Les détecteurs infrarouges non refroidis à la rescousse du véhicule autonome
Publié par Adrien le 17/10/2018 à 08:00
Source: CEA

©sittinan - Fotolia.com
Les microbolomètres sont des détecteurs infrarouges fonctionnant à température ambiante, issus de la recherche spatiale et militaire. Ils débarquent aujourd'hui dans les véhicules autonomes, pour plus de sécurité.

Dans certaines conditions de visibilité (En météorologie, la visibilité est la distance à laquelle il est possible de distinguer clairement un objet, quelle que soit l'heure. On peut mesurer la visibilité horizontale et...), les lidars, radars, ultrasons et autres capteurs (Un capteur est un dispositif qui transforme l'état d'une grandeur physique observée en une grandeur utilisable, exemple : une tension électrique, une hauteur de mercure, une...) dans le domaine visible ne suffisent pas à détecter de façon fiable et rapide l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude...) des obstacles présents sur la route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le...). L'ajout de capteurs infrarouges, seuls à pouvoir détecter la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) émise par les objets, apparaît essentiel pour garantir une fiabilité (Un système est fiable lorsque la probabilité de remplir sa mission sur une durée donnée correspond à celle spécifiée dans le cahier des charges.) sans faille et permettre le déploiement du véhicule (Un véhicule est un engin mobile, qui permet de déplacer des personnes ou des charges d'un point à un autre.) autonome. 

A l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y...) actuelle, le marché de l'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La...) infrarouge (Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde supérieure à celle de la lumière visible mais plus courte que celle des micro-ondes.) thermique (La thermique est la science qui traite de la production d'énergie, de l'utilisation de l'énergie pour la production de chaleur ou de froid, et des transferts de chaleur suivant différents phénomènes...) est dominé par la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) du microbolomètre, laquelle présente un très bon compromis entre performances et coût. Depuis les années 1990, le Leti, institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter...) de CEA Tech, développe la technologie du microbolomètre non refroidi. Ces travaux ont donné naissance en 2002 à ULIS, une spin-off française aujourd'hui l'un des leaders mondiaux sur le marché des capteurs infrarouges thermiques. 

Les capteurs microbolométriques non refroidis fabriqués à partir de matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) semi-conducteurs et MEMS standards offrent des possibilités exceptionnelles d'amélioration des performances et de réduction des prix. Ainsi, la taille du pixel (Le pixel, souvent abrégé px, est une unité de surface permettant de mesurer une image numérique. Son nom provient de la locution anglaise picture element, qui signifie « élément d'image ». Le...) est passée de 45 µm aux débuts de la technologie, à 12 µm aujourd'hui tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en maintenant les performances stables.
Page générée en 0.166 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique