La dépression saisonnière : les risques de l'autodiagnostic
Publié par Isabelle le 30/03/2014 à 12:00
Source: Université de Sherbrooke - Grégory Ferland
Si en Europe et notamment en France, nous connaissons une météo clémente et des jours printaniers en ce moment, au Québec le froid persiste d'où le risque de dépression saisonnière.

L'hiver québécois perdure. Si vous commencez à perdre espoir de voir réapparaître le soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une étoile de type naine jaune, et composée d'hydrogène...) et le barbecue, vous faites partie de la majorité. Mais si vous avez de la difficulté à mener vos activités habituelles, vous êtes peut-être de ces personnes atteintes de dépression saisonnière: dans les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la...) nordiques, 3 % à 10 % de la population adulte en souffrent. Peut-on s'autodiagnostiquer une telle affection?


Illustration: Techno-science.net

Le professeur et psychiatre (Un psychiatre est un médecin spécialisé en psychiatrie et psychothérapie, qui diagnostique, traite et tente de prévenir les maladies mentales, les troubles psychiques et les...) Pierre Gagné nous fait part de son avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un projet hongrois de monoplace de sport derrière lequel se cachait en fait un monoplace de chasse destiné au...) sur le sujet.

Qu'est-ce que la dépression saisonnière? Fait-elle partie du DSM?

(Le Manuel diagnostique et statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon. D'une façon générale, c'est le...) des troubles mentaux, communément appelé DSM, est publié par la Société américaine de psychiatrie (La psychiatrie est une spécialité médicale traitant de la maladie mentale ou des maladies mentales. L'étymologie du mot psychiatrie provient du grec psyche (ψυχὴ), qui signifie...). C'est le principal ouvrage de référence en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état...) de santé mentale (La santé mentale est un terme relativement récent et polysémique. Habituellement elle est vue comme l'« aptitude du psychisme à fonctionner...) et de psychiatrie).

Réponse: Oui, c'est un véritable trouble, un trouble d'humeur sévère répétitif qui s'installe peu à peu lorsque les journées raccourcissent. La dépression saisonnière ressemble beaucoup à la dépression non saisonnière. La personne qui en est victime ressent les mêmes symptômes: perte d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) et de motivation (La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle son engagement dans une action ou expérience. Elle en détermine le déclenchement dans une certaine direction avec l'intensité...), tristesse, changement d'appétit (L'appétit est le désir de manger. L'appétit existe dans les formes de vies les plus évoluées pour réguler la quantité d'énergie à apporter pour les besoins du métabolisme.), fatigue, etc. Cependant, contrairement à la dépression non saisonnière, elle coïncide avec la diminution de la période d'ensoleillement. Donc logiquement, elle disparaît au printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones tempérées,...), contrairement à la dépression régulière, qui risque de perdurer.

Le froid et la neige (La neige est une forme de précipitation, constituée de glace cristallisée et agglomérée en flocons pouvant être ramifiés d'une infinité de façons. Puisque les flocons sont composés de...) qui persistent en ce moment affectent-ils une dépression saisonnière?

Non. C'est réellement le manque de lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs...) qui affecte les gens qui souffrent de ce type particulier de dépression sévère. Donc si la dépression persiste au printemps, même si la neige et le froid sont toujours présents, il y a de forts risques que ce ne soit pas une dépression de type saisonnière.

Peut-on se traiter soi-même?

C'est là le danger: l'autodiagnostic ou ce que j'appelle les "diagnostics d'Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en...)". Les gens qui sont déprimés rechercheront leurs symptômes sur le web et pourront conclure à tort qu'ils sont victimes de dépression saisonnière alors qu'ils ont peut-être une dépression majeure d'un autre type. Ils iront s'acheter une boîte de lumière pour faire un peu de luminothérapie (La luminothérapie est un traitement psychiatrique de première ligne en ce qui concerne la dépression saisonnière et l'insomnie et constitue un traitement...). Ce sont des moyens plus rapidement accessibles que la médication ou la consultation, alors les gens se traitent souvent de cette manière. Comme cela ne fait pas effet sur leurs symptômes, leur dépression continuera et s'aggravera. Il faut s'assurer d'avoir le bon diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de δια-, dia-, „par, à travers, séparation, distinction“ et γν?ση, gnósi, „la...) afin d'avoir le bon traitement.

En quoi l'autodiagnostic est-il une préoccupation pour vous?

On cherche à éviter l'autodiagnostic, car une dépression mal traitée peut avoir des impacts majeurs sur la personne et son entourage. La personne peut aller jusqu'à mettre fin à ses jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit...) en pensant que sa maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) n'est pas traitable alors que le traitement qu'elle s'est prodigué est inapproprié et inefficace. Il faut donc consulter un professionnel de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) pour obtenir un diagnostic correct.

Pierre Gagné est professeur à la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain...) et des sciences de la santé de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études...) de Sherbrooke. Il est aussi directeur du Service de psychiatrie légale. Le professeur Gagné a mené diverses recherches sur la détresse psychologique.
Page générée en 0.313 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique