VIH: Pourquoi un vaccin préventif a échoué

Publié par Michel le 10/03/2009 à 00:00
Source: CNRS
Illustration: © M Perreau, G Pantaleo, EJ Kremer / Journal of Experimental Medicine 2008 205: 2717-2725
Des biologistes ont élucidé l'échec du dernier "candidat vaccin" contre le VIH, virus responsable du sida. Le détail de cette étude, et le point sur d'autres perspectives de vaccin, avec le Pr Luc Montagnier. Pourquoi le dernier vaccin expérimental contre le VIH, testé il y a plus d'un an, a-t-il échoué ? La réponse a enfin été donnée (Dans les technologies de l'information, une donnée est une description élémentaire,...) en novembre dans le Journal of Experimental Medicine par des chercheurs de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) de génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est...) moléculaire de Montpellier (IGMM) (1) et du Centre hospitalier universitaire (Un centre hospitalier universitaire (CHU) est un hôpital lié à une université,...) vaudois à Lausanne. Rappel des faits: après de premiers bons résultats, le laboratoire américain Merck passe à la phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et...) II (2) de l'essai clinique (Un essai clinique est une étude scientifique réalisée en thérapeutique...) en testant son candidat vaccin sur 3 000 volontaires séronégatifs ayant un comportement à haut risque de contamination. Mais en septembre 2007, Merck désavoue son vaccin: non seulement il est inefficace, mais en plus il augmente le risque d'infection.

"Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) vient du fait que ce vaccin utilise comme vecteur (En mathématiques, un vecteur est un élément d'un espace vectoriel, ce qui permet...) une version atténuée d'un adénovirus de type 5, l'Ad-5, connu pour provoquer de banales infections respiratoires", explique aujourd'hui Éric Kremer, directeur de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) Inserm et responsable de l'étude. "L'équipe de Merck y a inséré différents gènes du VIH. Ces derniers étaient chargés d'exprimer des antigènes (3) capables d'amorcer une réponse immunitaire “préventive” contre le VIH." Les cellules dendritiques, "sentinelles" du système immunitaire (Le système immunitaire d'un organisme est un ensemble coordonné d'éléments de...), devaient ensuite provoquer une prolifération de lymphocytes tueurs T CD4 et CD8, qui s'attaqueraient aux cellules infectées par le VIH. Mais ce mécanisme s'est enrayé chez certaines personnes. Leur point (Graphie) commun ? Avoir déjà rencontré le vecteur du vaccin, l'adénovirus 5, au cours d'une infection naturelle précédente, et présenter un taux sanguin d'anticorps (4) anti-Ad-5 parfois très élevé. Résultat: à peine introduit, le vecteur vaccinal fut logiquement "assailli" par ces anticorps.

"Comme ces derniers se lient rapidement au vaccin, nous avons déduit que les complexes ainsi formés interagissent avec les cellules dendritiques", précise Matthieu Perreau, co-auteur de l'étude, la première à prendre en compte ce phénomène. Finalement, les chercheurs ont montré in vitro (In vitro (en latin : « dans le verre ») signifie un test en tube, ou, plus...) que, au lieu d'activer les lymphocytes T CD4 qui devaient combattre le VIH, les complexes formés vont surtout activer les lymphocytes T CD4 dirigés contre le vecteur du vaccin: Ad-5 ! "Et l'on sait depuis longtemps que les lymphocytes T CD4 ainsi activés constituent justement une cible de choix pour le VIH." Pire: comme les muqueuses sont les "portes d'entrée" de l'adénovirus Ad-5, nos lymphocytes – devenus cibles – s'y seraient dirigés. Or les muqueuses sont aussi un lieu d'attaque de premier choix pour le VIH... D'où, au final, un risque d'infection augmenté. "Grâce à notre modèle, nous pourrions à l'avenir tester in vitro d'autres prototypes de vaccin afin de vérifier s'il n'y a pas un risque comparable", conclut Giuseppe Pantaleo, co-auteur de l'étude.

Notes:

(1) Institut CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand...) / Universités Montpellier-I et II.

(2) Détermination de la dose optimale de la molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui...) testée et contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de...) des effets secondaires.

(3) Molécule, produite par un virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise...) par exemple, cible des cellules immunitaires.

(4) Protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs...) du système immunitaire qui détecte et neutralise les antigènes.


Les promesses du vaccin thérapeutique

Directeur de recherche émérite au CNRS, le Pr Luc Montagnier (Luc Montagnier est un médecin virologue français, né le 18 août 1932...) travaille (a) sur un vaccin dont le but est de soigner les personnes infectées par le VIH. Trois questions du CNRS au prix Nobel de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la...) 2008.

En décembre dernier, vous déclariez qu'un vaccin thérapeutique (b) pourrait voir le jour d'ici à cinq ans. N'est-ce pas trop optimiste ?
Luc Montagnier: Il faut savoir que nous avons déjà dix ans de travail derrière nous, et la recherche sur le vaccin thérapeutique est plus facile que celle sur le vaccin préventif. De plus, l'essai clinique d'un vaccin préventif est très compliqué à monter, très coûteux et pose de gros problèmes éthiques. En outre, ce type de vaccin ne remplira pas avant longtemps toutes les conditions requises pour être efficace, notamment pallier l'énorme potentiel de variabilité du virus.

Quel est le principe du vaccin thérapeutique ?
L.M.: Une fois le virus éliminé du sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le...) grâce à la trithérapie (La trithérapie se dit de tout traitement médicamenteux comprenant trois principes actifs...), ce vaccin doit contrôler totalement la sortie du virus de ses formes latentes en restaurant le système immunitaire. Il consiste à insérer dans des petites sphères de lipides une protéine de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a...) du virus dont les parties variables ont été enlevées par manipulation génétique. La protéine expose ainsi au système immunitaire ses parties conservées, identiques quelles que soient les différentes souches de virus. L'avantage d'un tel vaccin sera de pouvoir être testé rapidement, en regardant si, après arrêt de la trithérapie, la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) virale remonte ou non.

A quelle phase de développement en est-il ?
L. M.: Les essais précliniques de tests sur les animaux ont commencé et ont donné des résultats très satisfaisants. La phase I (c) devrait débuter d'ici à un ou deux ans. Et il faut compter quatre à cinq ans avant l'entrée en phase III (c), qui sera alors dépendante des budgets alloués par les organismes publics ou l'industrie pharmaceutique (L'industrie pharmaceutique est le secteur économique qui regroupe les activités de...).


Notes:

(a) Ces recherches sont menées sous l'égide de la Fondation mondiale recherche et prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter...) sida – créée en 1993 en coopération avec l'Unesco et dirigée par Luc Montagnier –, en partenariat avec différentes sociétés privées regroupées dans un consortium international.

(b) Un vaccin thérapeutique doit permettre de soigner une personne déjà malade en stimulant (Un stimulant est une substance qui augmente l'activité du système nerveux sympathique...) son système immunitaire, contrairement au traditionnel vaccin préventif, qui a pour but de protéger d'une nouvelle infection.

(c) Évaluation de la tolérance et des effets secondaires chez des sujets, le plus souvent volontaires sains.

(d) Test de l'efficacité de la molécule comparée à un placebo ou à un traitement de référence, sur quelques milliers de patients.


Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.889 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique