Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Mercredi 20/05/2015 à 00:00
Diabète et sommeil

Cercle bleu, symbole universel du diabète
Des chercheurs de l’ULB étudient si augmenter la durée du sommeil, peut avoir des effets bénéfiques sur la sensibilité à l’insuline et réduire le risque de diabète de type 2.

Il est clairement reconnu depuis plusieurs années qu’une durée de sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du...) trop courte a des répercussions néfastes sur la santé. En particulier, trop peu de sommeil entraîne une diminution de notre sensibilité à l’insuline (L'insuline (du latin insula, île) est une hormone peptidique sécrétée par les cellules β des îlots de Langerhans du pancréas....), ce qui implique un plus grand risque de développer un diabète de type 2. Une question non encore résolue était de savoir si intervenir en sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par...) inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un...), c’est-à-dire augmenter la durée de son sommeil, peut avoir des effets bénéfiques sur la sensibilité à l’insuline et réduire le risque de diabète.

Rachel Leproult,Faculté des Sciences Psychologiques et de l'Education – Center for Research in Cognition & Neurosciences (Les neurosciences correspondent à l'ensemble de toutes les disciplines biologiques et médicales qui étudient tous les aspects, tant normaux que pathologiques, des neurones et du système nerveux.), UNI- et ses collègues ont testé cette hypothèse à l’ULB lors d’une étude d’extension de sommeil qui vient d’être publiée dans le journal Sleep.

Seize adultes en bonne santé mais qui dorment trop peu par rapport à leurs besoins ont été recrutés. Leur manque de sommeil chronique était mis en évidence par le fait qu’ils dormaient systématiquement au moins une heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en sciences (« heure solaire »...) de plus le week-end par rapport à la semaine, tentant ainsi de compenser le déficit accumulé au cours de la semaine de travail.

Pendant les deux premières semaines de l’étude, ils ont gardé leurs habitudes de sommeil (en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques sans changer la...) 6h de sommeil en semaine et plus de 7h de sommeil le week-end) et leur sensibilité à l’insuline a été mesurée.

Avec l’aide des chercheurs qui leur ont offert des conseils touchant à une meilleure hygiène de sommeil et à l’importance du sommeil pour la qualité de notre fonctionnement quotidien, ils ont ensuite essayé d’augmenter le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) qu’ils consacrent à dormir d’environ une heure par nuit pendant 6 semaines consécutives, un objectif modéré mais réaliste. Malgré de larges différences inter-individuelles, ces participants sont parvenus à augmenter leur temps de sommeil de plus ou moins 45 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au...) par jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par...) durant les jours de semaine, sans pour autant changer leurs habitudes de sommeil du week-end.

Les résultats montrent, sans équivoque, que les participants qui ont le mieux réussi à augmenter leur durée de sommeil sont également ceux chez qui la sensibilité à l’insuline s’est le plus améliorée.

Ainsi, cette étude montre que des adultes en restriction chronique de sommeil suite à un style de vie (La vie est le nom donné :) inapproprié sont capables d’augmenter de manière modérée leur temps de sommeil et que cette augmentation, même modeste, a des effets bénéfiques sur le métabolisme glucidique, c’est-à-dire la sensibilitéà l’insuline et le risque de diabète de type 2.

Au-delà des effets potentiellement bénéfiques observés dans cette population de jeunes adultes en bonne santé, cette étude suggère qu’une attention accrue à la qualité de sommeil chez les patients souffrant de diabète peut participer à une atténuation de leurs symptômes et une meilleure régulation de leur métabolisme, une hypothèse qui devra être testée dans des études ultérieures. En effet, les recommandations classiquement données aux patients pré-diabétiques et diabétiques visent à une perte de poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à l'opposé de la résultante des...) et une augmentation de l’activité physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens...), mais négligent la qualité du sommeil des patients.

Les résultats de l’étude de R. Leproult et collègues montrent l’importance d’une évaluation systématique du sommeil dans cette pathologie (La pathologie, terme provenant du Grec ancien, est littéralement le discours, la rationalité (λογία logos) sur la souffrance (πάθος pathos), et désigne dans une...) très répandue au sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du torse d'un animal, et en particulier...) de la population.

Pour plus d'information voir:
Beneficial Impact of Sleep Extension on Fasting Insulin Sensitivity in Adults with Habitual Sleep Restriction
Rachel Leproult, Gaétane Deliens, Médhi Gilson, Philippe Peigneux Sleep 2015 ; 38(5): 707-715

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: ULB