La comète de Halley se rapproche désormais de la Terre

Publié par Adrien le 10/05/2024 à 08:00
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Dans son long périple spatial, la comète de Halley entame son retour vers la Terre.

Le samedi 9 décembre, la comète de Halley a atteint le point le plus éloigné de son orbite autour du Soleil, soit environ 35 unités astronomiques, ce qui la place bien au-delà de l'orbite de Neptune et presque au niveau de l'orbite de Pluton. Ce point marque la mi-parcours de son cycle orbital de 76 ans autour de notre étoile.


Vue d'artiste de la sonde Giotto.

Le dernier passage de la comète de Halley près du Soleil s'est produit le 9 février 1986. À cette occasion, elle s'est approchée à environ 87,8 millions de kilomètres du Soleil, un peu moins que la distance qui sépare le Soleil de Vénus. Depuis 2003, les astronomes ont perdu de vue la comète, celle-ci devenant trop petite et trop faible pour être observée.

Les comètes, ces corps célestes composés de glace et de poussière, sont célèbres pour leurs queues spectaculaires. Celles-ci se forment lorsque le rayonnement solaire vaporise la glace présente dans le corps de la comète, entraînant derrière elle un sillage de gaz et de poussière.

Edmond Halley, l'astronome ayant donné son nom à la comète, fut le premier à prédire son retour dans le ciel terrestre. Observant la comète en 1682, il la qualifia d'abord de "étoile poilue" sans comprendre sa nature exacte. En comparant ses observations avec des apparitions similaires en 1531 et 1607, il postula qu'il s'agissait du même objet. Edmond Halley prédit son retour en 1758. Prédiction qui se vérifia, mais il ne fut pas présent pour le voir, sont décès ayant eu lieu en 1742.


Cette vue du noyau de la comète de Halley a été obtenue par la sonde Giotto lors de son passage à 600 km du noyau de la comète le 13 mars 1986.
Crédit image: ESA/MPAe Lindau

Jusqu'à son prochain passage près du Soleil le 28 juillet 2061, la comète de Halley continuera d'illuminer notre ciel à travers deux pluies de météores annuelles. Les débris glacés qu'elle a laissés lors de ses précédents voyages à travers l'orbite terrestre donnent naissance à la pluie de météores des Delta Aquarides en mai et celle des Orionides en octobre, qui métamorphosent ces débris en étoiles filantes.
Page générée en 0.364 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise