Alzheimer: cette thérapie peut réparer les synapses des patients et leur restaurer la mémoire

Publié par Cédric le 19/02/2024 à 13:00
Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Source: The Journal of Clinical Investigation
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

La maladie d'Alzheimer, une pathologie neurodégénérative dévastatrice, prive peu à peu les individus de leurs souvenirs et de leurs facultés cognitives. Alors que les traitements actuels visent principalement à ralentir la progression de cette maladie, une équipe de chercheurs du Buck Institute for Research on Aging propose une approche alternative, centrée sur la réparation des synapses, ces précieuses connexions entre les neurones indispensables à la formation et au rappel des souvenirs.


Image d'illustration Pixabay

Dans une étude récente publiée dans le numéro du 1er février de The Journal of Clinical Investigation, le professeur adjoint au Buck Institute, Tara Tracy, souligne l'importance de cette nouvelle approche. Plutôt que de simplement cibler les protéines toxiques comme tau et bêta-amyloïde, responsables de l'accumulation de plaques dans le cerveau des patients atteints d'Alzheimer, l'équipe de Tracy s'est penchée sur le rôle d'une protéine appelée KIBRA, présente au niveau des synapses.

Les chercheurs ont observé que les niveaux de KIBRA étaient significativement réduits dans les cerveaux des personnes atteintes d'Alzheimer, ce qui suggère un lien étroit entre cette protéine et la fonction synaptique altérée associée à la maladie. En étudiant des souris de laboratoire présentant une condition similaire à Alzheimer chez l'humain, l'équipe a constaté que la manipulation de la protéine KIBRA pouvait inverser les déficits de mémoire observés.

En effet, KIBRA semble jouer un rôle clé dans la promotion de la résilience des synapses, facilitant ainsi la restauration de leur fonctionnement normal. Cette découverte ouvre la voie à de nouvelles perspectives thérapeutiques, comme l'explique Grant Kauwe, également chercheur au Buck Institute. Les résultats suggèrent que KIBRA pourrait être utilisée non seulement comme un biomarqueur pour diagnostiquer et suivre la progression de la maladie, mais aussi comme une cible potentielle pour de nouvelles thérapies visant à restaurer la mémoire chez les patients atteints d'Alzheimer.


Cette approche novatrice souligne l'importance de diversifier les stratégies thérapeutiques contre la maladie d'Alzheimer. Alors que les traitements actuels se concentrent principalement sur la réduction des protéines toxiques, cette étude met en lumière l'urgence de s'attaquer aux altérations synaptiques sous-jacentes à la perte de mémoire dans cette maladie dévastatrice.
Page générée en 0.200 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise