Casser le cancer
Publié par Adrien le 09/07/2019 à 08:00
Source: Jean Hamann - Université Laval
Une étude précise le mode de fonctionnement d'une nouvelle génération de molécules anticancéreuses

Une étude dirigée par une équipe de la Faculté de médecine et du Centre de recherche du CHU de Québec - Université Laval vient de faire la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de...) sur le mode d'action des inhibiteurs de la PARP-1, une nouvelle génération de molécules utilisées dans le traitement de certains cancers. Cette étude publiée aujourd'hui dans Nature Communications permet de préciser le profil des patients qui devraient le mieux répondre à ces traitements et elle laisse entrevoir la possibilité de réduire les doses de radiation (Le rayonnement est un transfert d'énergie sous forme d'ondes ou de particules, qui peut se produire par rayonnement électromagnétique (par exemple : infrarouge) ou par une désintégration (par exemple : radioactivité...) requises pour détruire les cellules cancéreuses.


Les cassures dans l'ADN se produisent naturellement, mais elles surviennent aussi lorsque des cellules cancéreuses sont soumises à des radiations. L'action des protéines qui réparent ces cassures est bénéfique dans le premier cas, mais pas dans le second étant donné que l'objectif des traitements de radiothérapie est la destruction des cellules cancéreuses.

Chaque jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par...), jusqu'à cinquante cassures double brin surviennent dans l'ADN de chacune de nos cellules, rappelle le responsable de l'étude, Jean-Yves Masson. "Si ces cassures ne sont pas réparées, la cellule devient instable, elle peut mourir ou elle peut devenir cancéreuse." Entre 150 et 200 protéines distinctes interviennent dans la réparation de ces cassures, dont la poly (ADP-ribose) polymérase-1, communément nommée PARP-1.

Si ces réparations sont souhaitées et bénéfiques lorsque la cellule est saine, il en va autrement lorsqu'il s'agit de cellules cancéreuses, poursuit le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et impliquent...). "Les traitements de radiothérapie ainsi que certains traitements de chimiothérapie (La chimiothérapie est l'usage de certaines substances chimiques pour traiter une maladie. C'est une technique de traitement à part entière au même titre que la chirurgie. La première utilisation connue de la...) induisent des cassures dans l'ADN. Comme l'objectif est de faire mourir ces cellules, on ne veut pas que les dommages soient réparés. De là est venue l'idée de bloquer l'action de molécules réparatrices comme la PARP-1 à l'aide d'inhibiteurs."

Environ 3 000 essais cliniques faisant appel à des inhibiteurs de PARP sont en cours dans le monde (Le mot monde peut désigner :). Au CHU de Québec, trois inhibiteurs sont maintenant utilisés dans le traitement de cancers de l'ovaire, du sein et de la prostate (La prostate est une large glande de l'appareil génital masculin. Sa fonction principale est de sécréter et de stocker le liquide séminal, l'un des constituants du...). "Ils augmentent la sensibilité des cellules à la radiothérapie, ce qui améliore l'efficacité des traitements, précise le professeur Masson. Curieusement, on utilise de plus en plus les inhibiteurs de PARP sans toutefois en comprendre le mécanisme d'action."

Pour faire la lumière sur cette question, l'équipe de Jean-Yves Masson s'est associée à Guy Poirier, un chercheur qui étudie la protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs chaîne(s) d'acides aminés liés entre eux par des liaisons peptidiques. En...) PARP depuis plus de trois décennies. Les travaux qu'ils publient dans Nature Communications montrent que la PARP-1 est la première protéine arrivée sur le site d'une cassure (En minéralogie, la cassure désigne l'aspect de la surface d'un minéral qui, après avoir été soumis à une contrainte, se brise en présentant des surfaces de fractures irrégulières, dans...) dans l'ADN et qu'elle empêche les extrémités des brins exposés d'être dégradées par d'autres protéines. "Lorsqu'on inhibe la PARP-1, des endonucléases et des exonucléases dégradent ces extrémités, ce qui provoque une destruction d'information génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est la science qui étudie l'hérédité et les gènes.) et la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des...) subséquente de la cellule", résume le professeur Masson.

Cette découverte fondamentale (En musique, le mot fondamentale peut renvoyer à plusieurs sens.) a deux retombées pratiques, avance le chercheur. La première, elle permet de déterminer, à partir du profil génétique du patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.), qui pourrait profiter des inhibiteurs de PARP et qui en retirera peu de bienfaits. La seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du...) retombée, comme ces inhibiteurs augmentent la sensibilité à la radiothérapie, il serait théoriquement possible de détruire les cellules cancéreuses en utilisant des doses plus faibles de radiations.

L'étude est signée par Marie-Christine Caron, Julia O'Sullivan, Maria Tedim Ferreira, Amélie Rodrigue, Yan Coulombe, Chantal Ethier, Jean-Philippe Gagné, Guy Poirier et Jean-Yves Masson, de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où...) Laval et du Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) du CHU de Québec - Université Laval. Leurs collaborateurs sont Michael Hendzel et Ajit Sharma, de l'Université de l'Alberta, Logan Myler et Ilya Finkelstein, de l'Université du Texas, et Marie-France Langelier et John Pascal, de l'Université de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires...).
Page générée en 0.277 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique