Eviter la propagation des agents pathogènes dans les transports
Publié par Isabelle le 13/05/2016 à 12:00
Source: CORDIS-Europa

©Techno-science.net
De nouveaux outils pour empêcher la propagation des agents pathogènes à très haut risque dans les réseaux de transport

Des chercheurs européens aident les réseaux de transport nationaux et régionaux à mieux atténuer les risques de propagation des pathogènes transmissibles.

En 2014, ont eu lieu 3,3 milliards de vols dans le monde (Le mot monde peut désigner :), dont 44 % long courrier. Par ailleurs, le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de passagers devrait doubler ces 15 prochaines années, ce qui signifie que le risque de propagation rapide et, parfois, incontrôlable d'agents pathogènes transmis d'une personne à une autre naturellement ou intentionnellement, comme le virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent...) de l'Ebola ou l'anthrax, devrait augmenter.

De plus, bien que les voyages en avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air,...) sont les premiers responsables de la propagation mondiale de ces agents pathogènes, le risque ne s'y limite pas. Les systèmes de transport (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) en masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte)...) à haute densité (La densité ou densité relative d'un corps est le rapport de sa masse volumique à la masse volumique d'un corps pris comme référence. Le corps de référence est l'eau pure à 4 °C pour les...) que l'on trouve dans de nombreuses villes européennes contribuent aussi à la propagation des maladies infectieuses.

La prévention proactive des agents pathogènes

PANDHUB, un projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une...) de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) financé par l'UE, a adopté une approche proactive pour la prévention contre les agents pathogènes. Le projet a prévu de soutenir les opérateurs des transports et les parties prenantes adéquates dans le développement de plans de préparation et de réponse aux agents pathogènes pour ces réseaux de transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de...) comme les aéroports, les principaux pôles d'interconnexion de métro (Un métro, apocope du terme métropolitain lui-même abréviation de chemin de fer métropolitain, est un chemin de fer urbain souterrain le plus souvent, sur...) et les gares ferroviaires.

Comme point (Graphie) de départ, PANDHUB s'est engagé à identifier les "zones prioritaires" (hotspots) qui présentent un risque de transmission des microbes plus élevé via la respiration (Dans le langage courant, la respiration désigne à la fois les échanges gazeux (rejet de dioxyde de carbone, CO2, appelé parfois de façon impropre...), l'éternuement et le toucher (Le toucher, aussi appelé tact ou taction, est l'un des cinq sens de l'homme ou de l'animal, essentiel pour la survie et le développement des êtres vivants, l'exploration, la reconnaissance, la découverte de...). Le projet a identifié ces zones en étudiant les voies de transmission potentielles des infections, les flux (Le mot flux (du latin fluxus, écoulement) désigne en général un ensemble d'éléments (informations / données, énergie, matière, ...) évoluant dans un sens...) de passagers, et les caractéristiques uniques des zones de transport très fréquentées.

Grâce à cette étude, les chercheurs PANDHUB ont découvert que la transmission des maladies infectieuses dépend de nombreux facteurs, dont la voie de transmission, la virulence (La virulence désigne le caractère pathogène, nocif et violent d'un micro-organisme (bactérie ou champignon). La virulence d'un pathogène létal est...) du microbe (Les micro-organismes ou microbes sont des organismes vivants microscopiques (invisible à l'œil nu) et qui ne peuvent donc être observés qu'à l'aide d'un...) et la prédisposition du passager exposé. La bonne nouvelle est que dans des circonstances normales, le risque de transmission est faible dans les transports publics sans nécessiter d'action spéciale mise à part une hygiène (L'hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir les infections et l'apparition de maladies infectieuses. Elle se base essentiellement sur trois actions :) personnelle de base. La mauvaise nouvelle, toutefois, est que ces sites sont souvent mal préparés pour faire face à une épidémie.

Validation des directives et des boîtes à outils

Pour combler ces lacunes en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état...) de préparation, le projet a mis au point des directives en cas d'épidémie validées et des boîtes à outils intégrées qui contiennent des composants de modélisation pour simuler la propagation des maladies et pour évaluer les effets des contre-mesures proposées. Se fondant sur l'impact de ces simulations, le projet développe des plans de réaction rapides sur mesure afin d'atténuer les risques, de contenir les incidents et, à terme, de sauver des vies. Par ailleurs, PANDHUB établit des instructions détaillées sur la façon de réduire efficacement les différentes voies de transmission, en même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) que des directives pour la protection, le nettoyage et la décontamination des passagers et des bâtiments.

En raison des frontières ouvertes de l'UE et du fait que de nombreux systèmes de transport traversent des frontières régionales et nationales, le risque d'un incident transfrontalier est particulièrement élevé en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du...). C'est pourquoi, les travaux de PANDHUB accordent une attention spéciale à la coopération transfrontalière, dont la coordination de la collecte de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un...), d'outils et d'informations. Par conséquent, le projet facilite une enquête et une réaction épidémiologiques transfrontalières coordonnées.

Un effort d'équipe

La production de directives et d'outils complexes, vastes et multinationaux est difficile et nécessite une approche pluridisciplinaire. De ce fait, tous les outils de PANDHUB sont développés en collaboration étroite avec un groupe de liaison des parties prenantes composé de personnel de transport, d'experts, d'autorités gouvernementales et d'utilisateurs finaux.

Le kit proposé est actuellement soumis à essai au moyen d'exercices sur le terrain et d'ateliers, dont la rétroaction servira à valider et à développer plus avant les outils.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:
le site web (Un site Web est un ensemble de pages Web hyperliées entre elles et mises en ligne à une adresse Web. On dit aussi site Internet par métonymie, le World Wide Web reposant sur Internet.) du projet PANDHUB
Page générée en 0.794 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique