Augmentation d'un facteur trois des dépôts d'iode dans les glaces du Mont Blanc
Publié par Adrien le 14/11/2018 à 08:00
Source: CNRS-INSU
La pollution à l'ozone entraine une augmentation des émissions océaniques d'iode, en particulier aux moyennes latitudes Nord (mer Méditerranée et océan Atlantique), avec pour conséquence un triplement des quantités d'iode retombant sur l'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme...) Occidentale. Telle est la conclusion d'une étude réalisée sur la glace (La glace est de l'eau à l'état solide.) des Alpes par une équipe internationale coordonnée par un chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les...) de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel...) des géosciences de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement...) (IGE/OSUG, CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) / IRD / UGA / Grenoble INP). Ce résultat est important du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) de l'évolution des teneurs en ozone (L’ozone (ou trioxygène) est un composé chimique comportant 3 atomes d’oxygène (O3). Sa structure est une résonance entre trois états. Métastable aux conditions ambiantes, l’ozone a...) mais surtout du dépôt d'iode (L'iode est un élément chimique de la famille des halogènes, de symbole I et de numéro atomique 53.) car il concerne une région historiquement connue pour son important déficit en iode.

L'iode est un composant mineur de notre atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) mais il est l'agent le plus efficace pour détruire en partie l'ozone présent dans les basses couches de l'atmosphère. Par là même, il compense partiellement la pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu considéré et selon ce que l'on...) à l'ozone causée par les émissions croissantes d'oxydes d'azote (L'azote est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole N et de numéro atomique 7. Dans le langage courant, l'azote...) et d'hydrocarbures par les moteurs (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou...). L'élimination de l'iode de l'atmosphère par dépôt sur la biosphère (La notion de biosphère désigne à la fois un espace et un processus auto-entretenu (jusqu'à ce jour et depuis plus de 3 milliards d'années) sur la planète Terre, et...) continentale représente par ailleurs l'unique voie d'apport en iode pour les sols et la végétation (La végétation est l'ensemble des plantes (la flore) sauvages ou cultivées qui poussent sur une surface donnée de sol, ou dans un milieu aquatique. On parle aussi de...) d'une région donnée (Dans les technologies de l'information, une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction, d'un événement, etc.).


Évolution des teneurs en iode et en nitrate dans les couches de glace estivales déposées au Mt Blanc (Le blanc est la couleur d'un corps chauffé à environ 5 000 °C (voir l'article Corps noir). C'est la sensation visuelle obtenue...) entre 1890 et 2000.

Jusqu'à présent, les émissions d'iode dans l'atmosphère étaient attribuées essentiellement à l'iodure de méthyle (CH3I), émis depuis l'océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau salée. En fait, il s'agit plutôt d'un volume, dont l'eau est en permanence renouvelée par des...) par le phytoplancton marin. Cependant, cette seule source ne permettait pas d'expliquer les importantes concentrations atmosphériques en oxyde (Un oxyde est un composé de l'oxygène avec un élément moins électronégatif, c'est-à-dire tous sauf le fluor. Oxyde désigne...) d'iode (IO) mesurées au dessus de l'océan. En 2013, une équipe de chimistes anglais a montré qu'une grande partie des émissions d'iode dans l'atmosphère pourrait en fait provenir de l'acide (Un acide est un composé chimique généralement défini par ses réactions avec un autre type de composé chimique complémentaire, les bases.) hypo iodeux (HOI) produit par réaction de l'ion (Un ion est une espèce chimique électriquement chargée. Le terme vient de l'anglais, à partir de l'adjectif grec ἰόν (ion), se traduisant par...) iodure (I-) présent dans l'océan avec l'ozone présent à l'interface (Une interface est une zone, réelle ou virtuelle qui sépare deux éléments. L’interface désigne ainsi ce que chaque élément a besoin de connaître de l’autre pour pouvoir...) air-mer. Cette découverte impliquait que cette source d'iode augmente au cours du XXe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et...) suite à l'augmentation de l'ozone dans la basse atmosphère résultant de la croissance des émissions véhiculaires. L'importance de cette source dominante d'iode pour l'atmosphère et son évolution ne pouvait jusqu'ici qu'être estimés par des modèles numériques par manque d'observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et...) tant sur l'ozone que sur l'iode lui-même.

L'étude réalisée sur la glace du Mt Blanc et couvrant les années 1890-2000 a permis de mieux de comprendre le cycle de l'iode dans l'atmosphère et quantifier son évolution.

Les chercheurs ont ainsi pu montrer que la teneur en iode de la glace déposée au Mt Blanc depuis 1890 augmente fortement après 1950, en particulier en été avec une augmentation d'un facteur 3 entre 1950 et 2000. Ces résultats ont été confrontés aux simulations numériques. Il en est ressorti que l'augmentation des dépôts d'iode est confirmée et attribuée à l'ozone, l'augmentation réelle étant encore un peu plus marquée que celle prévue par les simulations. Ceci pourrait être en partie due à une sous-estimation des augmentations d'ozone simulées par la plupart des modèles atmosphérique actuels.

Cette augmentation de l'iode dans les Alpes est plutôt une bonne nouvelle pour les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus...) limitrophes des Alpes pour lesquels dans son dernier rapport le WHO (organisation mondiale de la santé) concluait que le déficit en iode demeurait encore un problème de santé publique (La santé publique peut être définie de diverses manières. On peut en effet la présenter comme « l'étude, d'une part, des déterminants physiques, psychosociaux et...) dans 11 pays européens dont la France, l'Italie et l'Espagne. Rappelons ici que la forme la plus sévère du déficit en iode concerne les vallées alpines (retards mentaux irréversibles traduits dans le langage populaire par l'expression "crétins des Alpes") du fait de sols proches des zones englacées datant des grandes glaciations. Le déficit en iode concerne aussi d'autres pays du bassin Méditerranéen comme la Turquie.


Simulations des émissions actuelles d'iode par l'océan mondial (gauche) et leurs changements entre la période présente (PD) et préindustrielle (PI) (droite). Noter à proximité des Alpes, la Méditerranée où l'augmentation des émissions d'iode est supposée être particulièrement importante.

Ces recherches ont été soutenues par l'INSU-CNRS et l'ADEME (programme LEFE-CHAT ESCCARGO) et les programmes européens ALPCLIM et CARBOSOL.
Page générée en 0.217 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique