Le cerveau devient plus économe avec l'âge

Publié par Adrien le 07/09/2011 à 00:00
Source: Université de Montréal

La tâche consiste à associer le mot "poignée" à l'un des quatre de la série du haut. La règle d'association, qui change au cours de l'exercice, est la catégorie sémantique ("cadran"), la rime ("araignée") ou le début du mot ("poivron").
On croit souvent que le vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant...) du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite...) s'accompagne inévitablement d'une diminution de sa capacité cognitive. Il s'agit là d'un préjugé à repousser, selon ce que montrent les travaux du Dr Oury Monchi, professeur au Département de radiologie, radio-oncologie et médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la...) nucléaire de l'Université de Montréal (L’Université de Montréal est l'un des quatre établissements d'enseignement...) et chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la...) au Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) universitaire de gériatrie de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande...).

Une recherche effectuée avec son doctorant (Un doctorant est un chercheur débutant s'engageant, sous la supervision d'un directeur de...) Ruben Martins dévoile que le cerveau âgé d'une soixantaine d'années performe tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) aussi bien que celui de 20 ans dans des tâches lexicales, mais qu'il utilise des stratégies cognitives différentes.

À l'aide de l'IRM fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions....), les chercheurs ont mesuré l'activation (Activation peut faire référence à :) cérébrale dans des zones du cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou...) frontal (Un frontal est un équipement informatique.) et des aires (Aires (en espagnol, les airs) est une compagnie aérienne intérieure de Colombie.) sous-corticales correspondantes (les boucles fronto-striatales) afin de vérifier si cette activation variait selon l'âge.

"Mes travaux portent sur la maladie de Parkinson (La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique affectant le système nerveux...) et nous savons que cette maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...) réduit l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) neuronale ainsi que le taux de dopamine dans ces zones du cerveau, explique le Dr Monchi. Une légère baisse du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) de neurones est aussi observée dans la même région chez les personnes âgées et en bonne santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...). Nous avons voulu savoir comment s'activent ces zones lorsque les sujets exécutent des tâches cognitives."

Ne pas s'inquiéter inutilement

L'expérience a donc porté sur deux groupes de sujets, le premier constitué de gens âgés de 18 à 35 ans et le second formé de personnes de 55 à 75 ans, tous en bonne santé et actifs. L'exercice consistait à associer diverses séries de mots par catégorie sémantique, par terminaison ou par début du mot (voir l'exemple ci-contre). Au fil du déroulement de l'exercice, la règle d'association changeait et les sujets, informés qu'ils venaient de se tromper, devaient découvrir la nouvelle règle à appliquer.


Oury Monchi
"L'idée était de voir comment réagit le cerveau lorsqu'on se trompe et qu'il faut trouver une solution, précise le professeur. Cela nous permet de savoir comment une personne peut s'adapter à un environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et...) changeant."

Alors que les chercheurs s'attendaient à une diminution d'activité chez le groupe plus âgé, ils ont plutôt noté un profil d'activation différent selon l'âge. Quand les jeunes étaient informés de leur erreur à la suite d'un changement de la règle, une boucle fronto-striatale associée à la réflexion s'activait avant même qu'une nouvelle série de mots leur soit proposée; une seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui...) boucle, liée à l'action, s'activait pendant l'exécution de la tâche. Chez les personnes plus âgées, les deux boucles ne s'activaient que lorsque la nouvelle tâche était présentée, donc au moment de l'action.

"Cela nous montre qu'avec l'âge nous n'ajustons le tir que lorsque c'est absolument nécessaire, affirme Oury Monchi. Ça ne se fait pas consciemment, mais le cerveau plus expérimenté cherche à économiser ses énergies et à optimiser ses ressources. C'est une bonne stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie...) de vie (La vie est le nom donné :) qui nous permet d'être moins angoissé et plus sage alors que les jeunes cherchent à anticiper ce qui va arriver. Cette tendance est encore plus forte chez les enfants."

D'aussi bonnes performances

Les résultats indiquent que les sujets du groupe plus âgé ne commettaient pas plus d'erreurs que ceux du groupe plus jeune, bien que le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) d'exécution ait été un peu plus long dans le premier groupe.

"Vieillir n'implique pas automatiquement un déclin cognitif, conclut le Dr Monchi. Le déclin est plutôt lié à la mauvaise santé et nous savons que l'activité physique (L'activité physique regroupe à la fois l'exercice physique de la vie quotidienne, maison,...) et mentale de même qu'une saine alimentation nous aident à rester en santé."

Pour le chercheur, ces travaux qui nous éclairent sur le fonctionnement cérébral ouvrent la voie à des thérapies cognitives destinées à assurer un vieillissement optimal tant chez les personnes souffrant de maladies neurodégénératives que chez celles en santé.

Ces travaux paraitront dans le prochain numéro de Cerebral Cortex et sont présentement accessibles sur le site Web (Un site Web est un ensemble de pages Web hyperliées entre elles et mises en ligne à une...) de la revue.

Daniel Baril

Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 5.108 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique