COVID-19 et vaccinations corrélés à l'émergence d'une maladie rare et mortelle

Publié par Redbran le 13/06/2024 à 08:00
Source: eBioMedicine
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Une étude récente de l'Université de Leeds révèle une hausse spectaculaire d'une maladie auto-immune rare pendant la pandémie de COVID-19, touchant des groupes démographiques auparavant non affectés. Ce phénomène inattendu a entraîné le décès de neuf patients, soulignant l'urgence de comprendre et traiter cette condition.


Cette maladie se caractérise par une réponse auto-immune où le système immunitaire attaque ses propres protéines sentinelles, normalement chargées de détecter les virus. Rare au Royaume-Uni et généralement observée chez les femmes d'Asie de l'Est, elle a soudainement affecté 60 personnes dans le Yorkshire, principalement des hommes et des femmes blancs, durant la pandémie. Les résultats ont été publiés dans The Lancet eBioMedicine.

L'exposition au COVID-19 est suspectée de déclencher cette réponse auto-immune, manifestant des éruptions cutanées, des pneumonies et une maladie pulmonaire interstitielle, souvent fatale. Le professeur Dennis McGonagle, investigateur principal, souligne l'importance de reconnaître rapidement les symptômes pour améliorer les chances de récupération complète.

La protéine MDA5, essentielle dans la détection des virus ARN comme le COVID-19, joue un rôle central. Normalement, elle déclenche une réponse immunitaire, mais dans certains cas, le système immunitaire produit des anticorps attaquant cette protéine, conduisant à des maladies auto-immunes rares. Les similitudes entre cette maladie et le syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (MIS-C) observé pendant la pandémie sont frappantes.

Les 60 patients étudiés ont présenté divers symptômes, dont des difficultés respiratoires, douleurs musculaires, éruptions cutanées et une réduction de la circulation sanguine aux doigts. Trente-cinq d'entre eux avaient été vaccinés contre le COVID-19 et 15 avaient été testés positifs auparavant. Malgré les traitements immunosuppresseurs, 41,7 % ont développé une maladie pulmonaire interstitielle, et huit sont décédés.

Les chercheurs ont observé une forte corrélation entre les taux de vaccination dans le Yorkshire et l'augmentation des cas de maladie MDA5 en 2021. Cependant, ils ont également noté un lien avec l'infection au COVID-19. Fait intéressant, 42 % des patients n'étaient pas vaccinés, ce qui suggère que l'exposition au virus pourrait provoquer une réaction excessive du système immunitaire, même sans vaccination préalable.

Cette étude souligne la nécessité de sensibiliser les médecins à cette condition pour garantir des diagnostics rapides et des traitements efficaces, réduisant ainsi les dommages pulmonaires et sauvant des vies.
Page générée en 0.093 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise