Découverte d'une nouvelle classe d'ARN

Publié par Redbran le 16/09/2021 à 13:00
Source: Université Laval
Un article qui vient de paraître dans l'International Journal of Molecular Sciences vient ébranler une idée reçue en biologie cellulaire. Dans cette étude, une équipe de la Faculté de médecine et du Centre de recherche du CHU de Québec - Université Laval (L’Université Laval est l'une des plus grandes universités au Canada. Elle a comme...) rapporte avoir découvert une nouvelle classe d'ARN exceptionnellement courts qui moduleraient de façon inédite l'expression des gènes dans la cellule.


Les zones rouges de cette image révèlent la localisation des dodécaARN dans les cellules neuronales N2a de souris.

"Il y avait un dogme en biologie moléculaire (La biologie moléculaire (parfois abrégée bio mol ou BM) est une discipline...) selon lequel les brins d'ARN plus courts que 16 nucléotides ne pouvaient avoir de rôle significatif, explique le responsable de l'étude, Patrick Provost. Ils étaient considérés comme des produits de dégradation cellulaire et on ne prenait même pas la peine de les étudier. J'avais moi-même accepté cette limite arbitraire sans me poser de question. Il aura fallu un accident de parcours pour que je revisite cette idée reçue."

En effet, une erreur de manipulation survenue dans un laboratoire avec lequel son équipe collaborait a amené le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la...) à penser qu'il pouvait exister des ARN beaucoup plus courts que tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) ce qui avait été rapporté jusque-là. "Grâce à cette erreur, nous nous sommes lancés à la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) d'ARN extrêmement courts pouvant avoir un rôle fonctionnel dans la cellule et nous en avons trouvés."

Rappelons que l'ARN est un intermédiaire qui permet de convertir l'information génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est...) encodée sous forme d'ADN dans le génome (Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une...) en instructions permettant la synthèse de protéines. Dans les années 1990, on a découvert que des microARN (Les micro ARN (miRNA ou mi RNA) sont des ARN simple-brin longs d'environ 21 à 24...) pouvaient se lier à l'ARN messager pour en moduler la traduction en protéines. "Ces microARN, qui comptent entre 19 et 24 nucléotides, sont maintenant reconnus comme des régulateurs importants d'environ 60% des gènes chez l'humain. Nous avons découvert des ARN encore plus courts qui rempliraient aussi fonction de régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se...) des gènes, mais de façon différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des...)", précise le professeur Provost.

Alors que les microARN sont présents sous différentes formes dans la cellule - on parle de plusieurs centaines de séquences différentes -, la nouvelle classe d'ARN découvert par les chercheurs de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) Laval compte principalement deux séquences. La première a 12 nucléotides et sa variante en a 13. Les chercheurs ont donc nommé cette classe les dodécaARN. "Cette uniformité et leur accumulation suggèrent qu'ils ne sont pas produits de façon aléatoire", observe le chercheur.

Même s'ils sont peu diversifiés, les dodécaARN sont très abondants dans la cellule, beaucoup plus que les microARN, précise-t-il. La gamme de leurs fonctions reste à être précisée. "Dans l'étude que nous publions dans l'International Journal of Molecular Sciences, nous démontrons deux de ces fonctions - une qui touche la migration des cellules et l'autre qui concerne un gène (Un gène est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la...) du cancer de la prostate (Le cancer de la prostate est un cancer fréquent touchant la prostate et donc exclusivement...) -, mais vu l'abondance des dodécaARN, nous croyons qu'il y en a beaucoup plus. C'est ce que mon équipe va maintenant étudier. À long terme, nous pensons qu'il serait possible d'utiliser ces dodécaARN pour moduler l'expression de gènes impliqués dans certaines maladies humaines."

La première auteure de l'étude parue dans l'International Journal of Molecular Sciences est Marine Lambert. Abderrahim Benmoussa, Idrissa Diallo, Katheryn Ouellet-Boutin, Véronique Dorval, Nathalie Majeau, Charles Joly-Beauparlant, Arnaud Droit, Alain Bergeron, Bernard Têtu, Yves Fradet, Frédéric Pouliot et Patrick Provost sont les autres signataires de l'article.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.095 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique