Google dénonce un pédophile à la police
Publié par jyb le 06/08/2014 à 00:00
Alors que l'affaire Snowden a défrayé la chronique pendant plusieurs mois, une nouvelle affaire liée à l'espionnage de comptes informatiques privés est actuellement en cours. L'entreprise Google a en effet dénoncé à la police un homme de 41 ans qui a envoyé un email contenant une image pédophile. L'auteur du mail a ensuite été arrêté par la police de Houston (Houston est une ville du Texas au sud des États-Unis. Avec une population de plus de 2 000 000 habitants (Houstoniens) et 5 280 661 dans...) au Texas et inculpé pour les faits en question.


Googleplex: une des directions du siège social de Google

Comment le pédophile a-t'il été détecté ?

Chaque mail qu'on reçoit ou envoie dans Google est analysé par des robots informatiques. Les contenus textuels sont ainsi analysés et chaque utilisateur voit ainsi apparaître des publicités pouvant être en relation avec ses échanges par mail. Cependant, à ce stade (Un stade (du grec ancien στ?διον stadion, du verbe ?στημι istêmi, « se tenir droit et ferme ») est un...) là, aucune personne humaine n'a vu les échanges et aucun usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) à but d'intrusion dans la vie (La vie est le nom donné :) privée en a été fait.

Mais ici, c'est un autre algorithme qui a été utilisé. Celui-ci analyse les images. Si certains logiciels permettent de détecter à partir de vidéos (La vidéo regroupe l'ensemble des techniques, technologie, permettant l'enregistrement ainsi que la restitution d'images animées, accompagnées ou non de son, sur un support adapté à...) une possible agression en cours, le cas des images statiques est moins évident. En fait, il n'y a pas eu d'analyse faite sur l'image elle même, mais une simple comparaison de "signature" d'images. En clair, Google a calculé la signature d'images pédophiles connues des autorités. Cette signature est calculée d'une telle manière qu'elle est unique pour chaque image. Ensuite, à chaque envoi effectué depuis un compte Google, si cet envoi comporte une image, Google calcule la signature de cette image et la compare avec les signatures des images pédophiles connues. Dans le cas où une des comparaisons s'avère positive, l'entreprise communique les informations aux autorités.

Est-ce le système PRISM dénoncé par Snowden qui a permis cette arrestation ?

La réponse est simple: non.

Pour ceux qui veulent une explication détaillée, en voici une. Le système PRISM est un système par lequel les données personnelles (Les données personnelles sont les informations qui permettent d'identifier directement ou indirectement une personne physique. Elles sont protégées par divers instruments juridiques...) hébergées par les principaux acteurs sont systématiquement copiées sur des serveurs gouvernementaux pour utilisation ultérieure. Ici, cela n'a tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) simplement rien à voir. L'algorithme qui a détecté l'image incriminée est un algorithme automatique (L'automatique fait partie des sciences de l'ingénieur. Cette discipline traite de la modélisation, de l'analyse, de la commande et, de la régulation des systèmes dynamiques. Elle a pour fondements...) hébergé par Google lui même. Et c'est Google qui a pris l'initiative de contacter l'administration juridique, sans passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) par un service de renseignement comme la NSA.

De la même manière, des "écoutes" de police peuvent très bien être faites sur un compte mail, mais là encore, il ne s'agit pas d'aspirer l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui...) des comptes d'un service Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en...) mais bien d'une consultation de comptes au cas par cas et de manière encadrée par la loi.
Page générée en 0.664 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique