Freiner la maladie de Parkinson ?
Publié par Adrien le 02/11/2018 à 08:00
Source: Jean Hamann - Université Laval
Des médicaments utilisés contre certains cancers pourraient ralentir la mort des neurones chez les personnes souffrant de parkinson

Une étude publiée dans la revue Science suggère que de nouveaux médicaments utilisés depuis peu pour traiter certains cancers pourraient ralentir la progression de la maladie de Parkinson (La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique affectant le système nerveux central responsable de troubles essentiellement moteurs d'évolution...). Cette étude, dirigée par des chercheurs de la Johns Hopkins University School of Medicine, est signée par 22 chercheurs dont Guy Poirier, de la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie),...) et du Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) du CHU de Québec- Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux...) Laval.


Les agrégats de la protéine alpha-synucléique forment des fibrilles dans les neurones des patients atteints de parkison. Ces fibrilles toxiques activent la PARP-1, une protéine qui enclenche le processus de mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par...) cellulaire.

L'une des manifestations de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) de Parkison est l'apparition d'agrégats d'alpha-synucléique dans les neurones du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la...). Ces protéines dont la configuration spatiale est altérée forment des fibrilles qui se propagent de neurone (Un neurone, ou cellule nerveuse, est une cellule excitable constituant l'unité fonctionnelle de base du système nerveux. Le terme de « neurone » fut introduit dans le...) en neurone. "Le mécanisme conduisant à la formation de ces fibrilles et la voie par laquelle elles provoquent des dommages cellulaires et la mort des neurones n'étaient pas connus, souligne Guy Poirier. Par contre, on connaissait l'existence de deux molécules, PARP-1 et PAR, qui sont associées à la mort cellulaire dans certaines maladies neurologiques. Le but de l'étude était de déterminer s'il y avait un lien entre les fibrilles et ces deux molécules."

Habituellement, la PARP-1 est d'une grande utilité dans la cellule puisqu'elle répare les lésions qui surviennent dans l'ADN. Par contre, lorsque ces dommages dépassent un certain seuil, la PARP-1 est fortement exprimée, ce qui entraîne une surproduction de la molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui peut exister à l'état libre, et qui représente la plus petite quantité de matière possédant les...) PAR qui, à fortes concentrations, est toxique pour les cellules. "Lorsque cette situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou...) se produit, la PARP-1 conduit à la mort de la cellule plutôt qu'à sa survie", observe le professeur Poirier.

Les expériences menées par les chercheurs montrent que les fibrilles tuent les neurones in vitro (In vitro (en latin : « dans le verre ») signifie un test en tube, ou, plus généralement, en dehors de l'organisme vivant ou de la cellule. Un exemple est la...) et in vivo (In vivo (en latin : « au sein du vivant ») est une expression latine qualifiant des recherches ou des examens pratiqués sur un organisme vivant, par...) par l'entremise de l'activation (Activation peut faire référence à :) de la PARP-1 et de l'accumulation de la molécule PAR, résume Guy Poirier. De plus, l'abondance de cette molécule favorise la production de fibrilles sous une forme encore plus toxique, ce qui entraîne la cellule dans une spirale (En mathématiques, une spirale est une courbe qui commence en un point central puis s'en éloigne de plus en plus, en même temps qu'elle tourne...) conduisant à sa mort.

Chez les souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme...), l'injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :) de fibrilles provoque une dégénérescence des neurones ainsi que l'apparition de manifestations comportementales du parkinson. Ces effets sont atténués chez des souris qui n'expriment pas le gène (Un gène est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la synthèse d'une chaîne de polypeptide ou d'un acide ribonucléique (ARN) fonctionnel. On peut...) PARP-1 ainsi que chez celles qui ont reçu un inhibiteur de la PARP. De plus, la propagation des fibrilles entre les neurones est réduite chez les souris dépourvues de PARP-1.

Les analyses effectuées par les chercheurs sur des échantillons de liquide (La phase liquide est un état de la matière. Sous cette forme, la matière est facilement déformable mais difficilement compressible.) céphalo-rachidien- le liquide dans lequel baigne le cerveau et la moelle épinière (La moelle épinière, ou moelle spinale, désigne la partie du système nerveux central prolongeant en dessous la medulla oblongata, ou...) - indiquent que l'abondance de la molécule PAR est deux fois plus élevée chez les personnes atteintes de parkinson que chez des personnes en bonne santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.). Les niveaux de cette molécule sont liés à la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) des symptômes de la maladie et au nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'années écoulées depuis le diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de δια-, dia-, „par, à travers, séparation,...).

Depuis 2014, la Food and Drug Administration des États-Unis a approuvé l'utilisation de trois inhibiteurs de la PARP pour le traitement des personnes atteintes de cancers de l'ovaire ou du sein. "Nos résultats suggèrent que ces inhibiteurs pourraient aussi atténuer la dégénérescence des neurones et ralentir la progression de la maladie de Parkinson", conclut le professeur Poirier.

Les agrégats de la protéine alpha-synucléique forment des fibrilles dans les neurones des patients atteints de parkison. Ces fibrilles toxiques activent la PARP-1, une protéine qui enclenche le processus de mort cellulaire.
Page générée en 0.306 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique