Le réchauffement climatique va entrainer une énorme diminution du nombre de jours de gel sur le Mont Blanc
Publié par Adrien le 06/04/2019 à 08:00
Source: CNRS INEE
Les conséquences du changement climatique sont déjà bien visibles dans les Alpes, mais qu'en sera-t-il à la fin du siècle ? Une équipe de chercheurs des universités de Bourgogne et de Franche Comté a mené une nouvelle étude sur le massif du Mont Blanc, en utilisant les projections climatiques les plus récentes et des méthodes statistiques (La statistique est à la fois une science formelle, une méthode et une technique. Elle comprend la collecte, l'analyse, l'interprétation de données ainsi que la présentation de ces ressources afin...) avancées, afin de déterminer l'évolution des températures jusqu'en 2100, et leurs conséquences. Les résultats montrent clairement une tendance à la baisse du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de jours de gel durant le XXIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et...). En haute altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la répartition de la vie sur terre.), les effets seront particulièrement prononcés dès le milieu du siècle, entraînant une diminution de 45 à 50% du nombre de jours de gel par rapport à aujourd'hui.

Dans les Alpes, à la fin du XXIe siècle, le réchauffement climatique (Le réchauffement climatique, également appelé réchauffement planétaire, ou réchauffement global, est un phénomène d'augmentation de la température moyenne des océans et de l'atmosphère, à...) pourrait aboutir à une réduction des glaciers, de l'enneigement et conduire à un déficit en eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.), entraînant un impact sur la biosphère (La notion de biosphère désigne à la fois un espace et un processus auto-entretenu (jusqu'à ce jour et depuis plus de 3 milliards d'années) sur la...) et provoquant une transformation spectaculaire des milieux de haute montagne (Une montagne est une structure topographique significative en relief positif, située à la surface d'astres de type tellurique (planète tellurique, satellites comme la Lune), et faisant...). Ce constat résulte des données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) issues des modélisations climatiques à l'échelle globale, dont la résolution spatiale reste peu précise sur les Alpes. C'est pourquoi, dans le cadre d'un programme de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique,...) financé par l'Agence Nationale de la Recherche, appelé VIP-Mont-Blanc, des chercheurs du laboratoire Biogésciences (CNRS/Université de Dijon) et du laboratoire ThéMA (CNRS/Université de Besançon) ont décidé d'affiner les modèles climatiques globaux sur le massif (Le mot massif peut être employé comme :) du Mont Blanc.


Au lever du jour, deux alpinistes arrivent au col du Dôme () (4 260 m), la voie normale d'ascension du Mont Blanc
© Bruno JOURDAIN/LGGE/CNRS Photothèque

L'adaptation au changement climatique repose en grande partie sur les données de projection (La projection cartographique est un ensemble de techniques permettant de représenter la surface de la Terre dans son ensemble ou en partie sur la surface plane d'une carte.) climatique issues de comparaison de modèles couplés appelées CMIP. Cependant, les résolutions spatiales des derniers modèles (CMIP5) sont comprises entre 100 et 200 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 seconde.), ce qui n'est pas suffisant pour déterminer l'évolution des températures à une échelle régionale et sur les reliefs de montagnes. Dans cette nouvelle étude sur le Mont Blanc, les chercheurs ont utilisé un algorithme inédit, permettant d'augmenter considérablement la résolution spatiale et obtenir ainsi des estimations de température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid et de chaud, provenant du...) plus précises. Ce travail est sans précédent sur le Mont Blanc car le climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se...) a pu être régionalisé à une résolution inédite de 200 m, en utilisant les simulations des 13 modèles climatiques globaux permettant une modélisation de 1950 jusqu'en 2100. Pour les décennies futures, les deux scénarios d'émissions de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme...) à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans le cas des corps du système...) les plus contrastés, appelé RCP 2.6 (optimiste) et RCP 8.5 (pessimiste), ont été pris en compte afin d'avoir l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise...) de la variation des évolutions climatiques possible. Le premier permet de respecter les termes de l'accord de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin...) et de maintenir le réchauffement global sous les 2°C, mais il semble aujourd'hui difficile à atteindre. Le second mène à une augmentation des températures de l'ordre de 5 à 6°C par rapport à l'ère préindustrielle et les premiers rejets de masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution...) de gaz à effet de serre (Une serre est une structure généralement close destinée à la production agricole. Elle vise à soustraire aux éléments climatiques les cultures produites pour l'alimentation ou le plaisir de l'homme pour...).

Un des résultats majeurs de ce travail a permis de déterminer l'évolution du nombre de jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le...) de gel jusqu'en 2100, en fonction de ces deux trajectoires que pourrait suivre le réchauffement climatique. Pour le scénario le plus optimiste, les résultats montrent clairement une diminution du nombre de jours de gel. Cependant cette diminution reste relativement faible par rapport à ce que l'on connait aujourd'hui. En revanche, pour le scenario le plus pessimiste, celui que l'on semble suivre actuellement, les résultats pour la fin du XXIe siècle montrent des diminutions très importantes, et toujours croissantes, du nombre de jours de gel. En hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.), l'impact le plus important se situerait dans les vallées où l'on aurait une diminution des jours de gel de 30% par rapport à aujourd'hui. Il resterait très prononcé jusqu'à 3000m, où la fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par...) de dégel pourrait croître de 30%. Cette évolution pourrait par exemple rendre plus incertaine la pratique des sports d'hiver, puisque les précipitations pluvieuses pourraient remplacer en partie les chutes de neige (La neige est une forme de précipitation, constituée de glace cristallisée et agglomérée en flocons pouvant être ramifiés d'une infinité de...) jusqu'à des altitudes élevées. En été, c'est la haute montagne qui serait la plus touchée: à des altitudes comprises entre 3500 et 4000 m, on pourrait avoir une diminution du nombre de jours de gel de 45 à 50% par rapport à aujourd'hui. Des évolutions similaires (35 à 40% de jours sans gel en été) seraient aussi enregistrées sur le sommet du Mont-Blanc, à 4810m, alors que ce type d'événements reste rarissime à l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en sciences (« heure solaire »...) actuelle (le sommet a connu de brefs épisodes de dégel comme pendant la canicule (La canicule est une période de très forte chaleur durant l'été. Même s'il n'existe pas de définition officielle, on considère qu'il y a canicule quand, dans un secteur...) de l'été 2003).

Ce qui reste actuellement une exception pourrait donc se répéter environ un jour sur trois en fin de siècle. Cette augmentation de la température pourrait donc induire des bouleversements environnementaux importants, jusqu'alors jamais observés, qui modifieraient en profondeur le fonctionnement des écosystèmes et obligeraient l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...) à s'adapter.

Référence

Benjamin Pohl, Daniel Joly, Julien Pergaud, Jean-François Buoncristiani, Paul Soare et Alexandre Berger 2019. Huge decrease of frost (Noms de villages) frequency in the Mont-Blanc Massif under climate change. Nature Scientific Report
Page générée en 0.280 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique