Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Mercredi 25/02/2015 à 12:00
Nouvel espoir dans la lutte contre la douleur
Une étude internationale dirigée par des scientifiques de l'Université McGill indique, pour la première fois, que des médicaments qui ciblent de manière sélective le récepteur MT2 de la mélatonine constituent une nouvelle classe d'analgésiques susceptibles d'être utilisés chez les patients aux prises avec des douleurs neuropathiques.

La douleur (La douleur est la sensation ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un stimulus nociceptif. Habituellement, elle correspond à un signal...) neuropathique est un trouble caractérisé par une douleur intense qui apparaît parfois à la suite de l'atteinte d'un nerf (En neuroanatomie, au sein du système nerveux , périphérique et central, un nerf désigne un regroupement d'axones, myélinisés ou non, issus de cellules nerveuses ou neurones. La myélinisation est...) causée par des affections telles que le zona (Le zona est une dermatose virale fréquente, due au virus de l'herpès zoster, le même virus que la varicelle.), l'inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure,...) auto-immune ou le cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est menacée. Ces...), ou après une blessure (Une blessure est une lésion, physique ou psychique, faite involontairement ou dans l'intention de nuire.) ou une amputation (L'amputation est l'ablation d'une extrémité du corps suite à un traumatisme ou un acte chirurgical. Dans le cadre de la chirurgie, elle sert à limiter l'expansion incurable d'affections graves...). Il s'agit d'une douleur permanente qui peut persister pendant des mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) ou des années.

On estime que de 7 à 8 % des adultes dans le monde (Le mot monde peut désigner :) souffrent de douleurs neuropathiques, et que 5 % de ces cas sont graves. Ce problème a d'importantes répercussions économiques, y compris une baisse de la productivité et des coûts substantiels liés aux soins de santé.

La mélatonine, une neurohormone présente chez les mammifères, agit sur le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire, et constitue le...) en libérant deux récepteurs appelés MT1 et MT2 qui assurent la régulation de plusieurs fonctions telles que le sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée...), la dépression, l'anxiété et les rythmes circadiens.

Une équipe de chercheurs dirigée par la Dre Gabriella Gobbi, professeure agrégée au Département de psychiatrie (La psychiatrie est une spécialité médicale traitant de la maladie mentale ou des maladies mentales. L'étymologie du mot psychiatrie provient du grec psyche (ψυχὴ),...) de la Faculté de médecine de l'Université McGill, a récemment démontré qu'une molécule appelée UCM924 ? un médicament ciblant le récepteur MT2 de la mélatonine ? permet de soulager la douleur chronique chez des modèles animaux. Ces chercheurs ont également élucidé le mode d'action de ce médicament dans le cerveau. En activant les récepteurs MT2 dans la matière grise périaqueducale (une région du cerveau qui joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et...) un rôle important dans la maîtrise de la douleur), l'UCM924 est en mesure de mettre hors circuit les neurones qui déclenchent la douleur et de stimuler les neurones qui la soulagent. Les résultats de cette étude ont fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être...) d'un article publié dans le numéro de février 2015 de la revue scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la...) PAIN.

« Les médecins disposent d'un arsenal thérapeutique très limité pour la prise en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné,...) de la douleur neuropathique, et de nombreux patients ont recours aux opioïdes », affirme la Dre Gobbi, qui est également chercheuse à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) du Centre universitaire de santé McGill. « Une utilisation prolongée de ces médicaments peut entraîner une pharmacodépendance et d'importants effets indésirables, dont la dépendance, le phénomène de tolérance, l'hyperalgésie induite par les opioïdes (abaissement du seuil de la douleur), et le risque de décès. C'est pourquoi la découverte de nouveaux analgésiques suscite un vif intérêt dans le domaine médical. »

Des études précédentes avaient révélé que la mélatonine en vente libre n'exerce qu'un effet très limité. La Dre Gobbi et son équipe ont démontré que la mélatonine exogène active à la fois les récepteurs MT1 et MT2, qui exercent des effets contradictoires et opposés, d'où son efficacité limitée.

Au cours de leurs travaux visant à évaluer l'efficacité des médicaments ciblant le récepteur MT2 dans le traitement de l'insomnie (L'insomnie est un terme créé au XVIe siècle sur la base du latin insomnia (du latin somniculus, « état de celui qui dort ») et signifie stricto sensu la privation de sommeil. Dans l'acception...), les chercheurs ont découvert que l'UCM924 permettait également de soulager la douleur lorsqu'il était administré à de faibles doses. Ces résultats suggèrent que les médicaments de cette classe pourraient permettre de soulager la douleur pendant la journée, lorsqu'ils sont administrés à faibles doses, et l'insomnie pendant la nuit, lorsqu'ils sont administrés à des doses plus élevées. De 50 à 70 % au moins des patients qui souffrent de douleurs neuropathiques se plaignent également d'importants troubles du sommeil, et cette nouvelle étude révèle que les mécanismes de la douleur et du sommeil sont étroitement liés.

L'équipe de scientifiques est maintenant à la recherche de partenaires souhaitant poursuivre le développement clinique de ces médicaments novateurs et, ultérieurement, les commercialiser.

Des scientifiques de l'Université de Veracruz (Mexique), de l'Université de Naples II (Italie), de l'École supérieure Sainte-Anne (Italie), de l'Université de Milan (Milan (en italien Milano, du latin Mediolanum, en lombard Milàn) se situe dans le nord de l'Italie. Capitale de la région de Lombardie, au centre de la plaine du Pô, la ville...) (Italie), de l'Université d'Urbino « Carlo-Bo » (Italie) et de Cinvestav-Sede Sur (Mexique) ont également contribué à cette étude.

Ces travaux ont été financés par les Instituts de recherche en santé du Canada, le Fonds de recherche du Québec ? Santé, la Fondation canadienne pour l'innovation et le ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations.

« Selective melatonin MT2 receptor ligands relieve neuropathic pain through modulation of brainstem descending antinociceptive pathways », par Martha Lopez-Canul, Enza Palazzo, Sergio Dominguez-Lopez, Livio Luongo, Baptiste Lacoste, Stefano Comai, Debora Angeloni, Franco Fraschini, Serena Boccella, Gilberto Spadoni, Annalida Bedini, Giorgio Tarzia, Sabatino Maione, Vinicio Granados-Soto et Gabriella Gobbi. Pain. Février 2015;156(2):305-17.

DOI: 10.1097/01.j.pain.0000460311.71572.5f.

Renseignements sur le laboratoire de la Dre Gobbi: http://www.medicine.mcgill.ca/psychiatry/gobbi/Site_Gobbi_Lab/Welcome.html

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université McGill