Hubble étudie l'exoplanète la plus proche connue

Publié par Michel le 10/10/2006 à 00:00
Source: Hubble News
Illustrations: NASA, ESA, STSvI G. Bacon / A. Feild
Le télescope Hubble, en collaboration avec des observatoires terrestres, vient de confirmer définitivement l'existence de la planète extrasolaire la plus proche de notre Système Solaire.


Vue d'artiste de ce à quoi pourrait ressembler
l'exoplanète (Une exoplanète, ou planète extrasolaire, est une planète orbitant autour d'une...) autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) d'epsilon de l'Eridan

L'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans...), de la taille de Jupiter, gravite autour de l'étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une...) epsilon de l'Eridan (epsilon Eridani), qui n'est distante que de 10,5 années-lumière. La planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de...) est si proche qu'elle pourrait être observable (Dans le formalisme de la mécanique quantique, une opération de mesure (c'est-à-dire...) par Hubble (Le télescope spatial Hubble (en anglais, Hubble Space Telescope ou HST) est un télescope en...) et les grands télescopes terrestres fin 2007, lorsqu'elle sera à l'endroit le plus proche de son étoile sur son orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps...) de 6,9 ans.

Les observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) indiquent que la masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un...) réelle de la planète doit être d'une fois et demie celle de Jupiter. Hubble a également constaté que l'orbite de la planète est inclinée de 30 degrés sur notre ligne de vision, qui est la même inclinaison (En mécanique céleste, l'inclinaison est un élément orbital d'un corps en orbite autour d'un...) que celle du disque (Le mot disque est employé, aussi bien en géométrie que dans la vie courante, pour désigner une...) de poussières et de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et...) qui entoure également epsilon. C'est un résultat particulièrement intéressant parce que, bien que l'on suppose depuis longtemps que les planètes se forment à partir de tels disques, c'est la première fois que les deux objets sont observés autour de la même étoile.


epsilon de l'Eridan, sa planète et son disque de poussières

Les planètes de notre propre Système Solaire (Le système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le...) partagent un alignement commun, preuve qu'elles se sont formées en même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) à partir du disque du Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile...). Mais le soleil est une étoile entre deux âges (4,5 milliards d'années) et son disque de débris (Un disque de débris est un disque circumstellaire formé de poussière et...) s'est dissipé depuis très longtemps. Epsilon de l'Eridan, quant à elle, possède toujours son disque parce que c'est une étoile jeune, âgée seulement de 800 millions d'années.

La planète avait été détectée en 2000 par les oscillations périodiques que sa gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) provoquait sur epsilon. Certains astronomes se demandaient cependant si ces oscillations n'étaient pas provoquées plutôt par les mouvements turbulents de l'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) de la jeune étoile. Les observations de Hubble sont venues à bout de l'incertitude. Les astronomes ont calculé la masse et l'orbite de la planète par des mesures extrêmement précises des variations subtiles de la position de son étoile dans le ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.), une technique appelée astrométrie (L'astrométrie est la partie de l'astronomie qui s'occupe de la position des étoiles et des autres...). Ces infimes variations se sont révélées, sans aucun doute possible, provoquées par l'attraction gravitationnelle de l'objet invisible.

Les résultats de ces travaux paraîtront dans l'édition de novembre d'Astronomical Journal.

Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.444 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique