Biodiversité: la grande accélération atteint des sommets
Publié par Adrien le 06/04/2018 à 00:00
Source: CNRS
Une équipe de recherche internationale (1) dont un chercheur CNRS du laboratoire Écologie et dynamique des systèmes anthropisés (CNRS / Université de Picardie Jules Verne) a observé une accélération de l'augmentation de la biodiversité au niveau des sommets européens. Il s'agit d'un nouvel indicateur de "la grande accélération (L'accélération désigne couramment une augmentation de la vitesse ; en physique, plus précisément en cinématique, l'accélération est une grandeur vectorielle qui indique la modification affectant...)" - cette inflation de plus en plus rapide de différents paramètres à travers le monde (Le mot monde peut désigner :) (recul des glaciers, blanchiment des coraux, etc.) observée ces dernières années en réponse au réchauffement climatique (Le réchauffement climatique, également appelé réchauffement planétaire, ou réchauffement global, est un phénomène d'augmentation de la température moyenne des océans et de...). Les écosystèmes montagnards pourraient ainsi être fortement perturbés à l'avenir. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature le 4 avril 2018.


"Phyteuma hemisphaericum".
© Swiss National Park/Hans Lozza.

Avec l'accélération des émissions de CO2 au cours des dernières décennies, de nombreux indicateurs (socio-économiques, météorologiques, biologiques, etc.) s'affolent. La communauté scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) appelle ce phénomène "la grande accélération". Dans une nouvelle étude, une équipe de chercheurs issus de onze pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas...) démontrent qu'elle est aujourd'hui perceptible dans les sites les plus reculés de la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la maintienne en équilibre hydrostatique, c'est-à-dire...): les sommets de montagne (Une montagne est une structure topographique significative en relief positif, située à la surface d'astres de type tellurique (planète tellurique, satellites...). Les scientifiques mettent en évidence une colonisation des sommets de plus en plus rapide par la flore (La flore est l'ensemble des espèces végétales présentes dans un espace géographique ou un écosystème déterminé (par opposition à la faune). Le terme...) de niveaux inférieurs.

Ce sont 302 sommets de différents massifs d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme une...) (Alpes, Pyrénées, Carpates, etc.) qui ont été étudiés. Pour 87% d'entre eux, les plantes ont profité de conditions météorologiques de plus en plus clémentes pour les coloniser. Une migration qui concerne même les espèces réputées pour se déplacer lentement. Le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'espèces végétales ayant colonisé les sommets européens entre 2007 et 2016 serait ainsi cinq fois supérieur à celui observé entre 1957 et 1966. De plus, les chercheurs montrent que cette tendance concorde (Le Concorde est un avion de transport supersonique construit par l’association de Sud-Aviation (devenue par la suite l’Aérospatiale après sa fusion avec Nord-Aviation et la SEREB) et de...) avec l'augmentation des températures. Ils constatent également que d'autres facteurs globaux comme les retombées atmosphériques azotées liées aux polluants ou encore la fréquentation des sommets par l'Homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction,...) n'expliquent pas, quant à eux, cette accélération.


"Androsace ciliata" et "Hutchinsia alpina" au sommet de Punta Suelza (2972 m Pyrénées).
© J.V. Ferrández/ IPE-CSIC/ SPAIN

Jusqu'à présent, aucune extinction (D'une manière générale, le mot extinction désigne une action consistant à éteindre quelque chose. Plus particulièrement on retrouve ce terme dans plusieurs domaines :) d'espèces des sommets n'a été observée mais la cohabitation pourrait ne pas durer. Ainsi, certaines plantes des sommets pourraient être amenées à disparaître car il leur serait impossible de migrer vers une altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la répartition de la vie sur terre.) supérieure ou de rivaliser avec les espèces plus compétitives des niveaux inférieurs. Un déséquilibre du fonctionnement de l'écosystème montagnard serait alors à craindre.

Note:

(1) Parmi lesquels Damien Georges, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les...) au Centre international de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) contre le cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est...), en post-doctorat à l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) d'Aarhus (Danemark) au moment de l'étude.
Page générée en 0.461 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique