Anxiété
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et comportementale, un état d'alerte, de tension psychologique et somatique, en rapport avec un sentiment désagréable de peurs, d'inquiétude, voire d'autres émotions. Des manifestations physiologiques peuvent accompagner l'état d'anxiété : vertiges, nausées, palpitations, difficultés à respirer, contrition de la poitrine, transpiration. Néanmoins, quand les symptômes physiques sont très présents, on classe alors plutôt le phénomène sous l'appellation d'angoisse.

Quand l'anxiété (L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et comportementale, un état d'alerte, de tension psychologique et somatique, en rapport avec un sentiment...) est sans objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il est défini par les...), ou qu'elle est disproportionnée par rapport à son objet, ou causée par une maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) ou l'absorption ( En optique, l'absorption se réfère au processus par lequel l'énergie d'un photon est prise par une autre entité, par exemple, un atome qui fait une transition...) d'une substance, on parle alors de troubles anxieux qui sont un état pathologique dans lequel un individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).) ne parvient plus à maîtriser son anxiété.

À son degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines suivants :) le plus élevé, l'anxiété se manifeste par une emprise totale sur l'individu qui perd alors ses perceptions de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...), du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), des émotions auxquelles il est habitué. On parlera alors de "Raptus anxieux" (par exemple à la suite d'un surdosage aux amphétamines). Le degré d'intensité peut être si grand qu'il est alors pratiquement indispensable de pratiquer un traitement médical.

Pour la psychanalyse (Dans le définition qu'en donnait Sigmund Freud , la psychanalyse est le nom :), l'anxiété est à distinguer de l'angoisse dont la nature (perte d'objet, dépressive, psychotique, de castration) doit être investiguée dans le cadre d'entretiens psychanalytiques afin d'en établir sa fonction intrapsychique pour l'éclairer du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) de la conscience et la dépasser dans une cure. Toujours pour la psychanalyse, quatre émotions sont refoulées et ont besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins secondaires et les...) d'être ressenties chez les gens anxieux: la crainte, le regret, la frustration et la déception.

Signalons enfin qu'outre ces effets négatifs, une anxiété légère peut cependant avoir des effets favorables. Les résultats des neurosciences (Les neurosciences correspondent à l'ensemble de toutes les disciplines biologiques et médicales qui étudient tous les aspects, tant normaux que pathologiques, des neurones et du système nerveux.) tendent en effet à montrer que l'état normal d'un sujet est une légère anxiété et que celle-ci favorise la mise en mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.).

Épidémiologie des troubles anxieux

Les troubles anxieux sont très fréquents. Tel qu'il est défini dans le DSM-IV (classification internationale des affections psychiatriques), il concerne près de 30% de la population américaine et son âge d'apparition est de 11 ans. Elle comporte un risque majoré de dépression. Elle est également associée à certaines conduites pouvant générer des problèmes de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.), tel que le tabagisme (Le tabagisme est le fait de consommer du tabac, produit manufacturé élaboré à partir de feuilles séchées de plantes appartenant à la famille des Solanacées...), l'alcoolisme (L'alcoolisme est l'addiction à l'alcool ([[éthanol[[) contenu dans les boissons alcoolisées. L'OMS reconnaît l'alcoolisme comme une maladie et le définit comme des troubles mentaux et...) ou la sédentarité.

La prise en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire...) en reste très partielle, près de 40% des Américains souffrant de troubles anxieux ne recevant aucun soin pour cette affection.

Prise en charge

Médicaments

Les symptômes spécifiques de l’anxiété sont le plus souvent pris en charge à l’aide de certains médicaments comme les benzodiazépines. Le diazépam figurait parmi les premiers médicaments utilisés à cet effet. Aujourd’hui les professionnels de la médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant à restaurer la...) disposent d’une gamme beaucoup plus importante de produits servant à réduire les symptômes de l’anxiété. L'administration de ce genre de produits peut s’avérer dangereuse et elle devrait être prise en charge par un médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les maladies, pathologies, et blessures de ses patients. Son métier est...) ou, préférablement, un psychiatre (Un psychiatre est un médecin spécialisé en psychiatrie et psychothérapie, qui diagnostique, traite et tente de prévenir les maladies mentales, les troubles psychiques et les désordres...). Il est également conseillé de ne pas arrêter soudainement ce type de traitement une fois commencé. Il s'agit principalement des benzodiazépines et d'autres types de médicaments comme la buspirone, le captodiame, le méprobamate, l'hydroxyzine ou encore l'étifoxine,

Thérapie (Une thérapie est un ensemble de mesures appliquées par un thérapeute à une personne souffrant d'un problème de santé, dans le but de l'aider à guérir, de minimiser ou de...) cognitive comportementale

La Thérapie cognitive comportementale (TCC) est le moyen le plus courant pour traiter l’anxiété. Le but de ce genre de thérapie est d’empêcher que le patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.) évite la source de ses troubles anxieux et d’aider le patient à développer des techniques spécifiques pour y faire face.

Contrairement aux médicaments d’ordonnance, l’efficacité de la thérapie cognitive comportementale dépend de divers éléments, y compris le niveau de compétence du thérapeute concerné. En plus des traitements dits «conventionnels», il existe de nombreux programmes cognitifs-comportementaux dont le patient peut se servir pour se soigner. Ceci peut comprendre des techniques servant à:

  • Limiter toute pensée négative envers soi.
  • Développer la capacité d’avoir des pensées positives.
  • Développer la capacité de remplacer des pensées négatives par des pensées positives.
  • Exposer étape par étape le patient à la source de sa crainte.
  • Fournir au patient des informations pouvant l'aider à faire face à l’anxiété. (Par exemple, on peut dire à un patient souffrant de la panique que les palpitations qu’il ressent ne peuvent pas en fait nuire à la santé de façon significative).

