Le vapotage peut favoriser les infections buccales
Publié par Adrien le 05/02/2019 à 08:00
Source: Jean Hamann - Université Laval
La fumée de vapotage favoriserait les infections à levure dans la bouche

Alors que la cigarette électronique connaît une popularité inquiétante auprès des adolescents qui l'utilisent pour inhaler des doses élevées de nicotine, une étude menée par des chercheurs de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa...) Laval met en lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 380nm (violet) à 780nm (rouge). La...) un autre méfait du vapotage. En effet, la vapeur () de cigarette électronique (La cigarette électronique ou l'e-cigarette sont les noms génériques désignant des générateurs d'aérosol dont la forme rappelle celle de la cigarette,...), en particulier celle qui contient de la nicotine (La nicotine (de Jean Nicot) est un alcaloïde présent dans les feuilles de tabac (jusqu'à 5 % du poids des feuilles) et à moindre concentration dans les plantes de la famille des solanacées. La nicotine a...), favoriserait les champignons qui causent des infections à levure (Une levure est un champignon unicellulaire apte à provoquer la fermentation des matières organiques animales ou végétales. Les levures sont employées pour la fabrication du vin, de la...) dans la bouche (La bouche (encore dénommée cavité buccale ou cavité orale) est l'ouverture par laquelle la nourriture d'un animal entre dans son...), rapportent les chercheurs dans un article publié par l'International Journal of Research and Public Health.


Certains composés de la fumée de cigarette électronique stimulent la croissance des levures buccales et activent leurs gènes de virulence (La virulence désigne le caractère pathogène, nocif et violent d'un micro-organisme (bactérie ou champignon). La virulence d'un pathogène létal est facilement mesurable mais celle des...).

L'équipe de Mahmoud Rouabhia, de la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain...) dentaire et du Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) en écologie buccale, arrive à cette conclusion après avoir étudié l'effet de la vapeur de cigarette électronique sur Candida albicans, un champignon qui cause une infection appelée candidose ou muguet buccal. Les chercheurs ont placé des cultures de ce champignon dans un dispositif simulant ce qui se produit dans la bouche d'une personne qui s'adonne quotidiennement à deux sessions de 15 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le...) de vapotage.

Après deux jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...) de ce régime, le taux de croissance des levures exposées à la vapeur de cigarette électronique enrichie en nicotine est le double de celui des levures non exposées. Pour les levures exposées à la vapeur sans nicotine, le taux de croissance est 50% plus élevé que celui des cultures témoins. "Il semble que certaines composantes de la cigarette électronique agissent comme éléments nutritifs pour la levure", constate le professeur Rouabhia.

Les chercheurs ont observé d'autres changements chez les levures exposées à la fumée de vapotage: elles adhérent mieux aux cellules buccales humaines et elles adoptent une forme allongée, une indication (Une indication (du latin indicare : indiquer) est un conseil ou une recommandation, écrit ou oral.) qu'elles s'apprêtent à envahir les cellules de leur hôte. "Cette hypothèse est confirmée par le fait que l'expression de leurs gènes de virulence augmente", ajoute Mahmoud Rouabhia. Tous ces changements pointent dans la même direction: les vapoteurs pourraient courir plus de risques d'infections à levure dans la bouche.

Le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et...) insiste toutefois sur un point (Graphie): pour tous les tests menés lors de l'étude, la cigarette conventionnelle a été plus néfaste que la cigarette électronique. "Cela dit, les méfaits de la cigarette électronique sont considérables et il ne faut pas les prendre à la légère. Nos travaux antérieurs ont montré qu'elle affectait aussi la survie des cellules de l'épithélium buccal et qu'elle nuisait aux cellules qui assurent l'intégration osseuse des implants dentaires. Notre dernière étude révèle que la vapeur de vapotage affecte non seulement les cellules buccales des vapoteurs, mais également leur microbiote (Le microbiote est une nouvelle dénomination de la microflore.) buccal."

Les auteurs de l'étude parue dans l'International Journal of Research and Public Health sont Humidah Alanazi, Abdelhabib Semlali, Witold Chmielewski et Mahmoud Rouabhia.

Certains composés de la fumée de cigarette électronique stimulent la croissance des levures buccales et activent leurs gènes de virulence.
Page générée en 0.242 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique