Les spermatozoïdes jouent un rôle dans la transmission du VIH
Publié par Isabelle le 06/11/2009 à 00:00
Illustration: Sanao/Licence de documentation libre GNU
D'après l'Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) et le programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA), environ 3 millions de nouvelles infections par le VIH sont recensées chaque année et presque 2 millions d'individus succombent à une maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) liée au virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme...). La majorité des cas de transmission utilise le sperme comme vecteur (En mathématiques, un vecteur est un élément d'un espace vectoriel, ce qui permet d'effectuer des opérations d'addition et de multiplication par un scalaire. Un n-uplet peut constituer un...) principal et a lieu lors de rapports hétérosexuels et homosexuels. Cependant, peu d'études se sont intéressées à l'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.) du VIH avec les spermatozoïdes et à leur rôle dans la transmission sexuelle du virus. Ce travail a été réalisé par une équipe de Buenos Aires (Buenos Aires est la capitale fédérale de l'Argentine, dont elle est la plus grande ville et le port le plus important. Avec ses 12 millions d'habitants, c'est même l'une des...), en Argentine et a été publié dans la revue Journal of Experimental Medicine datée du 26 octobre 2009.

Les résultats de cette étude montrent que le VIH est capable de se lier aux spermatozoïdes grâce à une molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui peut exister à l'état libre, et qui représente la plus petite quantité...) particulière, le sulfate d'héparane, et d'être transporté à leur surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet...) jusqu'à rencontrer des cellules jouant un rôle important dans l'infection telles que les cellules dendritiques, les macrophages et les lymphocytes T CD4+. Les scientifiques ont réussi à montrer qu'une fois en contact avec les spermatozoïdes, les cellules dendritiques lient à leur tour le VIH (via le récepteur CD4+) engendrant la dissémination de l'infection. Les chercheurs se sont également rendus compte qu'après avoir interagi avec les spermatozoïdes, les cellules dendritiques deviennent matures et produisent certaines molécules (cytokines) à l'origine du phénomène de tolérance immunitaire. Cet événement contribuerait donc à la dissémination du virus en limitant la reconnaissance, et donc l'élimination, du VIH par le système immunitaire (Le système immunitaire d'un organisme est un ensemble coordonné d'éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le « soi » du...) au contraire des phénomènes d'inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure, allergie…) classique lors d'une infection virale. Enfin il semblerait qu'un pH de 6,5 (légèrement acide), de même nature que celui du vagin à la suite d'un rapport sexuel (Le rapport sexuel en tant que relation humaine implique de facto plus d'un individu dans un comportement dit sexuel aboutissant ou non sur une pénétration (les partenaires pouvant être de sexes identiques ou opposés). Exclue...), facilite l'attachement du virus à la surface des spermatozoïdes et favorise sa transmission aux cellules dendritiques.

Le virus semble avoir 3 voies possibles pour infecter le partenaire lors d'un rapport sexuel. Il peut soit être transmis sous forme de virus libre, soit dans une cellule infectée ou encore en utilisant les spermatozoïdes comme vecteur de transmission. L'implication relative de chacune de ces voies lors de l'infection par le VIH reste à préciser. Un élément de réponse a été apporté en 2003 par une étude qui montrait que des hommes ayant subi une vasectomie (La vasectomie est une méthode de contraception qui consiste à sectionner ou bloquer chirurgicalement les canaux déférents qui transportent les spermatozoïdes.) (ligature des canaux déférents transportant les spermatozoïdes) étaient toujours capables de transmettre le VIH indiquant qu'une contamination peut avoir lieu indépendamment des spermatozoïdes.

Auteur de l'article: Pierre-Alain Rubbo
Page générée en 0.322 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique