Arrêter de consommer de l'alcool avant même la grossesse ?

Publié par Adrien le 15/11/2020 à 09:00
Source: ASP - Par Josianne Bienvenue-Pariseault
Vous êtes assis au restaurant avec des amis (scénario post-confinement). Vous commandez une bouteille de vin pour bien commencer la soirée. L'une de vos amies refuse le verre de vin. Vous lui demandez pourquoi elle n'en veut pas. Elle vous répond qu'elle prévoit être bientôt enceinte et qu'une étude récente a démontré que la consommation d'alcool avant la grossesse (La grossesse est le processus physiologique au cours duquel la progéniture vivante d'une femme...) mènerait à un développement anormal du foetus.


Crédit photo: Helena Lopes, Pexels (shorturl.at/quBC5)

Des chercheurs de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) National de la Santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...) en Corée ont démontré que la consommation d'alcool, deux semaines avant la conception, causerait la macrosomie foetale (1). Cette condition où le foetus est plus large que la moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de...) peut provoquer des complications importantes lors de l'accouchement (2).

À partir d'expériences faites sur des souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant...), les chercheurs de l'étude ont établi que la macrosomie observée sur le foetus s'expliquerait par un dérèglement du métabolisme (Le métabolisme est l'ensemble des transformations moléculaires et énergétiques...) des glucides de la mère. Comme dans les cas de diabète (Le diabète présente plusieurs formes, qui ont toutes en commun des urines abondantes...) de grossesse, la consommation d'alcool avant la conception augmenterait le taux de glucose (Le glucose est un aldohexose, principal représentant des oses (sucres). Par convention, il est...) dans le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le...) maternel et diminuerait son élimination par l'insuline. Cet environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et...) hautement concentré en sucre (Ce que l'on nomme habituellement le sucre est, dès 1406, une "substance de saveur douce...) mènerait le foetus à être en surpoids (Le surpoids est l'état d'une personne présentant une corpulence considérée...).

Et l'homme là-dedans ?

"Une consommation paternelle d'alcool [avant la fécondation (La fécondation, pour les êtres vivants organisés, est le stade de la reproduction...)] peut aussi influencer le développement de l'embryon (Un embryon (du grec ancien ἔμϐρυον / émbruon) est...)" explique le professeur Serge McGraw, un spécialiste en biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant....) du développement embryonnaire du CHU de Sainte-Justine. Contrairement à ce qui est pensé, le développement du foetus ne dépendrait pas seulement des habitudes de vie (La vie est le nom donné :) de la mère, mais aussi de celles du père. La consommation d'alcool diminuerait la qualité des spermatozoïdes. En effet, ils auraient une morphologie anormale et ils seraient moins mobiles. Cette diminution de la qualité des spermatozoïdes affecterait l'implantation (Le mot implantation peut avoir plusieurs significations :) et le développement de l'embryon (3).

Pourquoi étudier les effets de l'alcool avant la grossesse ?

Ce n'est pas surprenant qu'on commence à étudier les effets de la consommation d'alcool avant même la grossesse estime M. McGraw. "Comme près de 40% des grossesses ne sont pas planifiées et que la consommation d'alcool par les femmes est en hausse, le syndrome d'alcoolémie foetale est plus rependu que ce que l'on croit", dit-il. Une meilleure compréhension des impacts de l'alcool permettrait donc de sensibiliser de façon plus adéquate les futurs (Futurs est une collection de science-fiction des Éditions de l'Aurore.) parents pour qu'ils puissent prendre des décisions éclairées et basées sur des informations scientifiques fiables.

Les recherches faites sur la consommation d'alcool avant la grossesse permettraient aussi de lever le voile sur les débats qui subsistent. Certaines écoles de pensées croient que de petites doses d'alcool n'ont pas d'effet sur le foetus. "Il n'y a aucune dose qui est considérée comme sécuritaire. Le Gouvernement du Canada recommande de ne pas consommer d'alcool si on est enceinte ou qu'on songe à le devenir. Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas d'effet immédiat sur le foetus qu'il n'y en aura pas à long terme" explique Serge McGraw. Il précise qu'on ne connaît pas tous les effets de l'alcool et qu'on ne connaît pas tous les facteurs qui peuvent empirer ses effets sur le développement foetal.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.168 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique