Les bactéries des eaux profondes ont un fort potentiel de digestion du pétrole
Publié par Michel le 31/08/2010 à 00:00
Source: Science, AAAS & EurekAlert
Un panache profond de pétrole libéré par le puits Deepwater Horizon contient un taux plus élevé que la normale de bactéries qui digèrent les hydrocarbures selon une étude. Ces micro-organismes dégradent le pétrole à un rythme qui pourrait en faire des acteurs majeurs pour éliminer la marée (La marée est le mouvement montant (flux ou flot) puis descendant (reflux ou jusant) des eaux des mers et des océans causé par l'effet conjugué des forces de gravitation de la Lune et du Soleil.) noire qui s'est répandue dans les profondeurs du Golfe (Un golfe (italien golfo, grec kolpos, pli) est une partie de mer avancée dans les terres, en général selon une large courbure.) du Mexique.

En se basant sur des échantillons d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) prélevés du 25 mai au 2 juin 2010 à partir de bateaux près de la tête du puits Deepwater Horizon, Terry Hazen, du Lawrence Berkeley National Laboratory à Berkeley en Californie, et ses collègues ont repéré un panache d'hydrocarbures à environ 1100 mètres de profondeur, probablement le même que celui qui a été étudié par d'autres chercheurs (voir notre news (NeWS est un système de fenêtrage conçu par James Gosling (qui a contribué à Java) et introduit par Sun Microsystems à la fin des années 1980 n'a pas connu de succès mais mérite attention par son avance...)). L'eau prélevée était enrichie de plusieurs variétés de protéobactéries gamma. Pratiquement toutes ces variétés dégradent les hydrocarbures ou sont stimulées par leur présence dans les milieux froids. La séquence des gènes présents dans ces échantillons a révélé que ces microbes appartenaient d'abord à l'ordre des Oceanospirillales.

Les chercheurs ont aussi détecté des acides gras et des gènes marquant la biodégradation (La biodégradation est la décomposition/dégradation de matières organiques par des micro-organismes (bactéries, champignons et algues). Les matériaux sont...) du pétrole (Le pétrole est une roche liquide carbonée, ou huile minérale. L'exploitation de cette énergie fossile est l’un des piliers de l’économie industrielle...). Contrairement à nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'autres bactéries (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées par une absence de noyau et d'organites. La plupart des bactéries possèdent une paroi cellulaire glucidique, le peptidoglycane. Les...) digérant le pétrole, ces protéobactéries gamma du froid (Le froid est la sensation contraire du chaud, associé aux températures basses.) n'utilisent pas l'oxygène (L’oxygène est un élément chimique de la famille des chalcogènes, de symbole O et de numéro atomique 8.) de la colonne d'eau, ce qui fait que les méthodes classiques d'estimation de biodégradation fondées sur le taux d'oxygène ont pu les négliger. En étudiant différentes sources de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.), dont celles fournies par BP, les auteurs ont estimé avec l'éloignement de la tête de puits le taux de dégradation du pétrole dans le panache en se basant sur le changement de composition en pétrole des échantillons. Avec une température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid et de chaud, provenant du...) supposée de 5°C, ce taux de dégradation était bien supérieur à la demi-vie (La demi-vie est le temps mis par une substance (médicament, noyau radioactif, ou autres) pour perdre la moitié de son activité pharmacologique,...) des hydrocarbures, ce qui suggère une intervention des bactéries.
Page générée en 0.206 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique