LHC: une machine à voyager vers le passé ?

Publié par Adrien le 07/04/2008 à 00:00
Source: BE Russie numéro 16 (1/04/2008) - Ambassade de France en Russie / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /53775.htm
Illustration: CERN
Selon deux scientifiques russes, le nouvel accélérateur de particules du CERN pourrait nous permettre de voyager dans le temps. Une théorie qui fait rêver certains mais qui n'est pas sans susciter les sarcasmes des autres.

Le lancement du Grand Collisionneur (Un collisionneur est un type d'accélérateur de particules mettant en jeu des faisceaux...) hadronique (Large Hadron (Un hadron est un composé de particules subatomiques régi par l'interaction forte. Dans le...) Collider, LHC), le plus grand accélérateur de particules (Les accélérateurs de particules sont des instruments qui utilisent des champs...) jamais construit, est censé éclairer d'un jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) nouveau la physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...) des atomes (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut...) et du cosmos, et sera capable de reproduire des conditions proches de celles du Big Bang (Le Big Bang est l’époque dense et chaude qu’a connu l’univers il y a...). Le professeur Irina Arefeva et le docteur Igor Volovitch, spécialistes de physique mathématique (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide...) à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) Steklov de mathématiques, à Moscou (), vont encore plus loin. La gigantesque expérience du CERN, le centre européen de physique des particules (La physique des particules est la branche de la physique qui étudie les constituants...) situé près de Genève, pourrait devenir en fait la première machine à voyager dans le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...), expliquent-ils dans l'hebdomadaire New Scientist. Toujours selon leur théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...), si le voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel...) dans le passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...) est possible, on ne pourra cependant pas aller au-delà de la date de création du LHC. Cela signifierait donc que l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...) 2008 pourrait bien devenir l'"année zéro (L'année zéro n'existe pas dans l'ère chrétienne (Anno Domini) , ni dans le calendrier...)" du voyage temporel.

Lorsque l'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la...) du LHC est concentrée sur une seule particule subatomique (Une particule subatomique est un composant de la matière de taille inférieure à un...), elle peut avoir d'étranges effets sur l'espace-temps (La notion d'espace-temps a été introduite au début des années 1900 et reprise...), le tissu qui régit l'univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.), affirment les chercheurs russes. L'énergie du LHC pourrait ainsi tordre le temps à tel point (Graphie) que celui-ci finisse par se recourber sur lui-même. Ces boucles temporelles devraient permettre en théorie de revivre des événements du passé. Cette idée en rappelle une autre, énoncée en 1988 par le professeur Kip Thorne (Kip Stephen Thorne (né le 1er juin 1940) est un physicien théoricien américain,...) et ses collègues du California Institute of Technology (Le California Institute of Technology ou Caltech est l’une des facultés des...), à Pasadena. Ils avaient montré que des "trous de ver (Les vers constituent un groupe très hétérogène d'animaux invertébrés...)" (wormholes, en anglais), sortes de tunnels creusés dans l'espace-temps, pourraient permettre de voyager dans le temps. Le professeur Arefeva et le docteur Volovitch pensent que le LHC serait capable de créer de tels trous de ver et des courbes temporelles, comme résultat de collisions.

Il reste cependant bien des obstacles sur sa mise en place: la taille des particules pouvant se déplacer dans les trous et la difficulté de maintenir ouverte l'entrée du trou de ver (Un trou de ver est un « tunnel » reliant un trou noir et un trou blanc.) pour y voyager dans le temps. Les chercheurs pensent que la solution réside dans l'énergie sombre (En cosmologie, l'énergie sombre est une forme d'énergie hypothétique remplissant tout l'Univers...), une mystérieuse force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un...) 'antigravité (L'antigravité correspond à l'idée de la création d'un espace ou d'un objet...)' qui serait omniprésente dans l'univers. Certaines théories définissent cette énergie sombre comme une énergie fantôme. Selon le professeur David Deutsch, spécialiste réputé à l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) d'Oxford, le voyage dans le temps est une possibilité. Mais il reste sceptique sur fonctionnement du mécanisme proposé par les chercheurs russes. M. Deutsch affirme que l'énergie des milliards de rayons cosmiques qui bombardent l'atmosphère de la Terre (L'atmosphère terrestre est l'enveloppe gazeuse entourant la Terre solide. L'atmosphère sèche est...) depuis 5 milliards d'années dépasse de loin celle à produire avec le LHC. Suivant cette logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος),...), des voyageurs temporels devraient déjà nous avoir rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie)...) visite.

Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.107 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique