Les champs électromagnétiques pourraient influencer la mémoire
Publié par Adrien le 18/07/2011 à 00:00
Source: BE Allemagne numéro 533 (8/07/2011) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /67233.htm
Les champs électromagnétiques peuvent interférer avec les processus d'apprentissage dans le cerveau. Ce rapport est établi par des chercheurs de l'Université de Bochum (Rhénanie-Du-Nord-Westphalie) et publié dans la revue PLoS ONE sur la base d'expérimentations animales. Le téléphone (Le téléphone est un système de communication, initialement conçu pour transmettre la voix humaine.) serait cependant plutôt sûr du fait de la faible intensité des champs émis, tempèrent les scientifiques. Pour les professions à forte exposition, comme dans certains centres de télécommunications (Les télécommunications sont aujourd’hui définies comme la transmission à distance d’information avec des moyens électroniques. Ce terme est...), certains services de sécurité (observation par satellite) ou centres militaires, les limites devraient être vérifiées.

Les champs électromagnétiques à haute fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par...) (HEF) sont utilisés pour la radio, la télévision (La télévision est la transmission, par câble ou par ondes radioélectriques, d'images ou de scènes animées et généralement sonorisées qui sont...), la téléphonie (La téléphonie est un système de télécommunication qui a pour but la transmission de son et en particulier la transmission de la parole.) sans fil, et maintenant le Wifi. Ils peuvent générer de la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) dans les tissus de l'utilisateur, proportionnellement à l'intensité du champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) en question. Les récentes générations de téléphones mobiles UMTS ont l'atout de générer des champs relativement faibles, jusqu'à 4,8 V/m, ce qui limite l'effet thermique (La thermique est la science qui traite de la production d'énergie, de l'utilisation de l'énergie pour la production de chaleur ou de froid, et des transferts de chaleur...) sur les tissus du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions...) à environ 0,1°C. Les conséquences possibles d'une exposition de 30 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le terrain. ...) sur la fonction et la structure du cerveau ne sont pas encore claires, ni univoques. Cependant, les chercheurs ont émis l'hypothèse d'une augmentation de la perméabilité de la paroi cellulaire ou d'une apparition de troubles de l'apprentissage (L’apprentissage est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, compétences, d'attitudes ou de valeurs...).

Ces troubles seraient néanmoins aussi liés à l'augmentation du stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des contraintes environnementales. Dans...) dans les expériences ainsi qu'à d'autres effets non thermiques des HEF, selon les chercheurs de Bochum. Ils ont ainsi étudié des rats exposés à la bande de fréquence (Une bande de fréquence définit une plage de fréquences qui ont des propriétés similaires :) UMTS et ont vérifié par des examens électrophysiologiques les processus d'apprentissage au niveau neuronal et les mécanismes de formation de la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) synaptique. Résultat: le stress de l'expérience affecte les synapses et la mémoire chez les animaux. La comparaison avec les animaux témoins a cependant montré que les champs électromagnétiques forts ont des conséquences sensiblement similaires voire plus marquées.

Ainsi, les champs d'une valeur DAS de 10watts/kg pourrait affecter l'apprentissage et la formation de la mémoire, tandis que les champs d'une intensité de 2watts/kg n'auraient aucun effet négatif mesurable, selon les résultats. Ainsi, l'utilisation du téléphone cellulaire ne serait pas sujette à caution au niveau des effets thermiques sur le cerveau. Des études complémentaires sont en cours.
Page générée en 0.604 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique