Le climat des 15 derniers millions d'années piloté par l'émersion des îles d'Asie du Sud-Est

Publié par Redbran le 01/10/2020 à 13:00
Source: CNRS INSU

Le mont Sumbing, un volcan situé au centre de l'île de Java.
© Yuem Park @Berkeley
Depuis 1850, les rejets anthropiques de gaz à effet de serre entrainent un réchauffement global de la planète pour les siècles à venir. Mais avant la période industrielle, la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus...) avait tendance à se refroidir depuis 15 millions d'années. Pour mieux comprendre ce phénomène, une équipe de chercheurs franco-américaine a étudié les conséquences de l'émersion progressive des îles d'Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la Terre. Il est le plus grand continent (8,6 % de la surface totale terrestre ou 29,4 % des terres...) du Sud-Est (Le sud-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux sud et est. Le sud-est est opposé au nord-ouest.). Leurs recherches ont été rendues possibles grâce à un financement du fonds France-Berkeley.

Depuis 15 millions d'années, la plaque tectonique (Les plaques tectoniques ou plaques lithosphériques sont des fragments de la lithosphère qui résultent de son découpage à la manière d'un puzzle par un système de failles, de dorsales, de rifts et de fosses de subduction. Les plaques...) australienne percute l'arc volcanique de la Sonde (Une sonde spatiale est un vaisseau non habité envoyé par l'Homme pour explorer de plus près des objets du système solaire et, pour certaines, l'espace qui est au-delà. Cela couvre à la fois les mesures in situ (champs...) et de Bunda, entraînant une augmentation de la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement confondu avec...) émergée des îles d'Asie du Sud-Est. Cet accroissement s'accompagne de la mise à l'affleurement de roches mafiques, qui s'altèrent facilement au contact de l'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) et sont donc très gourmandes en CO2. Les conditions climatiques tropicales, chaudes et humides, maximisent cette altération et le relief (Le relief est la différence de hauteur entre deux points. Néanmoins, ce mot est souvent employé pour caractériser la forme de la surface de la Terre.) très accidenté de la région maintient une érosion physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique désigne la connaissance de la nature ;...) intense, mettant en permanence un substrat rocheux frais au contact de l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) qui circule à la surface.

L'équipe de chercheurs a simulé la consommation de CO2 liée à l'émersion de ces îles. Une reconstruction précise des lignes de côtes fossiles a permis de calculer l'augmentation de la surface des îles, passant de 0.3 millions de km2 il y a 15 millions d'années, à 2 millions de km2 aujourd'hui. Le modèle numérique (Une information numérique (en anglais « digital ») est une information ayant été quantifiée et échantillonnée, par opposition...) des grands cycles biogéochimiques GEOCLIM a ensuite été adapté à l'étude.

Les résultats obtenus montrent l'importance de l'évolution de la région sur le climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue de la météorologie qui...) de la Terre. L'altération chimique des îles d'Asie du Sud-Est provoque à elle seule une diminution du niveau de CO2 de 600 ppm il y a 15 millions d'années à 500 ppm il y a 10 millions d'années, puis à 400 ppm il y a 5 millions d'années, pour finir au niveau pré-industriel de 280 ppm. Ces résultats sont compatibles avec les proxies de CO2 atmosphérique, montrant que l'altération des roches mafiques de la région étudiée détermine en grande partie l'évolution du climat depuis 15 millions d'années. Il est même probable que la glaciation (Une glaciation ou période glaciaire est à la fois une phase paléoclimatique froide et une période géologique de la Terre durant laquelle une part importante des continents est englacée.) arctique (L’Arctique est la région entourant le pôle nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire. Elle se situe à l'opposé de l'Antarctique. L'Arctique inclut une partie du Canada, du Groenland...) ne se serait jamais produite sans l'émergence de ces roches.


Les surfaces grisées représentent les terres actuellement émergées en Asie du Sud-Est. Les lignes colorées situent la position du littoral il y a 15, 10 et 5 millions d'années.

En savoir plus:
Emergence of the Southeast Asian Islands as a driver for Neogene cooling - Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States (Le United States est un paquebot construit en 1952 ; il est le plus grand jamais construit aux États-Unis, et toujours le plus rapide à ce jour.) of America.
Yuem Park, Pierre Maffre, Yves Godderis, Francis A. Macdonald, Eliel S. C. Anttila, and Nicholas L. Swanson-Hysell.
https://doi.org/10.1073/pnas.2011033117

Contact:
Yves Goddéris - GET - yves.godderis at get.omp.eu
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.072 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique