On peut encore sauver les écosystèmes africains !

Publié par Adrien le 19/03/2020 à 09:00
Source: Université de Montréal
Une partie des écosystèmes de l'Afrique est dans un état "catastrophique" selon Robert Kasisi, professeur à l'École d'urbanisme et d'architecture de paysage de l'Université de Montréal. Il faut s'attaquer à cette situation si l'on veut réduire les effets des changements climatiques. "On a beaucoup parlé de dérèglements climatiques au cours de la dernière décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix »...), mais on semble oublier que sans forêts, sans océans (Océans stylisé Ωcéans est un documentaire français réalisé par...) en santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...), ce sont des puits de carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C,...) importants qui ne jouent plus leur rôle de régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se...) dans les cycles biogéochimiques. En Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles,...), ce problème est particulièrement criant", explique-t-il au terme d'une enquête de cinq ans sur les écosystèmes du continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens...) africain pour le compte de l'Organisation (Une organisation est) des Nations unies.


"On a beaucoup parlé de dérèglements climatiques au cours de la dernière décennie, mais on semble oublier que sans forêts, sans océans en santé, ce sont des puits de carbone importants qui ne jouent plus leur rôle de régulation dans les cycles biogéochimiques. En Afrique, ce problème est particulièrement criant". Crédit: Getty

À la tête d'une équipe de 10 chercheurs scientifiques de tous les coins du monde (Le mot monde peut désigner :), il a codirigé avec Pierre Failler, du Royaume-Uni, le deuxième chapitre du "rapport Afrique" de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie...) et les services écosystémiques (mieux connue sous son abréviation anglaise IPBES, l'Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services; l'IPBES est aux écosystèmes ce que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une...) ou GIEC est aux changements climatiques).

"Nous avions pour mandat de dresser l'état des lieux sur le continent africain. C'est évidemment une tâche complexe en raison de la diversité des habitats, des questions démographiques et des systèmes politiques qu'on y rencontre. Mais notre rapport souligne quelques points importants comme la dégradation des forêts, à cause notamment des besoins en énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la...) des habitants, et la surpêche, qui menace de nombreuses espèces", mentionne le professeur Kasisi.

Des écosystèmes et des humains


Robert Kasisi
Durant les travaux du groupe, qui se sont échelonnés de 2014 à 2018, l'accent a été mis sur les communautés humaines et leurs interactions avec la nature ainsi que les avantages qu'elles en retirent. Par exemple, 400 millions d'Africains dépendent du poisson (Dans la classification classique, les poissons sont des animaux vertébrés aquatiques...) comme source de protéines animales et plusieurs millions de personnes tirent de la pêche leur principale source de revenu. De plus, les paysages terrestres comptent beaucoup "pour les loisirs, la relaxation, la guérison (La guérison est un processus biologique par lequel les cellules du corps se...), le tourisme (Le tourisme est le fait de quitter son domicile, pour des raisons personnelles, pour une durée...) axé sur la nature", sans parler du plaisir esthétique; l'écotourisme est d'ailleurs une importante source de revenu dans le nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.), le sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) et les parties orientales de l'Afrique, ainsi que dans les îles océaniques.

Toutefois, l'exploitation des ressources ne se fait pas toujours de façon durable, comme l'ont constaté les auteurs du rapport. "Les combustibles ligneux représentent 80 % de l'approvisionnement en énergie primaire (Une source d’énergie primaire est une forme d’énergie disponible dans la nature avant...) de l'Afrique subsaharienne, où 90 % de la population dépend du bois de chauffage (Le chauffage est l'action de transmettre de l'énergie thermique à un objet, un...) et du charbon de bois (Le charbon de bois est obtenu en carbonisant du bois en atmosphère contrôlée (en...) pour l'énergie, en particulier pour la cuisine (La cuisine est l'ensemble des techniques de préparation des aliments en vue de leur...), peut-on lire. La demande de charbon de bois est en croissance, ce qui pourrait avoir des effets négatifs sur la santé."

Ce sujet a tendance à être sous-représenté dans les politiques, l'accent étant plutôt mis sur la nécessité d'avoir accès à des sources d'énergie telles que l'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la...) et le kérosène (Le kérosène est un mélange d'hydrocarbures contenant des alcanes (CnH2n+2) de...). "Cette question de la gouvernance est capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs,...) en Afrique. Plusieurs pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...) sont corrompus ou en conflit quasi permanent, ce qui rend la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un...) très difficile pour l'implantation (Le mot implantation peut avoir plusieurs significations :) du développement durable (Le développement durable (traduction de Sustainable development) est une nouvelle conception...)", confie le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la...).

Pollinisateurs et espoir

Les principaux aliments des Africains ‒ viande de gibier, insectes (Insectes est une revue francophone d'écologie et d'entomologie destinée à un large...), fruits frais, noix, graines, tubercules et légumes feuilles, huiles comestibles, boissons, épices, condiments, champignons, miel, édulcorants, tubercules sauvages et escargots, entre autres ‒ proviennent des forêts, des prairies, des zones humides et des plans d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les...). De plus, la médecine traditionnelle (Selon la définition officielle de l' OMS, la médecine traditionnelle "se rapporte aux...) africaine s'appuie sur les ressources naturelles à la portée des guérisseurs. On peut facilement comprendre que la disparition des milieux naturels aura des répercussions majeures sur les populations.

Robert Kasisi donne l'exemple de la diminution notable des pollinisateurs, ces insectes qui sont des agents indispensables dans le cycle de production agricole. "C'est une grande préoccupation dans certains pays d'Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la...), où l'on doit désormais procéder par pollinisation (La pollinisation est le mode de reproduction privilégié des plantes angiospermes et...) mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes...)", déplore-t-il.

Malgré tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...), le chercheur refuse de baisser les bras, car il a relevé de nombreuses initiatives prometteuses en développement durable, dont la création d'aires (Aires (en espagnol, les airs) est une compagnie aérienne intérieure de Colombie.) protégées. "Je demeure optimiste", clame-t-il en reprenant à son compte le titre d'un documentaire de Fernand Dansereau, Quelques raisons d'espérer.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.231 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique