Doublement de la chaleur accumulée par la Terre en 15 ans

Publié par Adrien le 20/06/2021 à 09:00
Source: ASP
La quantité de chaleur que notre planète emmagasine a pratiquement doublé depuis 2005. En termes clairs, il y a un déséquilibre entre ce que la nature et l'humain devraient accumuler, et ce qui s'accumule en réalité.


Ce dont il est question ici, c'est d'un mécanisme cyclique qui existe depuis la nuit des temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...). La Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance...) reçoit une certaine quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire,...) de rayonnement (Le rayonnement, synonyme de radiation en physique, désigne le processus d'émission ou de...) du Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile...). L'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :), les océans (Océans stylisé Ωcéans est un documentaire français réalisé par...), le sol et les plantes en emmagasinent une partie et le reste est "reflété" ou "expulsé" dans l'espace. Cet équilibre est ce qui contribue à ce que notre planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de...) soit propice à la vie (La vie est le nom donné :) -ni bloc de glace (La glace est de l'eau à l'état solide.), qui ne recevrait pas assez de chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent :...), ni enfer comme Vénus, dont l'épaisse couche nuageuse enferme une trop grande quantité de chaleur.

Que cet équilibre fluctue d'une année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...) à l'autre n'est pas anormal. El Nino, par exemple, est le plus connu des phénomènes météorologiques qui, à intervalles irréguliers, se traduit par une hausse moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de...) de la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et...) à l'échelle de la planète.

Mais l'ampleur de l'augmentation actuelle "est sans précédent", résume le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la...) Norman Loeb, de la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de...), auteur principal d'une recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) menée conjointement par la NASA et la NOAA (Agence nationale des océans et de l'atmosphère) et parue le 15 juin dans la revue Geophysical Research Letters. Le "débalancement" aurait doublé entre 2005 et 2019, selon une compilation de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) satellites (Satellite peut faire référence à :), que les chercheurs ont comparées à des données récoltées pendant la même période par des bouées marines. C'est le consensus entre ces deux blocs distincts de données qui donne sa force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un...) à cette étude, commentent les experts.

Un tel débalancement signifie un réchauffement plus rapide des océans -puisque ce sont eux qui absorbent 90% de la chaleur- et, par effet domino, un réchauffement de l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et...) et des continents.

En moyenne, la Terre reçoit 240 watts par mètre carré (Le mètre carré (symbole m²) est l'unité d'aire du système international.) du Soleil. En 2005, elle en "irradiait" -rejetait, reflétait- 239,5. Soit un léger déséquilibre d'un demi-watt. À la fin de la période étudiée par les chercheurs, ce déséquilibre était donc passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...) à 1 watt (Le watt (symbole W) est une unité dérivée du système international pour la...).

Si ça semble peu, c'est parce qu'il faut ensuite multiplier ce chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) par plus de 100 000 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système...) carrés de continents, et ajouter les océans...

La tendance se poursuivra-t-elle à la même vitesse (On distingue :) pendant les 15 années suivantes, ou bien a-t-elle bénéficié de "l'aide" de phénomènes purement météorologiques ? Il est impossible de le dire pour l'instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas...), mais il est certain que la tendance a aussi bénéficié, à un degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines...) ou à un autre, de "l'aide" des humains.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.130 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique