L'ecstasy favorise la destruction des neurones du cerveau
Publié par Adrien le 19/11/2007 à 00:00
Source: BE Portugal numéro 27 (15/11/2007) - Ambassade de France au Portugal / ADIT
Les travaux conduits par des scientifiques de Porto (Portugal) ont montré que consommer de l'ecstasy provoquait la destruction prématurée des neurones du cerveau chez le rat adolescent.

Ce projet financé par la fondation Calouste Gulbenkian a permis de préciser les effets de l'accumulation de sérotonine dans les extrémités des terminaisons nerveuses: les axones. L'accumulation prolongée de sérotonine provoquée par le principal composant de l'ecstasy, le MDMA, est responsable entre autres des effets agréables de la drogue (Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel, capable d'altérer une ou plusieurs activités neuronales et/ou de perturber les communications neuronales. La...). Cependant, jusqu'à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure...), l'effet de cette accumulation prolongée sur la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) des consommateurs n'avait pas pu être explicité.

Or, l'étude publiée dans la revue scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) Journal of Neuroscience par cette équipe portugaise montre que la dégradation de la sérotonine accumulée au niveau des mitochondries - organites cellulaires responsables de le production d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) pour la cellule - exposent celles-ci à un stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des contraintes environnementales. Dans le langage courant, on...) oxydatif important et provoquent des délétions de parties de leur ADN. La production d'énergie cellulaire est alors diminuée considérablement, pouvant entraîner la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant...) cellulaire des neurones par apoptose ou nécrose. Le rôle protecteur d'un médicament (Un médicament est une substance ou une composition présentée comme possédant des propriétés curatives, préventives ou administrée en vue...) utilisé pour traiter les patients atteints de la maladie de Parkinson (La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique affectant le système nerveux central responsable de troubles essentiellement moteurs d'évolution progressive.), la Sélégiline (La sélégiline est une molécule de la famille des phényléthylamines. Elle agit chez l'homme comme un inhibiteur de la monoamine oxydase B (IMAO B) et est utilisée pour traiter la...), a également été rapporté dans cette étude.

Ainsi, il a été possible de mettre en évidence l'effet délétère de cette drogue chez les adolescents. Consommateurs majoritaires d'ecstasy, ce sont eux qui sont les plus sensibles à ses effets du fait d'un système cérébral et hormonal non mature. Les chercheurs espèrent voir apparaître chez les adolescents une prise de conscience et ont lancé à travers le Portugal une campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu urbain. La campagne est caractérisée par une...) d'information sur les effets néfastes de cette drogue sur le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité...).

Cette étude vient corroborer les résultats de recherches menées par plusieurs groupes britanniques et français qui expliquent les conséquences sur le comportement de l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) de cette drogue qui augmenterait le risque d'affection psychiatrique de nature psychotique comme il est reporté dans la presse nationale.

Page générée en 0.770 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique