Le CO2 atmosphérique, acteur majeur de l'englacement du Groenland à la fin du Tertiaire
Publié par Isabelle le 19/11/2018 à 12:00
Source: CEA

CC0 creative commons
Les variations de teneur atmosphérique en CO2 ont joué un rôle décisif dans l'englacement du Groenland à la limite du Tertiaire et du Quaternaire, il y a 3-2,5 millions d'années. En effet, trente millions d'années après la formation de la calotte antarctique (L'Antarctique (prononcé [ɑ̃.taʁk.tik] Écouter) est le continent le plus méridional de la Terre. Situé au pôle Sud, il est entouré de...), les conditions climatiques dans l'hémisphère Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) ont finalement pu favoriser l'apparition d'une calotte de glace (La glace est de l'eau à l'état solide.) pérenne au Groenland (Le Groenland (prononcez /gʁɔɛn.lɑ̃d/, écrit Groënland dans la graphie française d'avant 1850, Grønland en danois (« terre verte »), Kalaallit Nunaat en...). Telle est la conclusion d'une collaboration franco-norvégienne conduite par le Laboratoire des sciences du climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se...) et de l'environnement*.

La baisse d'insolation estivale, il y a 2,7 millions d'années, est connue comme un facteur essentiel à la genèse de la calotte glaciaire groenlandaise. Une nouvelle étude précise le scénario climatique qui s'est alors joué, dans lequel le CO2 atmosphérique tient le premier rôle.

Une technique innovante de couplage de modèles de climat (de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) Pierre-Simon Laplace) et de calotte de glace (du Laboratoire de glaciologie et géophysique de l'environnement) a permis aux chercheurs de simuler le développement et le maintien d'une calotte de glace au Groenland à partir de reconstructions de teneurs en CO2 atmosphérique. Ils montrent que la glaciation (Une glaciation ou période glaciaire est à la fois une phase paléoclimatique froide et une période géologique de la Terre durant laquelle une part...) de l'hémisphère Nord n'a été possible que lorsque la teneur en CO2 atmosphérique a été réduite de moitié par rapport à celle nécessaire à l'englacement de l'Antarctique (près de 300 parties par millions en volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.) pour le Groenland, contre près de 800 pour l'Antarctique). La glaciation arctique (L’Arctique est la région entourant le pôle nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire. Elle se situe à l'opposé de l'Antarctique. L'Arctique inclut une partie du Canada, du...) est en effet beaucoup moins aisé que celle de l'Antarctique, favorisée par la position polaire du continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens propre, ce...) et par son isolement, du fait du courant océanique circumpolaire. Or le déclin de la teneur en CO2 (de 1000 à 300 parties par millions en volume) s'est étiré pendant 40 millions d'années...

Les modélisateurs du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement...) se sont associés aux chercheurs de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment...) de Bergen pour valider leurs simulations en les comparant aux données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) reconstruites à partir de sédiments marins glaciaires (ou débris de délestage).

Ces travaux sont le fruit (En botanique, le fruit est l'organe végétal protégeant la graine. Caractéristique des Angiospermes, il succède à la fleur par transformation du pistil. La paroi de l'ovaire forme le...) d'une longue collaboration franco-norvégienne autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres...) du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande...) " Ocean Controls on high-latitude Climate sensitivity - a Pliocene case study " (OCCP). Ils ont aussi bénéficié de financements de l'Institut national des sciences de l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.) du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) (How and why glaciation/interglacial cycles were triggered at the Plio-Pleistocene boundary) et de l'Agence nationale de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) (Human Ancestors Dispersal: the role Of Climate).

Les simulations ont été réalisées sur le supercalculateur de Genci (Grand équipement national de calcul intensif) au TGCC (Très grand centre de calcul du CEA), à Bruyères-le-Châtel.                  

*LSCE (CEA, CNRS, Université Versailles ST-Quentin).

Références

Dynamic Greenland ice sheet driven by pCO2 variations across the Pliocene Pleistocene transition, Nature Communications
Page générée en 0.423 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique