La longueur des télomères indicatrice de longévité ?

Publié par Publication le 24/01/2012 à 12:00
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)


Un télomère
Illustration: wikipedia - licence Creative Commons
Depuis plusieurs décennies, des biologistes avaient déjà fait le rapprochement entre la durée de vie et le raccourcissement des télomères. Pour approfondir les recherches, une équipe de scientifiques de l'université de Glasgow vient de révéler les résultats d'une étude menée sur des oiseaux diamants mandarins. Publiés dans la revue Pnas, ces résultats confirmeraient l'existence d'un tel lien entre la sénescence des cellules et la longueur des télomères.

Les télomères, ce sont des séquences d'ADN présents aux extrémités des chromosomes. Ils ne codent aucune information, leur seul intérêt est d'éviter que les chromosomes ne fusionnent entre eux. Ils ont tendance à raccourcir avec le vieillissement, mais aussi à cause d'une blessure ou du stress. Ce raccourcissement se produit à chaque division cellulaire et lorsqu'il devient trop court, la cellule interprète cela comme une corruption ADN et commence à entrer en sénescence. C'est ce que l'on nomme la théorie télomérique du vieillissement.

Plusieurs cancers et autres maladies seraient causés par la présence de télomères trop petits. Une équipe de l'Université du Danemark vient également de faire des recherches sur l'arthrose et a constaté que les cellules de genoux arthrosiques possèdent des télomères très raccourcis en nombre anormalement élevé dans la zone endommagée de l'articulation.

L'équipe de l'université de Glasgow a mené pour la première fois une étude sur 99 oiseaux diamants mandarins pendant plusieurs années. Régulièrement, leurs télomères ont été mesurés et ce depuis l'éclosion jusqu'au décès de l'animal. A chaque stade de vie étudié, un lien cohérent a bien été trouvé entre la longueur des télomères et la longévité des animaux, avec un lien au plus fort 25 jours après l'éclosion, âge auquel le les télomères indiquent au mieux la ligne de vie de l'oiseau.

Ces résultats seraient difficilement comparables chez l'Homme, car l'évolution des oiseaux et des humains est très différente. En effet, le diamant mandarin, à 25 jours, n'est pas mature sexuellement mais a presque terminé son développement. Alors que l'homme poursuit sa croissance après avoir acquis sa maturité sexuelle. Attention toutefois à modérer les résultats de ces recherches: le fait d'avoir de longs télomères ne prédit en rien la durée de vie, mais serait capable d'informer sur la probabilité de vivre vieux. Certaines entreprises fleurissent d'ailleurs depuis quelques temps, proposant d'analyser des échantillons biologiques pour prédire l'espérance de vie du patient, bien que rien n'ait été prouvé scientifiquement.

Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Page générée en 0.326 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise