L'amplification arctique rend-elle vraiment les conditions météorologiques plus persistantes ?

Publié par Isabelle le 22/11/2020 à 13:00
Source: CNRS INSU
L'Arctique se réchauffant plus rapidement que les latitudes moyennes, la différence de température entre ces régions se réduit. Les scientifiques ont émis l'hypothèse que, dans ces conditions dites d'amplification arctique, le courant-jet devait diminuer en intensité et ses méandres se déplacer plus lentement vers l'est, avec pour conséquence des conditions météorologiques plus persistantes, voire extrêmes. Cependant, la persistance ( Persistance (statistiques) Persistance (informatique) en peinture : La Persistance de la mémoire (1931) en médecine : la persistance du canal artériel la Persistance...) des conditions météorologiques pouvant varier considérablement pendant une saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de la température. D'une durée d'environ trois mois (voir le tableau Solstice et...) et d'une saison à l'autre, l'évaluation des changements à long terme et donc de cette hypothèse n'est pas simple.


Valeurs quotidiennes de la vitesse de phase des ondes (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible de propriétés physiques locales. Elle transporte de l'énergie...) de Rossby sur les latitudes moyennes de l'hémisphère nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) pendant les dernières décennies. Cette grandeur mesure la persistance des conditions météorologiques: les valeurs élevées sont associées à des tempêtes se déplaçant rapidement et les valeurs faibles à des dépressions stationnaires et des anticyclones. Les moyennes saisonnières (points bleus pour les hivers, rouges pour les étés) montrent une assez grande variabilité interannuelle mais pas de tendance significative (lignes bleue et rouge).

Pour résoudre ce problème, des chercheurs du Laboratoire de météorologie (La météorologie a pour objet l'étude des phénomènes atmosphériques tels que les nuages, les précipitations ou le vent dans le but de comprendre...) dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il peut être employé comme :)1 ont développé un "compteur de vitesse (On distingue :) météorologique" basé sur une analyse spectrale (L'analyse spectrale est une méthode utilisée en physique pour déterminer les caractéristiques d'un phénomène observé. L'intensité du phénomène en fonction du temps constitue un signal, et ce signal est traité...). Ce compteur leur a permis de quantifier les déplacements des méandres du courant-jet (Un courant-jet, aussi couramment désigné par sa dénomination anglophone de jet stream, est un flux d'air rapide et confiné que l'on trouve dans l'atmosphère à des altitudes comprises entre 6 et 15 km,...) au-dessus des latitudes moyennes de l'hémisphère nord durant les 40 dernières années (entre mars 1979 et novembre 2018) et ainsi de déterminer si, chaque jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le...), les méandres se propageaient en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des...) vers l'est, stagnaient ou même reculaient vers l'ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).).

Les chercheurs confirment que les périodes de faible vitesse du courant-jet sont liées aux températures extrêmes au-dessus des latitudes moyennes nordiques. Ils estiment cependant qu'il n'y a pas eu de diminution globale de la propagation de ses méandres, malgré la réduction significative de la différence méridionale de température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid et de chaud, provenant du...) observée au cours des dernières décennies. L'amplification (On parle d'amplificateur de force pour tout une palette de systèmes qui amplifient les efforts : mécanique, hydraulique, pneumatique, électrique.) arctique (L’Arctique est la région entourant le pôle nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire. Elle se situe à l'opposé de l'Antarctique. L'Arctique inclut une partie du Canada, du...) n'aurait donc pas joué un rôle décisif dans la modulation des ondulations du courant-jet au cours des dernières décennies Ces résultats suggèrent la nécessité d'une meilleure compréhension des facteurs qui déterminent la persistance des conditions météorologiques et rappellent que l'attribution des conditions météorologiques extrêmes récentes à une stagnation accrue des méandres du courant-jet doit être faite avec prudence.

Notes:
1 - LMD/IPSL, CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) / École Polytechnique / Sorbonne (La Sorbonne est un complexe monumental du Quartier latin de Paris. Elle tire son nom du théologien du XIIIe siècle Robert de Sorbon, le fondateur du collège de Sorbonne,...) Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où...) / ENS Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la...) / École des ponts ParisTech (ParisTech, ou Institut des sciences et technologies de Paris, est un établissement qui regroupe douze grandes écoles d'ingénieurs et de commerce parisiennes. Initié en 1991, son but est de créer un...)


En savoir plus:
On the Linkage Between Rossby Wave Phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) Speed, Atmospheric Blocking, and Arctic Amplification, Jacopo Riboldi, François Lott, Fabio D'Andrea, Gwendal Rivière (En hydrographie, une rivière est un cours d'eau qui s'écoule sous l'effet de la gravité et qui se jette dans une autre rivière ou dans un fleuve, contrairement au fleuve qui se jette, lui, selon cette terminologie,...), Geophysical Research Letters, Volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.) 47, Issue 19. https://doi.org/10.1029/2020GL087796

Contact:
Jacopo Riboldi - LMD/IPSL - jacopo.riboldi at lmd.ens.fr
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.030 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique