Ces algues peuvent refroidir la Terre

Publié par Adrien le 05/07/2024 à 06:00
Source: Nature Microbiology
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Les océans cachent des trésors insoupçonnés, notamment une algue marine courante qui joue un rôle crucial dans la régulation du climat terrestre. Une nouvelle étude révèle que cette algue est responsable de la production d'un composé abondant qui aide à refroidir notre planète. Une découverte qui pourrait bouleverser notre compréhension de l'écosystème marin et de son impact climatique.


Les chercheurs ont découvert qu'un type d'algue océanique courant produit un composé abondant qui aide significativement à refroidir le climat de la Terre. Ce composé, connu sous le nom de DMSP, est crucial pour la régulation du climat, suggérant que les niveaux de DMSP et de son sous-produit DMS pourraient être plus élevés que prévu, impactant ainsi le refroidissement climatique mondial.
Image Wikimédia

Des chercheurs de l'Université d'East Anglia (UEA) et de l'Université océanique de Chine (OUC) ont identifié les algues Pelagophyceae comme importantes productrices de diméthylsulfoniopropionate (DMSP). Cette découverte pourrait transformer notre perception de l'importance de ces micro-organismes marins.

Le professeur Jonathan Todd de l'UEA a souligné que ces algues, parmi les plus abondantes sur Terre, n'étaient pas reconnues auparavant pour leur rôle dans la production de DMSP. Ce composé est non seulement un antistress naturel pour les organismes marins, mais aussi une source majeure de gaz refroidissant le climat.

Le DMSP est converti en sulfure de diméthyle (DMS), un gaz actif pour le climat, connu pour son odeur de bord de mer. Le DMS libéré dans l'atmosphère contribue à la formation de nuages qui réfléchissent la lumière solaire, refroidissant ainsi la planète. Ce processus naturel est vital pour la régulation du climat terrestre et le cycle global du soufre.

L'étude révèle également des enzymes clés dans la production de DMSP. Les chercheurs de l'UEA et de l'OUC ont identifié de nouvelles enzymes responsables de la synthèse du DMSP, ouvrant la voie à une meilleure compréhension des algues Pelagophyceae et de leur impact sur le changement climatique mondial.


a. Les principales étapes de création et de décomposition du DMSP sont indiquées avec les enzymes connues des algues et des bactéries.
b. Abondance des gènes de DMSP dans différentes couches d'eau, selon les ensembles de données OM-RGC_V2 et MATOU.
c. Types et groupes de séquences génétiques DSYE trouvés dans les données MATOU, normalisés avec les gènes recA et β-actine. La taille des graphiques montre l'abondance des gènes. Aucun gène dsyG/dsyGD détecté.

Enfin, les chercheurs appellent à des études plus approfondies sur les algues Pelagophyceae et d'autres organismes marins pour mieux mesurer les niveaux environnementaux de DMSP et la diversité des enzymes impliquées dans sa production. Ces recherches sont essentielles pour prédire et gérer l'impact de ces micro-organismes sur notre climat.
Page générée en 0.238 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise