La méditation, remède contre les troubles de l'attention ?

Publié par Adrien le 11/04/2013 à 00:00
Source: Marie Lambert-Chan - Université de Montréal

Les personnes qui pratiquent la méditation sont plus habiles à se concentrer sur une source d'information précise. (Photo: iStockphoto)
Les adeptes de la méditation de pleine conscience posséderaient une plus grande épaisseur corticale dans des régions du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite...) responsables de la régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se...) de l'attention. Une partie de ces mêmes zones serait plus mince chez les individus souffrant d'un trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Des chercheurs de l'Université de Montréal (L’Université de Montréal est l'un des quatre établissements d'enseignement...) et de l'Université McGill (L’Université McGill, située à Montréal au Québec, est une des...) ont établi ce rapprochement qui fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans...) d'un article publié dans la revue Biological Psychology.

"Cette recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) donne à penser qu'on aurait peut-être intérêt à procéder à des études cliniques bien contrôlées pour vérifier si des personnes aux prises avec un TDAH pourraient bénéficier des effets de la méditation. D'autant plus que des travaux à l'aide de l'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui...) fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions....) ont déjà montré que la méditation pourrait améliorer les capacités d'attention de gens qui ne présentent pas un tel déficit", estime Pierre Rainville, professeur au Département de stomatologie de l'UdeM et directeur du Laboratoire de recherche en neuropsychologie de la douleur (La douleur est la sensation ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un...).

Les chercheurs ont fait passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques...) différents tests à 18 adeptes de méditation ayant accumulé un minimum de 1000 heures (L'heure est une unité de mesure  :) de pratique. Ils ont découvert que ces participants rapportaient une plus grande "capacité d'absorption ( En optique, l'absorption se réfère au processus par lequel l'énergie d'un photon est prise...)" que les sujets témoins. Meilleure était la capacité d'absorption, plus grande était l'épaisseur corticale. "On définit la capacité d'absorption comme l'aptitude à s'immerger complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou...) dans ce qui soutient notre attention. C'est la façon, par exemple, dont un spectateur assis dans un théâtre se voit transporter par l'action qui se passe sur scène au point (Graphie) où il en oublie où il se trouve", explique M. Rainville.

Cette capacité d'absorption rendrait les personnes qui pratiquent la méditation plus habiles à se concentrer sur une source d'information précise, de même qu'à filtrer toute interférence (En mécanique ondulatoire, on parle d'interférences lorsque deux ondes de même type...). Des chercheurs américains ont récemment réussi à faire cette démonstration (En mathématiques, une démonstration permet d'établir une proposition à partir...) par des tests neuropsychologiques et des mesures d'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) cérébrale, rappelle le professeur Rainville.


Pierre Rainville
Selon lui, ces nouvelles données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) renforcent la pertinence de poursuivre d'autres recherches pour évaluer les effets de la méditation de pleine conscience sur le contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de...) de la douleur. Cela pourrait être particulièrement intéressant chez des personnes âgées en bonne santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...) ou souffrant de troubles cognitifs légers. "Bien qu'ils perçoivent la douleur avec peut-être davantage d'acuité, les adeptes de méditation n'y réagissent pas avec la même émotion. Des résultats en imagerie cérébrale (L'imagerie cérébrale (dite aussi neuro-imagerie) désigne l'ensemble des techniques...) fonctionnelle illustrent bien que les régions de leur système limbique, qui jouent un rôle important dans les émotions, ne sont pas mobilisées lorsqu'ils ont mal. Certaines recherches semblent indiquer que l'efficacité des systèmes d'autorégulation de la douleur diminuerait au cours du vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant...) normal. Est-ce que la méditation pourrait alors aider les gens âgés à mieux gérer leur douleur ? Cela reste spéculatif mais mérite assurément notre attention", avance celui qui est aussi chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la...) à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) universitaire de gériatrie de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande...).

Si les bienfaits cliniques de la méditation demeurent encore incertains tant pour les individus aux prises avec un TDAH que pour soulager la douleur chez les ainés, il en va autrement pour les personnes souffrant d'anxiété (L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et...) ou des effets délétères du stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général...). "Ces individus voient souvent leurs pensées ou leurs activités interrompues par des interférences qui proviennent de ruminations ou de l'anticipation (Au sens général du terme, une anticipation correspond à une phase où sont...) d'un danger potentiel, mentionne Pierre Rainville. La méditation de pleine conscience, en nous aidant à recentrer notre attention sur le moment présent, contribuerait à diminuer le retentissement émotionnel négatif de ces pensées. Évidemment, cela pourrait également expliquer au moins en partie les effets bénéfiques que nous avons observés sur la douleur."

Manifestement, ce champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) de recherche aux frontières des neurosciences (Les neurosciences correspondent à l'ensemble de toutes les disciplines biologiques et...) cognitives et des approches parallèles issues des traditions orientales nous réserve encore bien des surprises.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.702 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique