Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mardi 02/06/2015 à 00:00
Agroécologie: rendement des cultures et biodiversité
C'est une étude qui devrait fortement intéresser les agriculteurs, actuellement confrontés à un double défi: trouver des solutions pour contrer les effets du réchauffement climatique - qui menacent par exemple de faire chuter le rendement de leurs cultures en cas de sécheresse - et tendre vers "l'agroécologie", une agriculture plus respectueuse de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques...), limitant entre autres, l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) d'engrais (Les engrais sont des substances, le plus souvent des mélanges d'éléments minéraux, destinées à apporter aux plantes des compléments d'éléments nutritifs, de façon à améliorer leur...). Or pour la première fois, une équipe du Centre d'écologie fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions. Initialement, le terme désignait les fonctions qui en prennent d'autres...) et évolutive (CEFE - CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) / Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études...) de Montpellier / Université Montpellier 3 / EPHE), en collaboration avec des chercheurs de l'INRA, démontrent qu'il est possible de répondre à ce double défi... en favorisant la biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des espèces, des populations et celle des gènes dans l'espace et...) dans les parcelles cultivées ! Les détails ont été publiés dans la revue Nature Plants.


© Dominique Denoue (INRA, Lusignan)

Concrètement, cette étude suggère ni plus ni moins d'abandonner les pratiques agricoles actuelles héritées de l'après-seconde guerre mondiale qui consistent majoritairement à cultiver sur de grandes parcelles des plantes génétiquement identiques. "Nos travaux montrent qu'augmenter au contraire le nombre d'espèces, améliore en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble...) le rendement des cultures sans besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les...) d'engrais, surtout en cas de sécheresse ; et qu'opter au sein d'une même espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de...) pour plusieurs individus génétiquement différents (génotypes), favorise la stabilité du rendement d'une année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) à l'autre ", précise Cyrille Violle biologiste (Sur les autres projets Wikimédia :) au CEFE et lauréat d'un ERC Starting grant 2015.

Les chercheurs ont suivi en parallèle pas moins de 120 mini-parcelles expérimentales de 1.2 mètres sur 1.3 m ! Dans celles-ci, ils ont cultivé pendant un an et demi, cinq espèces fourragères (luzerne, trèfle (Les trèfles sont des plantes herbacées de la famille des Fabacées (Légumineuses), appartenant au genre Trifolium.) blanc (Le blanc est la couleur d'un corps chauffé à environ 5 000 °C (voir l'article Corps noir). C'est la sensation visuelle obtenue...), ray-grass, dactyle, fétuque) soit ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout »,...) (polyculture), soit chacune toute seule (monoculture). A chaque fois, chaque espèce était représentée par un, cinq ou dix génotypes. Les mini-parcelles étaient soit irriguées, soit soumises à des évènements de sécheresse.


© Dominique Denoue (INRA, Lusignan)

Les résultats montrent que les polycultures avaient en moyenne un rendement meilleur que les monocultures. Surtout en conditions de sécheresse, avec alors une amélioration du rendement de + 800 g/m2, contre + 200 g/m2 en conditions irriguées. De plus, quand les parcelles contenaient dix génotypes différents pour une même espèce, au lieu d'un seul, le coefficient (En mathématiques un coefficient est un facteur multiplicatif qui dépend d'un certain objet, comme une variable (par exemple, les coefficients d'un...) de variabilité du rendement d'une année sur l'autre était plus faible (0.76 contre 0.90).

"Le meilleur rendement des polycultures est dû au fait que plusieurs espèces sur une même parcelle permettent de mieux exploiter les ressources du sol ; les plantes n'extrayant pas l'eau et les nutriments à la même profondeur dans ce sol", explique Cyrille Violle. Quant au rendement plus stable avec plus de génotypes, "On peut penser qu'un cocktail de différents génotypes augmente les chances qu'au moins l'un d'eux résiste mieux en cas de sécheresse et diminue ainsi les risques d'une baisse du rendement global".

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INEE
 
Archives des News
  Juin 2018
  Mai 2018
  Avril 2018
  Mars 2018
  Toutes les archives

Dimanche 17 Juin 2018 à 00:00:05 - Vie et Terre - 1 commentaire
» Les peurs du mal
Samedi 16 Juin 2018 à 00:00:12 - Physique - 1 commentaire
» Un LHC haute luminosité d'ici 10 ans au Cern