Autres stratèges de traitement; la médecine traditionnelle (Selon la définition officielle de l' OMS, la médecine traditionnelle "se rapporte aux pratiques, méthodes, savoirs et croyances en matière de...) chinoise telle que l'acupuncture (L’acupuncture est une des branches de la médecine traditionnelle chinoise, basée sur l’implantation et la manipulation de fines aiguilles en divers points du corps à des fins...) peut donner certains résultats bénéfiques en régulant la sécrétion de sérotonine nécessaire à l'organisme réduisant ainsi les troubles anxieux.

Suppléments

Divers suppléments et médicaments librement disponibles dans les pharmacies s’utilisent également pour traiter l’anxiété, bien qu’il n’existe aucune preuve scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes...) concrète (La concrète est une pâte plus ou moins dure obtenue après extraction d’une matière première fraîche d’origine végétale (fleurs, feuille) par solvants...) quant à l’efficacité de ces produits.

S'aider soi-même

Il existe pour ceux qui souffrent de l’anxiété de nombreuses façons de s’aider et de se détendre, qui jouent un rôle important dans le traitement des symptômes de l’anxiété. Ceci comprend :

  • De bonnes habitudes alimentaires – y compris une réduction de la consommation de la caféine (La caféine est un alcaloïde de la famille des méthylxanthines, présent dans de nombreux aliments, qui agit comme stimulant...), du sucre (Ce que l'on nomme habituellement le sucre est, dès 1406, une "substance de saveur douce extraite de la canne à sucre" (Chrétien de Troyes, Le Chevalier au lion). Il est...) et une amélioration générale des habitudes alimentaires. La réduction de la consommation de la caféine devrait être étalée. Selon certains patients souffrant de l’anxiété, ces mesures réduiraient de façon significative les symptômes de l’anxiété. Il est aussi conseillé de consommer le plus possible d'acides gras tels que les Omégas-3
  • L’activité physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général...) – L’activité physique serait une mesure efficace pour traiter le stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des contraintes environnementales. Dans le langage courant, on parle de...) grâce à sa capacité des réduire le taux du cortisol dans le corps du patient. Il est utile de noter que les palpitations rapides que peuvent entraîner l’activité physique déclenchent dans certains cas une crise de panique, il est donc conseillé d’étaler l’implémentation de tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) programme d’activité physique.
  • Le rire.
  • Des techniques de respiration (Dans le langage courant, la respiration désigne à la fois les échanges gazeux (rejet de dioxyde de carbone, CO2, appelé parfois de façon impropre...) – comme par exemple la respiration diaphragmatique.
  • Dormir correctement.
  • La méditation.
  • Des techniques de détente – un état de détente peut être trouvé à l’aide de cassettes de détente, le yoga ou bien la thérapie pour se détendre.
  • La gestion du stress, ce qui peut comprendre des modifications de mode de vie (La vie est le nom donné :) et/ou de sa façon de gérer son temps. Il existe plusieurs livres à ce sujet.
  • Des stratégies pour faire face aux crises de panique, par exemple le «self-talk» positif et des techniques de respiration.
  • La recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également le...) de son but dans la vie – Quelques experts ont proposé que l’anxiété est, dans certains cas, dû à une sorte d’«ennui» envers la vie. Ceux-ci recommandent la recherche d’une occupation dans laquelle le patient peut avoir un sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du...) dans la vie.
  • Il est conseillé à ceux qui ne connaissent pas la cause exacte de leur anxiété de déterminer s’ils sont préoccupés par une circonstance ou un événement spécifiques ou bien un souci lié à l’existence.

Schéma de raisonnement d'un anxieux

Événement (bon ou mauvais) à venir dans le futur ⇒ anticipation (Au sens général du terme, une anticipation correspond à une phase où sont développées des idées qui n’apparaîtront effectives — sous la forme de techniques, de...) ⇒ inquiétude ⇒ angoisse ⇒ anxiété ⇒ trouble d'anxiété généralisé.

Alcool

La consommation d'alcool est souvent une tentative artificielle et éphémère de réduire l’anxiété. Le contre-coup de la prise d'alcool peut accroître le sentiment d'anxiété, ce qui est le contraire du résultat recherché.

L’alcool, qui entraîne l'euphorie (L'euphorie (du grec euphoria) est un terme médical désignant une impression inadéquate de bien-être physique et moral, de contentement, de confiance en soi,...) à petites doses, peut être un déprimant puissant et potentiellement dangereux pour la santé. Il peut provoquer une forte dépendance, et augmente les risques d'autres maladies liées à la consommation d'alcool sur le long terme.

La consommation excessive d'alcool en présence des proches risque d'entraîner un regard dérangeant qui peut inciter à une consommation solitaire avec des répercussions néfastes sur le moral.

Médecine non-conventionnelle

En 2002, un sondage ( Un sondage peut désigner une technique d'exploration locale d'un milieu particulier. Un sondage peut également être une méthode statistique d'analyse d'une population humaine ou non humaine...) des CDC a montré que sur les adultes américains qui ont eu recours à la médecine non-conventionnelle, 4,5 pour cent d’entre eux en citaient l’anxiété comme motivation (La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle son engagement dans une action ou expérience. Elle en détermine le...).

Page générée en 0.142 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique