Les langues maternelles auraient une influence sur les maths
Publié par Adrien le 27/07/2006 à 00:00
Source: Cette information est un extrait du BE Etats-Unis numéro 44 du 20/07/2006 rédigé par l'Ambassade de France aux Etats-Unis. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com
Les personnes de langue maternelle anglaise, si on les compare à celles de langue maternelle chinoise, traitent les calculs mathématiques différemment, selon une étude conjointe du McKnight Brain Institute de l'Université de Floride, du Banner Alzheimer Institute en Arizonie et de la National Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce...) Foundation de Chine.

Des recherches ont été faites sur ces deux groupes en leur faisant faire des calculs arithmétiques faciles (3+4, par exemple) et en prenant des images cérébrales des sujets simultanément. Chaque groupe utilisait, entre autres, la partie du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la...) appelé cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.) inférieur pariétal (c'est dans cette partie du cerveau que se trouvent les capacités de représentation quantitative et les capacités de lecture). En revanche, les personnes de langue maternelle anglaise et de langue maternelle chinoise utilisaient en complément des parties différentes de leur cerveau durant ces opérations.

Les personnes de langue maternelle anglaise montraient de l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) dans la partie du cerveau consacrée au traitement des langues, tandis que les personnes de langue maternelle chinoise avaient plus d'activité dans la partie du cerveau responsable pour le traitement de l'information visuelle. Ces résultats impliqueraient alors que les personnes de langue maternelle anglaise ont une manière différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application...) des personnes de langue maternelle chinoise pour résoudre les problèmes mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et...).

Richard Nesbitt, le directeur du "Culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) and Cognition Program" de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux...) du Michigan avait également fait une étude l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) dernière sur les américains du nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) d'origine européenne et ceux d'origine asiatique, en étudiant les différences dans l'activité du cerveau quand ils regardaient une image. Les américains du nord avaient tendance à se concentrer sur les détails et les objets du premier plan, tandis que les asiatiques se focalisaient sur l'arrière-plan et toute l'image. Selon le Dr. Nesbitt cette nouvelle étude sur les langues et les maths confirme son hypothèse selon laquelle il y a des différentes façons -au sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une...) de l'activité cérébrale- de voir le monde (Le mot monde peut désigner :) et même de penser.

En fin de compte, ces résultats peuvent aider les chercheurs à comprendre les avantages de penser à la manière "asiatique" ou "occidentale". L'étude est parue dans les "Proceedings of the National Academy of Sciences" en juin.

Page générée en 0.296 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique