Ce fossile résout un paradoxe de l'évolution

Publié par Redbran le 09/07/2024 à 08:00
Source: Nature
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Une découverte récente pourrait bouleverser notre compréhension de l'évolution des premières formes de vie animale. Des chercheurs ont mis au jour un fossile d'éponge de mer datant de 550 millions d'années, révélant des indices cruciaux sur l'évolution des éponges et comblant une lacune de 160 millions d'années dans les archives fossiles.


Holotype d'Helicolocellus, photographié sous lumière réfléchie.
Crédit: Yuan Xunlai

L'équipe dirigée par Shuhai Xiao de Virginia Tech a révélé ce fossile, suggérant que les premières éponges étaient dépourvues de squelettes minéraux, influençant ainsi les méthodes de recherche des paléontologues.

La simplicité apparente des éponges marines cache une énigme. Bien que les horloges moléculaires indiquent une apparition datant d'environ 700 millions d'années, les fossiles d'éponges datés de plus de 540 millions d'années étaient introuvables, laissant un vide inexpliqué.

Dans un article publié le 5 juin dans Nature, Shuhai Xiao et ses collègues ont décrit leur découverte d'une éponge de mer de 550 millions d'années. Cette trouvaille indique que les premières éponges n'avaient pas encore développé de squelettes minéraux, redéfinissant les critères de recherche des fossiles manquants.

Les estimations basées sur les horloges moléculaires posaient un paradoxe: comment les éponges pouvaient-elles exister sans laisser de traces fossiles ? Ce fossile comble cette lacune.


Position de vie reconstituée d'Helicolocellus sur le fond marin édiacarien.
Crédit: Yuan Xunlai

Shuhai Xiao a été intrigué par une photo de spécimen découverte en Chine. Avec des collègues de l'Université de Cambridge et de l'Institut de géologie et de paléontologie de Nankin, ils ont éliminé d'autres possibilités, aboutissant à l'identification d'une ancienne éponge marine.

Dans une étude de 2019, Shuhai Xiao et son équipe ont suggéré que les premières éponges, sans spicules minéraux, ne laissaient pas de fossiles, sauf dans des conditions de fossilisation rapides qui surpassaient la dégradation.

Ce fossile unique, de 38 centimètres de long, présente des motifs structuraux complexes, semblant être lié aux éponges de verre actuelles, élargissant notre compréhension et orientant les futures recherches.
Page générée en 0.187 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise