Faire plus d'exercice pour se défaire du tabagisme plus rapidement
Publié par Adrien le 05/08/2014 à 12:00
Source: Université Concordia
Selon une recherche de l'Université Concordia au Canada, l'abandon du tabac devient plus complexe lorsque des troubles de santé mentale entrent en jeu.

Les fumeurs ayant reçu un diagnostic de dépression éprouvent le besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins secondaires et les besoins...) de prendre une pause cigarette deux fois plus souvent que ceux qui n'ont pas à composer avec un trouble de l'humeur. Qui plus est, les personnes qui ont le plus de difficulté à arrêter de fumer (Fumer est une pratique consistant à brûler une substance pour en inhaler la fumée par la bouche ou le nez.) pourraient en réalité avoir plus de problèmes de santé mentale (La santé mentale est un terme relativement récent et polysémique. Habituellement elle est vue comme l'« aptitude du psychisme à fonctionner de façon...) qu'elles ne le croient.

Tandis que près d'un adulte nord-américain sur cinq fume régulièrement, chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) qui demeure en baisse constante, environ 40 pour cent des personnes dépressives ont souvent besoin de griller une cigarette. Ce constat a incité une équipe de chercheurs, logée en partie à l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux...) Concordia, à mettre au jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et...) ce que dissimulait ce pourcentage (Un pourcentage est une façon d'exprimer une proportion ou une fraction dans un ensemble. Une expression comme « 45 % » (lue « 45 pour cent ») est en réalité la...) plus élevé.

L'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme...) de leurs observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la très grande...) a récemment fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il...) d'un compte rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie) d'une scène créée dans un logiciel de modélisation 3D comportant à la fois des objets et des sources...) dans la revue Nicotine (La nicotine (de Jean Nicot) est un alcaloïde présent dans les feuilles de tabac (jusqu'à 5 % du poids des feuilles) et à moindre concentration dans les plantes de la famille des solanacées. La nicotine a...) & Tobacco Research. Ainsi, leur étude a révélé que les fumeurs aux prises avec une maladie mentale (La dénomination maladie mentale est le terme générique qui regroupe toute une série de troubles d'origines diverses (toxiques, organiques, génétiques, psychogènes, traumatiques, etc., etc.). Il a...) ont tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) simplement plus de difficulté à se défaire de leur habitude, peu importe à quel point (Graphie) ils souhaitent cesser de fumer.

En effet, l'anxiété (L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et comportementale, un état d'alerte, de tension psychologique et somatique, en rapport avec un sentiment désagréable...), les envies ou le manque de sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution...) qui se manifestent généralement lorsqu'on cesse de fumer d'un seul coup font souvent en sorte qu'on se précipite sur la première cigarette en vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) – à laquelle on avait pourtant juré de ne plus jamais toucher (Le toucher, aussi appelé tact ou taction, est l'un des cinq sens de l'homme ou de l'animal, essentiel pour la survie et le développement des êtres vivants,...).

Or, une personne qui ne souffre pas de dépression clinique est mieux à même d'affronter les difficultés liées au sevrage tabagique.

Cependant, il a été démontré qu'un peu d'exercice peut diminuer l'envie compulsive d'allumer une cigarette – même si cela n'est pas suffisant pour soulager les symptômes de la dépression.

À la suite d'une étude d'une durée de 18 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.), les chercheurs ont constaté que, même dans un contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les...) d'entraînement des plus élémentaires, il était plus facile de cesser de fumer. De fait, ils ont observé qu'à la suite de séances de marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un déplacement en...) régulières, les symptômes de sevrage étaient d'intensité moindre.

"Ce constat devrait être considéré comme un appel à l'action", affirme Grégory Moullec, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont...) postdoctoral affilié au Département des sciences de l'exercice de l'Université Concordia et coauteur de l'étude. "Aussi espérons-nous que cette étude continue de sensibiliser les chercheurs et les cliniciens au rôle prometteur de l'exercice dans le traitement de la dépression et l'abandon du tabac", ajoute l'auteur principal, Paquito Bernard de l'Université de Montpellier, en France.

En outre, leur recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) montre dans quelle mesure la lutte difficile de certaines personnes contre la cigarette peut révéler la présence d'une dépression mal diagnostiquée.

Les études sur le rôle bénéfique de l'exercice dans l'abandon du tabac se poursuivent. Beaucoup des fumeurs désireux de rompre avec le tabagisme (Le tabagisme est le fait de consommer du tabac, produit manufacturé élaboré à partir de feuilles séchées de plantes appartenant à la famille des Solanacées et...) seraient certainement prêts à tenter de se débarrasser de leurs envies uniquement par l'activité physique (L'activité physique regroupe à la fois l'exercice physique de la vie quotidienne, maison, jardinage, commissions, travail, marche usage des escaliers déplacements...).

"Nous avons besoin d'arguments encore plus solides pour convaincre les responsables de politiques, explique Grégory Moullec. Malheureusement, il y a encore des gens qui mettent en doute les bienfaits de l'exercice et persistent à privilégier les stratégies pharmacologiques. Toutefois, si nous continuons à mener des études ambitieuses et à adopter des méthodes strictes, nous arriverons à déterminer quelles interventions sont les plus efficaces."
Page générée en 0.919 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique