Fukushima, 10 ans plus tard: la radiation se dissipe plus vite que l'inquiétude

Publié par Adrien le 18/04/2021 à 09:00
Source: ASP
La décision des autorités japonaises de vider dans l'océan plus d'un million de tonnes de l'eau radioactive qui est entreposée dans des réservoirs depuis l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima, a éclipsé une autre réalité: dix ans après cet accident, la région recommence à se peupler.


Une partie du mur anti-tsunami de Fukushima. Capture (Une capture, dans le domaine de l'astronautique, est un processus par lequel un objet céleste, qui...) d'écran (Un moniteur est un périphérique de sortie usuel d'un ordinateur. C'est l'écran où s'affichent...), vidéo (La vidéo regroupe l'ensemble des techniques, technologie, permettant l'enregistrement ainsi que la...) du New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de...) Times.

Le mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...) dernier, à l'occasion de ce 10e anniversaire, plusieurs médias (On nomme média un moyen impersonnel de diffusion d'informations (comme la presse, la radio, la...) ont montré que certaines des villes de ce qui était jadis la "zone d'exclusion" ne sont plus les villes-fantômes qu'on imagine. Futaba par exemple, à l'intérieur de la limite des 20 km, permet désormais le retour des anciens résidents. Et juste au-delà de cette limite des 20 km, les hôtels de Naraha, qui avaient eu pendant un temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) le monopole de l'accueil des équipes de décontamination et de construction, ont de plus en plus de concurrence, rapporte le New Scientist.

La difficulté n'est pas tant d'attirer des nouveaux venus que d'attirer les anciens résidents: plusieurs, depuis 10 ans, ont recommencé leur vie (La vie est le nom donné :) ailleurs.

Il existe certes des zones qui ne seront pas ouvertes aux humains avant 10 ou 20 ans. Mais il en existe d'autres qui ont atteint depuis longtemps un seuil sécuritaire: par exemple, l'iodine-131 a une demi-vie (La demi-vie est le temps mis par une substance (médicament, noyau radioactif, ou autres) pour...) de seulement huit jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) et le caesium-134, de deux ans.

En fait, selon une étude publiée en 2016, les efforts de décontamination d'une ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour...) voisine n'avaient eu aucun effet mesurable sur la diminution des niveaux de radiation (Le rayonnement est un transfert d'énergie sous forme d'ondes ou de particules, qui peut se...): la météo, de même que le cycle normal de désintégration des atomes (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut...), avaient plutôt fait le gros du travail.

Ce qui retardait la "réouverture" n'était pas la radioactivité (La radioactivité, phénomène qui fut découvert en 1896 par Henri Becquerel sur...), mais la construction des murs anti-inondations: un travail colossal qui court désormais sur 400 km le long de la côte et fait par endroits la hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) d'un édifice de quatre étages.

Un rappel comme quoi la cause des 19 000 morts du 11 mars 2011, ce n'était pas la fuite à la centrale nucléaire (Une centrale nucléaire est un site industriel qui utilise la fission de noyaux atomiques pour...), mais le tsunami (Un tsunami (japonais : ? tsu, « port » et ? nami, « vague ») est une...) qui avait enveloppé la région sur des kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système...).

Or, une partie de l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les...) qui dort dans plus d'un millier de réservoirs, vient de ce funeste 11 mars 2011 et de ses suites. C'est celle qui servait au refroidissement des réacteurs, qui avait dû être pompée et avait donc été en contact avec des matières radioactives. C'est celle qui continue d'être injectée pour refroidir les réacteurs encore en cours de décontamination, et qui doit être régulièrement pompée et remplacée. Les réservoirs approchent de leur pleine capacité, et il y a des années que les autorités japonaises retardent le moment où cette eau devra être évacuée dans l'océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau...). Après une décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix »...), les niveaux de matières comme le tritium (Le tritium (T ou 3H) est - comme le deutérium - l'un des isotopes de l'hydrogène. Il...) sont trop faibles pour être considérés une menace pour la vie marine, mais cela ne rassure pas pour autant les pêcheurs, ni les agriculteurs qui vivent à proximité de la côte.

Il reste que, selon un rapport spécial du Comité scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...) des Nations Unies publié en 2013, aucune maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...) liée aux radiations n'était prévue à long terme chez les plus de 150 000 personnes qui avaient été évacuées. Depuis, un consensus s'est dégagé chez les médecins locaux: l'évacuation a eu, sur la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...) physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...) et mentale, un impact beaucoup plus grand que la radiation.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.350 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique