Randonnée préhistorique

Publié par Adrien le 03/11/2020 à 09:00
Source: ASP
Deux empreintes de pas laissées sur un sol qui était alors boueux. Un adulte et un tout jeune enfant qui a été tour à tour porté puis déposé sur le sol, puis à nouveau porté. La scène serait d'une grande banalité, si ce n'était qu'elle remonte à au moins 10 000 ans.


Photo: White Sands National Park / M. Bennett, Université Bournemouth

Les empreintes de pas préhistoriques ont un pouvoir d'attraction sur les paléontologues, parce qu'elles donnent accès à une information sur des comportements -ou des déplacements- qu'aucun ossement ne peut révéler. Mais la séquence de pas décrite dans la revue Quaternary Science Reviews a quelque chose d'unique: un kilomètre et demi d'un trajet aller-retour, à travers ce qui est aujourd'hui une plaine (Une plaine est une forme particulière de relief, c'est un espace géographique caractérisé par une surface topographique plane, avec des pentes...) de sel du Nouveau-Mexique.

La plupart des empreintes sont celles d'un ou d'une jeune adulte d'environ 1 mètre (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international (SI). Il est défini, depuis 1983, comme...) 80. Mais à peu près tous les 100 mètres, apparaissent de plus petites empreintes, celles d'un tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) jeune enfant. L'adulte l'a manifestement déposé sur le sol à intervalles réguliers, soit pour le faire marcher, soit pour réajuster le sac avec lequel il le transportait. Les chercheurs ont même pu établir que l'enfant était transporté sur l'épaule gauche de l'adulte, en raison de la différence entre les empreintes de pas. Ces traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la responsabilité de la Commission européenne dans le cadre...) d'enfants n'apparaissent qu'à l'aller, suggérant que l'adulte est revenu sans lui.

Peut-être, supputent les chercheurs, parce qu'ils n'étaient pas seuls dans cette plaine. Les empreintes d'un paresseux (Le terme Paresseux ou Aï (Folivora) est le nom vernaculaire donné à certains mammifères d'Amérique tropicale appartenant au...) géant et d'un mammouth (Les mammouths sont des mammifères éteints de la famille des éléphantidés.) apparaissent au-dessus des empreintes du trajet sud-nord, mais en-dessous de celles du trajet nord-sud, suggérant que les animaux sont passés entre l'aller et le retour. Les empreintes du paresseux suggèrent même qu'il avait senti les humains, puisqu'il semble pivoter sur lui-même au moment où il croise les traces de pas, avant de poursuivre sa route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.). Le mammouth, de son côté, ne semble pas avoir été troublé.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.061 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique