen, il est plus difficile de dire à quand remontent la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de précision et de...) de la vigne et sa domestication (la domestication impliquant la modification du végétal par l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est...), qui en sélectionne les caractères les plus intéressants...). "Pour les arbres fruitiers, on fait généralement l'hypothèse que la domestication est rapide", raconte Laurent Bouby. "Et ce, grâce aux pratiques de multiplication (La multiplication est l'une des quatre opérations de l'arithmétique élémentaire avec l'addition, la soustraction et la division .) végétative (bouturage...) qui permettent de fixer et de diffuser rapidement les caractères sélectionnés." L'étude bio-archéologique menée dans le sud-est (Le sud-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux sud et est. Le sud-est est opposé au nord-ouest.) de la France, parue dans Plos One, révèle donc une vraie surprise: "elle montre que durant toute la période romaine, alors que la vigne était abondamment cultivée pour produire du vin, les deux formes sauvage et domestiquée ont continué à coexister dans les cultures."

Pour arriver à ce résultat, des centaines de pépins de raisin issus de dix-sept sites archéologiques romains répartis de l'Aude au Var ont été observés à la binoculaire. Pour savoir s'ils provenaient de raisin sauvage ou domestiqué, une typologie des pépins issus de vignes actuelles - sauvages et domestiques - a été préalablement effectuée. "La différence est notable entre les deux", explique Laurent Bouby, "les pépins domestiques ayant une forme plus allongée." La conclusion de l'étude est formelle: sur tous les sites, les échantillons récoltés montrent une grande diversité de pépins sauvages, domestiques et de formes intermédiaires. "Cela montre que les Romains ne pratiquaient pas une sélection étroite des cépages comme aujourd'hui, même si on trouve moins de pépins sauvages en fin de période, vers 500 après J.-C." indique Laurent Bouby, qui aimerait désormais déterminer à quel moment la vigne domestique s'est définitivement imposée dans les cultures françaises...


Référence:

Bioarchaeological Insights into the Process of Domestication of Grapevine (Vitis vinifera L.) during Roman Times in Southern (Southern est le nouveau nom de la concession ferroviaire, initialement exploitée par Connex South Central, desservant les lignes du sud de Londres, du Surrey et du Sussex à partir des gares londoniennes de Victoria et London Bridge.) France, publié le 15 mai dans Plos One par Laurent Bouby, Isabel Figueiral, Anne Bouchette, Nuria Rovira, Sarah Ivorra, Thierry Lacombe, Thierry Pastor, Sandrine Picq, Philippe Marinval et Jean-Frédéric Terral


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INEE