Les émissions de CO2 révèle les effets de la pandémie de Covid-19

Publié par Adrien le 22/10/2020 à 09:00
Source: CEA
Une équipe internationale impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) publie une évaluation des émissions de CO2 par l'industrie, les transports et d'autres secteurs de janvier à juin 2020. Les mesures de confinement liées à la pandémie ont entraîné une baisse de 9 % des émissions sur cette période par rapport à 2019.


(c) Carbon Monitor

Une étude précédente parue en juin signalait une baisse de plus de 7 % des émissions de CO2 pour la période de janvier à avril 2020 par rapport à l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) précédente.

Les chercheurs ont actualisé et approfondi cette évaluation pour la période de janvier à juin. Leurs nouvelles données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un...), toujours consultables sur le site de Carbon Monitor, conduisent à une baisse de 9 %, en retrait de 17 % par rapport à leur étude précédente.

La nouvelle étude donne une image encore plus claire qu'auparavant de l'impact atmosphérique des mesures de confinement de 2020 en fournissant des estimations des différences quotidiennes, sectorielles et nationales des émissions de CO2, dérivées de sources de données fréquemment mises à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et sa...) (en temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) quasi-réel pour beaucoup d'entre elles).

"Nous avons pu suivre les effets en cascade de la perturbation des activités humaines liée à la Covid-19, de la Chine en février aux États-Unis et en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme...), de mars à mai, explique Philippe Ciais, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et impliquent d'importantes...) au LSCE. Nous avons également pu constater la reprise des émissions dans de nombreuses régions, comme en Chine, où elles sont maintenant revenues aux niveaux d'avant la pandémie (Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et δῆμος / dễmos (peuple)) est une épidémie touchant une part...)."

Les émissions pour les Amériques et l'Europe ont été plus lentes à se rétablir, en particulier aux États-Unis, où les cas de Covid-19 ont continué à se manifester tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) au long de l'été et à l'automne (L'automne est l'une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l'été et l'hiver.).

La baisse des émissions de carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.) est principalement due au transport (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) car le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de personnes se rendant au travail en voiture et voyageant en avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air, entraîné par un...) a diminué. Les émissions du transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par assimilation, des actions de...) terrestre ont chuté de 19,2 % entre 2019 et 2020 et celles de l'aviation (L'aviation est une activité aérienne définie par l'ensemble des acteurs, technologies et règlements qui permettent d'utiliser un aéronef dans un but particulier. Ces diverses...) de 37,4 %, au cours de la même période.

Les chercheurs montrent que même si les confinements se sont allégés dans le monde (Le mot monde peut désigner :) à la fin du printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones tempérées,...), les émissions des transports en juin étaient encore 16 % plus basses qu'un an auparavant, ce qui révèle que la mobilité humaine et les habitudes sont restées durablement affectées.

La consommation d'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité...) des ménages s'est maintenue pendant les confinements liés au coronavirus, de sorte que les émissions de carbone du secteur de l'électricité n'ont diminué que d'environ 6 % quand celles de l'industrie baissaient de 6,5 %.

À l'échelle régionale, la plus forte baisse a eu lieu aux États-Unis, qui ont émis 530 millions de tonnes de CO2 de moins au cours de la période d'évaluation, soit une baisse de 13 %. Les émissions de la Chine ont diminué de 227 millions de tonnes (5,4 %) et celles de l'Inde de 177 millions de tonnes (16 %).

François-Marie Bréon et Frédéric Chevallier, également co-auteurs de l'étude et chercheurs au LSCE, soulignent qu'en utilisant des données à jour à partir d'une liste élargie de sources, ce "tableau de bord (Le tableau de bord est l'élément qui indique au conducteur d'un véhicule (automobile, bateau), les paramètres de fonctionnement de celui-ci. Il est le plus souvent situé face au...)" produit une image plus claire des émissions de dioxyde de carbone (Le dioxyde de carbone, communément appelé gaz carbonique ou anhydride carbonique, est un composé chimique composé d'un atome de carbone et de deux atomes d'oxygène et dont la formule brute...) dans le monde. "C'est une avancée que notre méthode permette de surveiller les émissions au quotidien. Nous pouvons même voir pour la première fois les effets des week-ends et des vacances (Les vacances (au pluriel, du latin vacare, « être sans ») sont une période de temps (de quelques jours, semaines, voire mois) pendant laquelle une personne cesse son activité habituelle...), insistent-ils. Et à l'avenir, ce sera un outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son efficacité naturelle dans l'action. Cette augmentation se traduit par la...) puissant pour suivre le caractère écologique des initiatives de relance économique liée à la Covid-19 et d'autres efforts pour réduire les émissions."

Références:
Near-real-time monitoring of global CO2 emissions reveals the effects of the COVID-19 pandemic, Nature Communications
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.854 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique