Des impressions 3D de pièces métalliques maintenant possibles dans l'ISS

Publié par Adrien le 01/04/2024 à 08:00
Source: CNES
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Le 30 janvier dernier, la mission Cygnus NG-20 s'élançait en direction de la Station spatiale internationale avec une curieuse cargaison à son bord: une imprimante 3D capable de fabriquer des pièces métalliques en micropesanteur.

Développée par Airbus Defence and Space pour le compte de l'ESA et opérée par le CADMOS, centre dédié aux activités en micropesanteur du CNES, l'imprimante Metal 3D est une expérience pionnière dans l'ISS.


Modèle de vol de l'imprimante Metal 3D.
Crédits: © ESA

Comment ça fonctionne ?

Tout d'abord, le fil d'acier inoxydable est poussé dans la zone d'impression. L'imprimante le fait ensuite fondre à l'aide d'un laser, un million de fois plus puissant qu'un pointeur laser classique. L'imprimante ajoute ensuite le métal fondu à l'impression.

Les normes de sécurité dans l'ISS sont assez strictes... Et heureusement pour nos astronautes ! Le point de fusion du métal se situant aux alentours de 1400°C, l'imprimante Metal 3D est mise dans une boîte complètement scellée. Avant sa mise en marche, l'oxygène de cette boîte est totalement remplacé par de l'azote, bien moins inflammable. Cela évite en outre au métal de s'oxyder au contact de l'oxygène.


Imprimante Metal 3D en opération.
© Airbus Defence and Space SAS

12/02: la mise en place

L'imprimante Metal 3D a été mise en place dans le module Columbus de l'ISS et plus précisément dans l'EDR-2 (European Drawer Rack 2). Comme son nom l'indique, il s'agit d'une imprimante 3D destinée à créer des pièces en métal par superposition de différentes couches. Etant donné que dans l'ISS il est impossible de faire fusionner du métal comme sur Terre, cette imprimante fonctionne à partir du même procédé que celles utilisant du plastique: avec un filament.

C'est l'astronaute de l'ESA Andreas Mogensen qui s'est chargé de la monter dans le rack. L'imprimante pèse 180kg: difficile à manutentionner sur Terre, c'est pourtant un vrai jeu d'enfant dans l'ISS pour Andreas Mogensen.

11/03: début des impressions

4 tests d'impression au total sont prévus, afin de recréer des pièces déjà imprimées sur Terre. Il est ainsi prévu que l'imprimante crée 4 pièces d'environ 125g chacune, dont l'impression prendra à chaque fois 4 semaines environ (à raison d'un fonctionnement de 3h30 par jour). L'objectif est de démontrer qu'il est possible de fabriquer des pièces en métal directement dans l'espace.

Le but de cette imprimante 3D serait de permettre aux astronautes d'être autonomes dans la conception et la réalisation de petites pièces en métal, pour faire par exemple de petites réparations. Sa sœur jumelle est présente au CADMOS: une équipe dédiée étudiera ainsi la faisabilité d'un tel défi et pourra comparer les pièces réalisées avec la gravité terrestre et celles faites dans l'ISS, en micropesanteur.
Page générée en 0.006 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise