Existait-il une planète entre Mars et Jupiter ?
Publié par Michel le 10/04/2006 à 00:00
Source: Sean N. Raymond, John Chambers, Astrobiology Science Conference à Washington
Illustration: Techno-Science.net
Une théorie récente prétend que les planètes géantes du Système Solaire ont subi une modification soudaine de leur orbite approximativement 700 millions d'années après leur formation. A cette époque, l'excentricité de leur orbite serait passée de pratiquement zéro (Le chiffre zéro (de l’italien zero, dérivé de l’arabe sifr, d’abord transcrit zefiro en italien) est un symbole marquant une...) (circulaire donc, depuis leur origine) à la valeur qu'on leur connaît actuellement. Des simulations effectuées en supposant l'orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) de Jupiter circulaire suggèrent qu'une ou plusieurs planètes rocheuses auraient alors pu de former à l'intérieur de celle-ci, à environ 2,2 unités astronomiques (1 UA= distance de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et...) au Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une étoile de type naine jaune, et composée...), soit 150 millions de kilomètres) du Soleil.


Des astronomes ont étudié la possibilité qu'une planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la...) rocheuse, surnommée "Artémis" (1), ait pu exister à l'origine, au-delà de l'orbite de Mars et en deçà de celle de Jupiter, là où se trouve actuellement la ceinture d'astéroïdes. Cette zone était stable avant le bouleversement des orbites des planètes géantes, mais s'est trouvé déstabilisée suite à cet événement.

Les chercheurs ont simulé le changement d'orbite de Jupiter pour étudier les raisons de la disparition d'Artémis, en faisant varier sa masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre...) et/ou sa position originelle. Dans toutes les simulations, la modification de l'excentricité (Cet article décrit l'excentricité en mathématiques et en psychologie.) de Jupiter provoquait l'augmentation de celles des planètes rocheuses internes et bien souvent des croisements de trajectoires occasionnant des collisions.

En supposant la masse d'Artémis trois fois plus faible que celle de la Terre, les simulations conduisaient soit à l'éjection de Mars hors du Système Solaire (Le système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le Soleil et des corps célestes ou objets définis gravitant autour de lui (autrement dit, notre...), soit à sa destruction par collision (Une collision est un choc direct entre deux objets. Un tel impact transmet une partie de l'énergie et de l'impulsion de l'un des corps au second.). Par ailleurs et dans de nombreux cas, Mercure plongeait et disparaissait définitivement dans le Soleil.

En donnant à Artémis une masse équivalente à celle de Mars, soit l'une, soit l'autre était éjectée hors du Système Solaire. Toutefois, les planètes rocheuses subsistantes auraient alors eut de nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure...) des excentricités supérieures à celles constatées. Leurs faibles valeurs actuelles imposent qu'Artémis ait été rapidement détruite ou éjectée à travers l'espace. Il est possible qu'une partie de la ceinture d'astéroïdes actuelle représente la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) de ces lointains événements.

Note:
(1) Il existe un astéroïde (Un astéroïde est un objet céleste dont les dimensions varient de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres et qui, à la différence d’une comète, tourne autour du Soleil sur une orbite...) appelé 105 Artémis, mais ce n'est pas de lui dont il est question ici.


Page générée en 0.143 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique