Pourquoi les nourrissons sont-ils si peu touchés par la COVID-19 ?

Publié par Adrien le 17/12/2020 à 07:00
Source: Université de Montréal
La COVID-19 est une maladie qui touche de façon très différente les nourrissons: par rapport aux adultes, la plupart se portent étonnamment bien lorsqu'ils sont infectés par le SRAS-CoV-2, le coronavirus à l'origine de la maladie.


En effet, une nouvelle étude du CHU Sainte-Justine sur les bébés de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande...) qui ont contracté la COVID-19 lors de la première vague (Une vague est un mouvement oscillatoire de la surface d'un océan, d'une mer ou d'un lac. Les...) de la pandémie (Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et...), entre la Saint-Valentin et la fin mai, montre que beaucoup se sont vite rétablis et n'ont eu que des symptômes très légers.

Menée par la Dre Fatima Kakkar, professeure agrégée de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la...) à l'Université de Montréal (L’Université de Montréal est l'un des quatre établissements d'enseignement...), l'étude des caractéristiques cliniques et de la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...) chez les nourrissons vient d'être publiée en ligne dans le JAMA Network Open.

Un taux d'hospitalisation plus élevé

Au Québec et dans tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) le Canada, les nourrissons ont eu un taux d'hospitalisation plus élevé à cause de la COVID-19 que les autres groupes d'âge pédiatrique. L'étude du CHU Sainte-Justine révèle que, sur 1165 bébés testés, 25 (2 %) ont été déclarés positifs à la COVID-19 et parmi ceux-ci un peu moins du tiers ont dû être hospitalisés.

Cependant, ces hospitalisations étaient de courte durée (en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de...) deux jours) et reflétaient plus souvent la pratique clinique de routine selon laquelle tous les nouveau-nés ayant de la fièvre (La fièvre est l'élévation de la température corporelle chez un être à...) sont admis en observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...), subissent un bilan infectieux et reçoivent des antibiotiques en attendant les résultats.

Dans 19 % des cas, d'autres infections, comme celles des voies urinaires, ont été responsables de la fièvre chez le nourrisson (On désigne par le mot nourrisson la période entre l'âge d'un mois et de deux ans...). Plus important encore, dans 89 % des cas, l'infection au coronavirus était bénigne et aucun des bébés n'a eu besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est...) d'oxygène (L’oxygène est un élément chimique de la famille des chalcogènes, de...) ou de ventilation mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes...).

Les effets peu connus

Pendant la première vague de la pandémie, on connaissait peu les effets de l'infection aigüe par le SRAS-CoV-2 chez les nourrissons et les nouveau-nés. Les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) étaient limitées à quelques cas signalés à Wuhan, en Chine, le foyer de la pandémie, et elles montraient des taux élevés d'hospitalisation et de gravité de la maladie.

Cela correspondait aux données pour d'autres maladies infectieuses courantes: les nouveau-nés et les nourrissons sont généralement beaucoup plus à risque de contracter des maladies graves, comme la grippe (La grippe (ou influenza) est une maladie infectieuse fréquente et contagieuse causée par...) et le virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise...) respiratoire syncytial. Les chercheurs avaient donc prévu les mêmes résultats préoccupants chez les nouveau-nés infectés par le SRAS-CoV-2.

Rassurer les parents

Leurs conclusions devraient rassurer les parents et les personnes qui s'occupent des enfants sur les conséquences de l'infection par le coronavirus chez les nourrissons, a déclaré Fatima Kakkar. "Nous n'avons pas encore compris comment les nourrissons sont protégés contre les maladies graves."

D'autres études sont en cours au Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) du CHU Sainte-Justine pour comprendre les différences dans la réponse immunologique au SRAS-CoV-2 chez les nourrissons et chez leurs parents.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.510 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique