Un pas vers l'immunothérapie contre la SLA
Publié par Adrien le 11/02/2019 à 08:00
Source: Jean Hamann - Université Laval
Une étude démontre l'efficacité d'un anticorps contre l'une des manifestations de la sclérose latérale amyotrophique

Une équipe de l'Université Laval vient de démontrer l'efficacité, chez des souris, d'une nouvelle thérapie (Une thérapie est un ensemble de mesures appliquées par un thérapeute à une personne souffrant d'un problème de santé, dans le but de l'aider à guérir, de minimiser ou de soulager ses symptômes, ou...) qui s'attaque à l'une des principales manifestations de la sclérose (La sclérose est une lésion élémentaire en pathologie dermatologique. Elle correspond à la rigidification anormale de la peau. Elle peut être localisée ou généralisée à...) latérale amyotrophique (SLA). Dans un article publié par le Journal of Clinical Investigations, les chercheurs expliquent comment ils sont parvenus à l'aide d'anticorps à réduire l'abondance des agrégats de protéines dans le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses...) d'un modèle animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances organiques. On...) de cette maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.).


La formation d'agrégats de la protéine TDP-43 est l'une des manifestations de la SLA. Grâce à des anticorps, les chercheurs parviennent à réduire la formation de ces agrégats dans le cerveau de souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi...). Cette réduction s'accompagne d'une amélioration des performances cognitives et motrices chez ces animaux.

Les travaux antérieurs de l'équipe de Jean-Pierre Julien, de la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal...) et du Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) CERVO, avaient démontré que la protéine TDP-43 était surexprimée dans la moelle épinière (La moelle épinière, ou moelle spinale, désigne la partie du système nerveux central prolongeant en dessous la medulla oblongata, ou bulbe...) de personnes souffrant de SLA. Cette surexpression entraîne la formation d'agrégats de TDP-43 dans le cytoplasme des cellules nerveuses ainsi qu'une réponse inflammatoire exagérée qui augmente la vulnérabilité (En gestion des risques, la vulnérabilité d'une organisation ou d'une zone géographique est le point faible de cette organisation pouvant être défini...) des neurones aux molécules neurotoxiques qui circulent dans l'organisme. Les chercheurs avaient aussi montré que la TDP-43 interagit avec la protéine NF-kB, qui joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir...) un rôle clé dans la réponse immunitaire et dans l'inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure, allergie…). La protéine NF-kB est, elle aussi, associée à plusieurs formes de SLA.

Dans leur dernière étude, Jean-Pierre Julien et ses collaborateurs ont produit un anticorps qui cible une région de la TDP-43 impliquée dans la formation de ces agrégats. Ils ont inséré le matériel génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est la science qui étudie l'hérédité et les gènes.) codant pour cet anticorps à l'intérieur de virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une...) qui ont été ensuite injectés dans le système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des nerfs, de l'encéphale, de la moelle épinière, etc....) de souris produisant des agrégats de TDP-43. Une fois à l'intérieur des cellules, les virus ont produit l'anticorps de cette protéine problématique. "Nous avons alors observé une réduction du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'agrégats de TDP-43. Nous avons aussi constaté une atténuation (Perte d'intensité et amplitude d'un signal...) de l'inflammation ainsi qu'une amélioration importante des performances cognitives et motrices des souris", résume le professeur Julien.

Cette percée ouvre la porte à la mise au point (Graphie) d'immunothérapies pour la SLA ainsi que pour près de la moitié des démences frontotemporales où il y a formation d'agrégats de TDP-43. "Nous tentons maintenant de développer une approche qui ne nécessiterait pas l'utilisation de virus, précise le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les...). Des résultats préliminaires nous portent à croire que des anticorps spécifiques injectés directement dans le liquide (La phase liquide est un état de la matière. Sous cette forme, la matière est facilement déformable mais difficilement compressible.) cérébro-spinal pourraient diminuer la formation d'agrégats de la protéine dans les cellules nerveuses. L'avantage de cette approche est que si la thérapie ne fonctionne pas, on peut cesser le traitement immédiatement, ce qui n'est pas possible avec un vecteur (En mathématiques, un vecteur est un élément d'un espace vectoriel, ce qui permet d'effectuer des opérations d'addition et de multiplication par un scalaire. Un n-uplet peut constituer un exemple de vecteur, à...) viral."

Les auteurs de l'étude sont Silvia Pozzi, Sai Sampath Thammisetty, Philippe Codron, Reza Rahimian, Karine V. Plourde, Geneviève Soucy, Christine Bareil, Daniel Phaneuf, Jasna Kriz, Claude Gravel et Jean-Pierre Julien.

La formation d'agrégats de la protéine TDP-43 est l'une des manifestations de la SLA. Grâce à des anticorps, les chercheurs parviennent à réduire la formation de ces agrégats dans le cerveau de souris. Cette réduction s'accompagne d'une amélioration des performances cognitives et motrices chez ces animaux.
Page générée en 1.052 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique