Le hamster commun en milieu urbain: comment vivre en ville quand on vient des champs ?

Publié par Adrien le 09/12/2019 à 08:00
Source: CNRS INSB
Le hamster commun (Cricetus cricetus) est une espèce menacée d'extinction qui vit en milieu agricole mais parfois également en ville. L'une de ces populations urbaines est implantée depuis de nombreuses années à Vienne en Autriche. A travers le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande diversité de...) LIFE+ALISTER et en collaboration avec l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) de Vienne, une équipe du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) s'est intéressée à l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) du hamster (Le hamster (prononcer /ams.tɛr/ ; de l'allemand hamstern, « faire des réserves ») est un petit rongeur de la famille des Muridés. Il forme pour les scientifiques la sous-famille des...) dans l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...) urbain: elle a exploré son organisation (Une organisation est) et les différences intersexuelles existantes. La particularité de cette étude est une approche basée intégralement sur l'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et...) comportementale amenant ainsi des pistes nouvelles pour la conservation de l'espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un concept flou dont il existe...). Ces travaux sont publiés dans la revue Plos One dans une édition spéciale consacrée à l'Écologie urbaine.


Une femelle hamster commun en milieu péri-urbain.
© Yolan RICHARD, CNRS

Dans l'environnement urbain, la faune sauvage rencontre des enjeux nouveaux et doit notamment s'adapter aux activités humaines. Dans une étude réalisée par une équipe du CNRS en collaboration avec l'Université de Vienne et publiée dans Plos One sur l'écologie et le comportement d'une population de hamsters communs (Cricetus cricetus) vivant dans le centre-ville (Le centre-ville est le cœur de la ville. Il est également appelé hypercentre dans le cas des grandes agglomérations. C'est le lieu des manifestations...) de Vienne, en Autriche, les chercheurs ont enregistré l'activité de 35 hamsters en mai 2015. Chaque animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire...) a été suivi et observé spécifiquement pendant 15 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le terrain. Unités et...) et un total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire...) de 66 échantillons ont été analysés. Le hamster étant une espèce proie (Une proie est un organisme capturé vivant, tué puis consommé par un autre, qualifié de prédateur.), les scientifiques ont prédit un haut niveau de vigilance (Son attention prend un aspect d'intensité pour solliciter l'ensemble de ses capacités de perception et les concentrer sur le déroulement de la tâche.) des individus dans cet environnement présentant une activité humaine importante.

Les résultats montrent que si les animaux consacraient beaucoup de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) à la vigilance, la majeure partie de leur temps était consacrée à la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) de nourriture. L'étude cherchait également à déterminer si la fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par...) des comportements de vigilance différait entre les mâles et les femelles. Le constat: les comportements de vigilance étaient exprimés de façon différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application définie à...) par les mâles et les femelles.

Enfin, la répartition des terriers sur les espaces verts en fonction de la proximité des arbres et de l'intensité sonore a également été étudiée. L'hypothèse de départ était que les hamsters communs mettent en place une distribution hétérogène des terriers, avec une préférence spatiale pour un emplacement protégé par la végétation (La végétation est l'ensemble des plantes (la flore) sauvages ou cultivées qui poussent sur une surface donnée de sol, ou dans un milieu aquatique. On parle aussi de "couverture végétale".) et éloigné des sources de bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son. C'est-à-dire vibration de l'air pouvant donner lieu à la création d'une sensation auditive.). Même si les terriers étaient situés de préférence sous le couvert végétal (Les classifications scientifiques classiques regroupent sous le terme végétal ([veʒetal]/[veʒeto]) plusieurs lignées d'organismes vivants qui, selon l'origine étymologique du terme,...), l'intensité du bruit ne semble pas déterminer leur position. De plus, cette espèce ne réagit pas aux perturbations comme les bruits urbains quotidiens, probablement par effet d'habituation.

Ces résultats conduisent à une meilleure connaissance du comportement du hamster commun au sein d'une population qui s'est pérennisée dans le milieu urbain. Cette espèce étant en voie de disparition, cette étude permet d'envisager cet environnement pour le renforcement des populations et améliorer ainsi son état de conservation.

Références:
Flamand A., Rebout N., Bordes C., Guinnefollau L., Bergès M., Ajak F., et al. (2019) Hamsters in the city: A study on the behaviour of a population of common hamsters (Cricetus cricetus) in urban environment.
PLoS One 14(11): e0225347.
Cet article vous a plus ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.644 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique