Restaurer les habitats côtiers pour ralentir le changement climatique ?

Publié par Redbran le 30/09/2022 à 13:00
Source: CNRS INSU
Les sédiments qui se trouvent sous les forêts de mangroves, prés-salés et herbiers de plantes marines sont riches en carbone accumulé au cours des derniers siècles. Les entreprises et les États, soucieux de compenser leurs émissions de gaz à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie...), comme le CO2, explorent la possibilité de le faire en finançant la restauration de ces écosystèmes dits "à carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C,...) bleu (Bleu (de l'ancien haut-allemand « blao » = brillant) est une des trois couleurs...)".


Mesure des échanges gazeux dans les sédiments de la mangrove australienne.
© Judith Rosentreter / Southern (Southern est le nouveau nom de la concession ferroviaire, initialement exploitée par Connex South...) Cross University

Deux chercheurs, dont un du CNRS-INSU, ont examiné les mécanismes par lesquels des habitats côtiers absorbent et rejettent des gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et...) à effet de serre (Une serre est une structure généralement close destinée à la production...). Les résultats concernant le bénéfice climatique de la restauration des écosystèmes à carbone bleu ne sont pas convaincants. En effet, les connaissances scientifiques sur lesquelles baser la compensation carbone des programmes de restauration à venir sont très incertaines et il est fort probable que leur capacité d'atténuation (Perte d'intensité et amplitude d'un signal...) des émissions ait été largement surestimée. Il est donc trop risqué aujourd'hui de choisir cette stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie...) comme mécanisme de compensation des émissions de CO2 et la priorité doit porter sur la réduction des émissions.

Cette étude réaffirme, toutefois, qu'il faut impérativement stopper, et si possible renverser, la perte globale de la végétation (La végétation est l'ensemble des plantes (la flore) sauvages ou cultivées qui...) côtière, car les écosystèmes à carbone bleu sont bien plus que des puits de carbone. Ils protègent les rivages de l'érosion, préservent la biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie...), servent (Servent est la contraction du mot serveur et client.) de nurseries à des espèces commerciales et améliorent la qualité de l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les...). Par ailleurs, le carbone accumulé pourrait retourner vers l'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) si la végétation n'est plus présente pour protéger le sédiment de l'érosion.

Laboratoire CNRS impliqué:
Laboratoire d'océanographie (L’océanographie (de « océan » et du grec γρ?φειν...) de Villefranche (LOV - IMEV)
Tutelles: CNRS / Sorbonne (La Sorbonne est un complexe monumental du Quartier latin de Paris. Elle tire son nom du...) Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...)

En savoir plus:
Carbon removal using coastal blue carbon ecosystems is uncertain and unreliable, with questionable climatic cost-effectiveness - Frontiers in Climate.
Williamson P. & Gattuso J.-P.
https://doi.org/10.3389/fclim.2022.853666
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.183 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique