Alcool et ecstasy: un cocktail détonant

Publié par Adrien le 02/09/2020 à 09:00
Source: CNRS INSB
L'ecstasy est souvent associée à l'alcool. Quand cette association est testée chez le rat, l'alcool potentialise les effets psychostimulants de l'ecstasy, ce qui se traduit par une locomotion plus importante qu'avec l'ecstasy seule. Une partie du mécanisme pharmacologique de cette potentialisation a été décryptée: en présence d'ecstasy, l'alcool contribue à suractiver le striatum ventral, ce qui implique la dopamine, un récepteur de cette dernière (D1), et un récepteur du glutamate (NMDA). Ces résultats sont publiés dans la revue Addiction Biology.


Autoradiogrammes illustrant le métabolisme du glucose (Le glucose est un aldohexose, principal représentant des oses (sucres). Par convention, il est symbolisé par Glc. Il est directement assimilable par l'organisme.) sur des coupes d'hémisphère de cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité...) au niveau du striatum de rats ayant subi l'injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :) d'une solution saline, de 1,5 g / kg d'éthanol, de 6,6 mg / kg de MDMA (L'ecstasy (extasy) ou MDMA (pour 3,4-méthylène-dioxy-méthylamphétamine) est une amphétamine. C'est un stimulant du système nerveux central qui possède des caractéristiques...) ou d'éthanol combiné à de la MDMA (mêmes doses). Notez l'augmentation de la densité (La densité ou densité relative d'un corps est le rapport de sa masse volumique à la masse volumique d'un corps pris comme référence. Le corps de référence est l'eau pure à...) des grains dans le striatum ventral (cercle blanc) après l'éthanol + MDMA comparativement à la MDMA, la solution saline ou l'éthanol. L'administration de MDMA a provoqué une hyperactivité locomotrice transitoire.

L'administration d'alcool a plongé les rats dans un état de léthargie (La léthargie est une forme de vie ralentie (hibernation, estivation) qui permet à certains animaux (invertébrés et vertébrés) de surmonter des conditions ambiantes...) transitoire. Le fait d'associer l'administration d'alcool à celle de MDMA a induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en électricité (générateur) ou en force (moteur).) une hyperactivité locomotrice plus marquée que lorsque la MDMA est administrée en l'absence d'alcool. Cette potentialisation de l'effet hyperlocomoteur de la MDMA par l'alcool est empêchée ou fortement atténuée par une 'anesthésie (Le mot anesthésie provient du grec (αισθησις: faculté de percevoir par les sens) combiné à l'alpha (α)...)' réversible du striatum ventral (non illustrée) ou par une lésion dopaminergique de cette structure (non illustrée), de même que par un blocage des récepteurs D1 (RD1) de la dopamine ou des récepteurs NMDA du glutamate (RNMDA) du striatum ventral. Qui plus est, l'activation (Activation peut faire référence à :) des récepteurs D1 de la dopamine mime les effets de l'alcool sur l'hyperlocomotion induite par la MDMA.

© Jean-Christophe Cassel.

L'ecstasy est une drogue (Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel, capable d'altérer une ou plusieurs activités neuronales et/ou de perturber les communications...) illégale largement répandue chez les jeunes, plus particulièrement dans les milieux festifs. Le principe actif de cette drogue est la 3,4-méthylène-dioxymétamphétamine, ou MDMA. La MDMA est une molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui peut exister à l'état libre, et qui représente la plus petite quantité de matière possédant les...) dérivée (La dérivée d'une fonction est le moyen de déterminer combien cette fonction varie quand la quantité dont elle dépend, son argument, change. Plus précisément, une...) de l'amphétamine (L'amphétamine (DCI) est une substance sympathomimétique aux effets anorexigène et psychoanaleptique. Elle est utilisée comme coupe-faim, comme stimulant du système nerveux central et pour le...), synthétisée pour la première fois en 1898 par le chimiste (Un chimiste est un scientifique qui étudie la chimie, c'est-à-dire la science de la matière à l'échelle moléculaire ou atomique ("supra-atomique"). Le mot...) allemand Anton Köllisch. Elle a été redécouverte en 1912 par les laboratoires Merck, puis brevetée en 1913, et destinée à un usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) militaire. Dans les années 1970, elle est utilisée aux Etats-Unis comme agent permettant de diminuer les inhibitions dans le cadre de psychothérapies, une pratique rapidement abandonnée. On en reparle aujourd'hui comme potentiellement intéressante dans le cadre du traitement de certains stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des contraintes environnementales. Dans le...) post-traumatiques.

Parmi les effets de cette drogue, on recense une hyperthermie (L'hyperthermie est l'élévation locale ou générale de la température du corps, au-dessus de la valeur normale normale...) (fonction de la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations...) ambiante), une extraversion accrue, ainsi qu'une sensation de bien-être (Le bien-être ou bienêtre est un état qui touche à la santé, au plaisir, à la réalisation de soi, à l'harmonie avec soi et les autres. René Dubos...) et d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) débordante. Administrée à un rat (Le mot « rat » désigne en français, dans le langage vernaculaire certains mammifères rongeurs, le plus souvent du genre Rattus ou au moins de la famille des muridés. Mais...) de laboratoire, la MDMA induit, comme chez l'humain et en milieu chaud, une hyperthermie. Celle-ci s'accompagne, mais ne résulte pas, d'une augmentation dose-dépendante de l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) locomotrice (hyperlocomotion). En milieu festif, la MDMA est rarement consommée seule. Sa co-consommation avec de l'alcool est même fréquente. Chez le rat, l'alcool (1,5 g/kg) associé à la MDMA (6,6 mg/kg) réduit l'hyperthermie. Il potentialise aussi l'hyperlocomotion due à la MDMA, et provoque une sensation accrue de plaisir puisque, lorsque l'animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances...) a le choix entre un endroit neutre et un endroit associé au mélange (Un mélange est une association de deux ou plusieurs substances solides, liquides ou gazeuses qui n'interagissent pas chimiquement. Le résultat...) alcool+MDMA, il préfère se tenir dans ce dernier, ce qu'il ne fait ni pour l'alcool seul ni pour la MDMA seule. Administré sans MDMA, l'alcool provoque une léthargie.

Les scientifiques ont décortiqué une partie du mécanisme pharmacologique impliqué dans l'accentuation par l'alcool des effets locomoteurs de la MDMA. Partant d'un marquage du métabolisme cérébral, ils ont observé, mais uniquement chez les rats traités avec un cocktail des deux drogues, une augmentation de la consommation de glucose dans le striatum ventral, une région impliquée dans le plaisir et la locomotion. Cette augmentation de la consommation de glucose traduit une hyperactivation de cette région. En bloquant réversiblement le striatum ventral, on supprime la potentialisation par l'alcool des effets locomoteurs de l'ecstasy.

Les chercheurs ont ensuite réussi à mimer l'effet de ce blocage en détruisant une partie des neurones dopaminergiques de cette région, suggérant que le système dopaminergique prend part au mécanisme par lequel l'alcool potentialise les effets de la MDMA. Ils ont'injecté, toujours dans cette région, un antagoniste des récepteurs de la dopamine de type D1, ou un antagoniste des récepteurs glutamatergiques de type NMDA étant donné que ces derniers modulent la libération de dopamine. Dans les deux cas, ils ont observé une atténuation (Perte d'intensité et amplitude d'un signal...) des effets de l'alcool sur l'hyperlocomotion induite par la MDMA. En injectant directement dans le striatum ventral un agoniste des récepteurs D1, ils ont d'ailleurs réussi à augmenter les effets de la MDMA sur la locomotion, donc à mimer les effets de l'alcool, mais sans qu'il n'y ait d'alcool.

Ces résultats montrent que la potentialisation par l'alcool des effets psychoactifs de la MDMA recrute un maillon (Le maillon en language maritime est une longueur de chaîne (ligne de mouillage), qui mesure 15 brasses soit 27,50 m. L'élément de base de la chaîne est appelé maille. Les maillons sont...) dopaminergique dans le striatum ventral. Des travaux plus poussés pourraient interroger ce maillon comme cible thérapeutique (La thérapeutique (du grec therapeuein, soigner) est la partie de la médecine qui étudie et applique le traitement des maladies.) potentielle en cas d'intoxication (Une intoxication est un ensemble de troubles du fonctionnement de l'organisme dus à l'absorption d'une substance étrangère, dite toxique.) grave associant une consommation d'ecstasy et d'alcool.

Pour en savoir plus:

Ventral striatum regulates behavioral response to ethanol and MDMA combination.
Ben Hamida S, Lecourtier L, Loureiro M, Cosquer B, Tracqui A, Simmoneaux V, Nehlig A, Jones BC, Pereira de Vasconcelos A, Cassel JC.Addict Biol. 2020 Jul 14:e12938.doi: 10.1111/adb.12938.

Laboratoire

Laboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives (LNCA) - (CNRS/Université de Strasbourg)
12 rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les...) Goethe 67000 STRASBOURG (France)
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 1.191 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique